Saint-Louis, cidade histórica do Senegal, está ameaçada pelo mar

"Era um lindo povoado. Quinze dos meus dezesseis filhos foram criados nesta região", conta Ameth Diagne, pescador de 52 anos ao lembrar de sua cidadezinha, Doun Baba Dieye, no norte do Senegal, hoje arrasado pelas águas do Oceano Atlântico.

Samedi 24 Août 2013 - 06:47

Saint-Louis, cidade histórica do Senegal, está ameaçada pelo mar
Como Doun Baba Dieye, a cidade histórica de Saint-Louis, primeiro enclave fundado em 1659 pelos europeus na África Ocidental e até 1902 capital da federação AOF, que reunia oito territórios franceses na África, pode ter o mesmo destino.

"Estima-se que ao longo da nossa costa, o oceano avança um metro por ano. Em 100 anos, se nada for feito, o Atlântico terá erodido 100 metros da cidade", destaca o professor Boubou Aldiouma Sy, um pesquisador em Geografia na Universidade de Saint-Louis.

Em um relatório publicado em 2008, Alioune Badiane, diretor da ONU-Hábitat para a África, nomeou a cidade como a mais ameaçada da África pela elevação do nível das águas. A causa, segundo ele, não é apenas a mudança climática, mas também a abertura do canal artificial.

Em 2003, a Ilha Saint-Louis, parte histórica da cidade situada sobre o rio Senegal, a 500 metros da parte continental e chamada de "Veneza da África", se viu ameaçada pela cheia do rio.

As autoridades decidiram então cavar um poço em Langue de Barbarie, uma faixa de areia de 40 km de comprimento e 300 de largura, paralela à costa, que protege o litoral de Saint-Louis e Doun Baba Dieye do oceano. Esta península separa o Atlântico da última parte do rio Senegal.

O objetivo era baixar o nível do rio, que não para de aumentar devido às inundações cada vez mais numerosas, para permitir-lhe fluir para o Atlântico pelo canal de quatro metros de largura.

Mas à importante vazão do rio se soma, do outro lado da península que se soma, a investida do mar. Dois fenômenos que afetam Langue de Barbarie, e ampliam o canal, o qual desde 2003 aumenta um pouco e hoje é uma embocadura de 2,3 km.

Situado a dois quilômetros da praia há dez anos, Doun Baba Dieye, abandonada por seus 800 habitantes, foi tomado de assalto pelas ondas.

Ameth Diagne, chefe da aldeia, foi o último a partir. "Na noite de 17 de novembro de 2012, quando as ondas chegaram ao nosso quarto, tive que deixar minha casa", lembra. "O que mais me entristece é que não posso transmitir aos meus filhos mais jovens o que os meus pais ensinaram sobre uma flora e uma fauna que não existem mais".

A descida do rio para o oceano fez desaparecer os peixes de água doce. A transformação brutal dos ecossistemas provocou grandes perdas para os pescadores.

Também foram afetados os camponeses, pois a salinização das terras acabou com qualquer atividade agrícola. "Aqui é onde deixávamos os bois", diz Diagne, sinalizando a areia que agora substitui a região antes reservada ao pastoreio.

Apesar do dano causado pelo canal, nenhum destes refugiados climáticos recebeu ajuda financeira do governo, que tinha prometido aos moradores uma nova casa.

Embora o canal tenha impedido que Saint-Louis inundasse em 2003, a solução é apenas temporária. E a "Veneza da África" ainda enfrenta perigos maiores.

"A parte oriental da cidade foi construída sobre antigos alagados, onde a água se acumula e onde proliferam os mosquitos. Por causa disso, estamos vendo um ressurgimento da malária em Saint-Louis. Este é um grande problema que a cidade não foi capaz de controlar", disse o professor Sy.

Às inundações e aos danos causados pelo canal se soma um terceiro fenômeno natural: a erosão costeira, agravada pelas mudanças climáticas.

O professor Sy emite o alerta e defende a construção de obras de proteção para evitar que a cidade seja engolida pelo oceano.

"A cada ano, muitas casas desabam. Alguns povoados estão ameaçados. Saint-Louis tem que reagir com rapidez, antes que os moradores fiquem com os pés na água".

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par CUZCO le 24/08/2013 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Waaw lii nak lu mu tekki? Manaam est-ce que vous auriez l’amabilité de nous traduire ça en français ou en wolof?

2.Posté par dd le 24/08/2013 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
«C'était une belle ville. Seize Quinze de mes enfants ont été élevés dans cette région", a dit Diagne Ameth, pêcheur de 52 ans de se rappeler votre ville, Doun Baba Dieye dans le nord du Sénégal, aujourd'hui dévastée par les eaux de l'océan Atlantique.

Saint-Louis, la ville historique du Sénégal, est menacé par la mer
Comment Doun Baba Dieye, la ville historique de Saint-Louis, la première enclave fondée en 1659 par les Européens en Afrique occidentale et jusqu'en 1902 la capitale de l'AOF fédération, regroupant huit territoires français en Afrique, peut avoir le même sort.

"On estime que le long de notre côte, l'océan se déplace d'un mètre par an. Dans 100 ans, si rien n'est fait, l'Atlantique a érodé à 100 mètres de la ville", a déclaré le professeur Boubou Aldiouma Sy, un chercheur de la géographie Université de Saint-Louis.

Dans un rapport publié en 2008, Alioune Badiane, directeur d'ONU-Habitat pour l'Afrique, a nommé la ville comme les plus menacées de l'Afrique par la montée des eaux. La cause, dit-il, n'est pas seulement le changement climatique, mais aussi l'ouverture du canal artificiel.

En 2003, l'Ile Saint-Louis, la partie historique de la ville située sur le fleuve Sénégal, à 500 mètres de la terre ferme et a appelé la "Venise de l'Afrique», a été menacé par la rivière d'inondation.

Les autorités ont alors décidé de creuser un trou dans la Langue de Barbarie, une bande de sable 40 miles de long et 300 de large, parallèle à la côte, qui protège la côte de Saint-Louis et Doun Baba Dieye océan. Cette péninsule sépare l'Atlantique de la dernière partie du fleuve Sénégal.

L'objectif était d'abaisser le niveau de la rivière, qui est en constante augmentation en raison des inondations de plus en plus nombreux, pour vous permettre de circuler dans l'Atlantique par le canal de quatre pieds de large.

Mais le débit de la rivière importante ajoute de l'autre côté de la péninsule de cette somme, les assauts de la mer. Deux phénomènes qui affectent la Langue de Barbarie, et d'étendre le canal, ce qui augmente légèrement depuis 2003 et est aujourd'hui un embout de 2,3 km.

Situé à deux miles de la plage il ya dix ans, Doun Baba Dieye, abandonné par ses 800 habitants, a été repris par les vagues.

Ameth Diagne, le chef du village, a été le dernier à quitter. "Dans la nuit du 17 Novembre 2012, lorsque les vagues sont arrivées dans notre chambre, j'ai dû quitter ma maison», se souvient-il. «Ce qui me désole le plus, c'est que je ne peux pas transmettre à mes enfants plus jeunes que mes parents ont enseigné sur la flore et la faune qui n'existent plus."

La descente de la rivière à l'océan ont été poissons d'eau douce disparaissent. La transformation brutale des écosystèmes causé de grosses pertes pour les pêcheurs.

Également touchés ont été les paysans, parce que la salinisation des terres mis fin à toute activité agricole. «Voilà où nous en étions les boeufs», explique Diagne, signalant le sable qui remplace désormais le domaine réservé avant le pâturage.

Malgré les dégâts causés par le canal, aucune de ces réfugiés climatiques a reçu une aide financière du gouvernement, qui avait promis aux villageois une nouvelle maison.

Bien que le canal a empêché inondations Saint-Louis en 2003, la solution n'est que temporaire. Et la «Venise de l'Afrique» se heurte encore de plus grands dangers.

"La partie orientale de la ville a été construite sur d'anciennes zones humides où l'eau s'accumule et où les moustiques prolifèrent. Cause de cela, nous assistons à une résurgence du paludisme à Saint-Louis. C'est un gros problème que la ville n'était pas en mesure de contrôler ", a déclaré le professeur Sy.

Les inondations et les dommages causés par le canal ajoute un troisième phénomène naturel: l'érosion côtière, exacerbée par le changement climatique.

Professeur Sy signalant et préconise la construction de protection pour empêcher la ville d'être avalés par l'océan.

«Chaque année, de nombreuses maisons s'effondrent. Certains villages sont menacés. Saint-Louis se doit de réagir rapidement, avant que les résidents restent avec leurs pieds dans l'eau."

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET