Saint-Louis, ''un modèle en matière de décentralisation au Sénégal''

Lundi 11 Juin 2012 - 14:58

Saint-Louis, ''un modèle en matière de décentralisation au Sénégal''
La décentralisation connaitra-t-elle une nouvelle impulsion à Saint-Louis, ce jeudi 7 juin ? L’un des engagements du candidat Macky Sall était de reconstruire et de développer le Sénégal avec des élus dotés de pouvoirs réels. D’ériger des pôles régionaux pour porter les efforts de développement économique. Le président de la République avait affirmé, il y a trois mois, à l’occasion de son premier rendez-vous avec le gouvernement, sa volonté de décentraliser les conseils des ministres dans les régions, pour davantage se rapprocher des populations. Le devoir de transparence et l’obligation de rendre compte, sont au cœur des préoccupations de Macky Sall qui espère arriver à une meilleure protection des ressources publiques, et à une plus grande optimalisation de leur utilisation.

L’ancienne capitale du Sénégal, qui abrite le premier conseil des ministres décentralisé, pourrait être l’occasion, pour le président de la République, de décliner sa feuille de route, en matière de décentralisation.
Le rendez-vous entre la République et les citoyens sera mensuel, et chacune des 14 capitales régionales aura l’occasion de recevoir la République dans tous ses atours. Cette démarche de proximité sera certainement une belle occasion de communion entre gouvernants et gouvernés. Une rupture dans le mode de gouvernance ? Cette rencontre illustre, en tous les cas, le respect de la parole donnée, et les Sénégalais, de toutes les régions, espèrent que leur tour arrivera d’exposer les problèmes les plus prégnants de leurs terroirs. Et qu’il ne s’agira pas de rencontres folkloriques mais, de véritables cadres d’échanges où les seules préoccupations, seront centrées sur le développement du pays. La décentralisation doit booster la citoyenneté participative. Le développement d’une région doit être, en effet, une ambition partagée entre les pouvoirs locaux et le pouvoir central. Ce sont des synergies qui doivent se dégager pour servir les visions locales.

Trois mois après son accession à la magistrature suprême, le chef de l’Etat a choisi Saint-Louis, pour abriter le premier conseil des ministres décentralisé. C’est une opportunité pour faire un focus sur une région, pour vivifier la politique de régionalisation mise en œuvre depuis 1996 au Sénégalais. Une étape d’évaluation, certainement, que les élus locaux ne manqueront pas de saisir pour présenter un mémorandum sur les questions qui les interpellent. La décentralisation marque le pas du fait d’une volonté de centralisation totalement en porte à faux avec l’esprit de cette politique. Les experts dans le domaine l’ont dénoncé à foison, confortant la lecture des élus locaux qui souhaitent une approche moins centralisatrice. « Promouvoir le développement local, c’est d’abord et surtout, permettre aux communautés de base d’avoir la maitrise de leur propre destin. Dès lors, c’est à elles d’identifier leurs propres références, qu’elles soient culturelles, historiques, éducatives, environnementales, économiques ou sociales, afin d’alimenter les stratégies qui permettront d’aller vers les transformations les plus attendues».

La région de Saint-Louis a de belles dispositions pour jouer un rôle majeur dans le développement socio-économique du Sénégal. La ville de Saint-Louis dispose d’un agenda et son expérience en matière de gestion urbaine lui a valu d’être choisie par l’ONU-habitat et un vaste réseau de villes ouest-africaines comme ville pilote au programme « villes et changement climatique » qui démarrera au début de l’année 2013.

Saint-Louis est donc un modèle en matière de décentralisation au Sénégal, même s’il y a encore beaucoup à faire. Elle a l’avantage d’avoir un maire aménagiste, de surcroit, ministre chargé des collectivités locales. La vision déclinée par Macky Sall dans le cadre de la Décentralisation est de structurer le pays en pôle de développement. Les recommandations des Assises Nationales proposent six pôles. Macky Sall, va-t-il épouser cette idée ?

L’église, dans un tout autre registre, est en phase avec les nouvelles autorités de la République dans la question des audits, tout comme d’ailleurs, les capitales religieuses comme Touba et Tivaoune qui appellent à la traque des pilleurs de la République. Macky Sall a le plein soutien de tous les hommes de bonne foi, ceux qui sont désireux de l’accompagner dans sa gouvernance vertueuse. Cette onction qu’il a reçue doit davantage le renforcer dans sa volonté de faire rendre gorge. Le devoir de transparence l’exige.

PAR PAPE AMADOU FALL / REWMI QUOTIDIEN

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET