Selon le politologue Ibrahima Silla, Macky Sall est un président de transition

Docteur en sciences politiques, enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, Ibrahima Sylla jette un regard critique et lucide sur la situation politique du Sénégal. Dans cet entretien accordé à EnQuête, l’auteur du récent livre intitulé “Mauvaises ambiances démocratiques” est convaincu que Macky Sall est un président de transition et qu’il ne fera pas plus d’un mandat.

Mercredi 2 Octobre 2013 - 05:06

Selon le politologue Ibrahima Silla, Macky Sall est un président de transition
Vous venez de publier un ouvrage intitulé : “Mauvaises ambiances démocratiques”. Pourquoi ce titre ?

Les sociétés ont pour ambition d’assurer leur sécurité, d’assurer leur unité, de s’organiser de manière pacifique, d’instaurer un ordre dans la société. D’ailleurs, on définit le politique comme cette idée d’ordre indispensable dans la société. Donc les sociétés ont mis en place des principes. Et l’un des principes dans nos sociétés modernes, c’est la démocratie. La démocratie a été un type de régime importé voire imposé en Afrique. Elle n’est pas le meilleur des régimes. Certains comme Tocqueville pensent que c’est le moins mauvais de tous les régimes. La démocratie soutient l’idée selon laquelle la souveraineté appartient au peuple qui l’exerce par la voie des élections. Par conséquent, nous devons organiser les élections de manière pacifique et démocratique. Mais dans nos sociétés, l’élection est un moment qui nous conduit à vivre dans une sorte d’instabilité.

Qu’est-ce qui explique cela ?

Quelque part, il y a une tradition de violence dans nos sociétés parce qu’on n’a pas d’arguments à opposer. Vous voyez un homme politique demander à des gens d’aller saboter le meeting d’un adversaire ! C’est parce qu’ils sont à court d’arguments qu’ils agissent ainsi. C’est problématique !

A travers des chapitres comme “mauvaises nouvelles des urnes”, “mauvaises traditions parlementaires”, “mauvaise ambiances universitaires”, etc., exprimez-vous votre pessimisme quant à la situation du pays ?

Je suis extrêmement optimiste ; je suis un anti fataliste. Je crois que le Sénégal aura des lendemains meilleurs. Mais ce livre est un cri du coeur. Je l’ai écrit pour sensibiliser. Je ne voudrais plus que l’on vive cela (la situation préélectorale de 2012). C’est pourquoi je dis : “Dire bellement la douleur participe de son authenticité”. Je décris des choses qu’on a vécues douloureusement dans notre pays, sans pour autant être pessimiste. Le titre peut induire en erreur ; mais le message que je veux lancer c’est : “Plus jamais ça !”.

Et comme faire pour y arriver ?

Il faut de la sensibilisation. On est dans un Etat de droit, cela suppose qu’il y a une Justice. Il faut que les partis politiques soient sensibilisés sur la possibilité d’organiser des élections sans heurts, sans mort. Sous Wade, il y avait des hommes qui jouaient avec les institutions. Imaginez par exemple que Macky Sall, qui a promis de ramener son mandat à 5 ans, revient pour dire qu’il fera 7 ans ! Ce sera l’instabilité. Il faut que les hommes politiques respectent leur parole et que l’on mette l’accent sur le débat. Au Sénégal, on discute de tout sauf de programme. Dans ce cas, la violence devient une proie facile pour celui qui est à court d’argument.

Quel regard portez-vous sur la gestion du pouvoir de Macky Sall ?

Les Sénégalais doutent de la clarté de la vision du régime actuel. Et quand on dit vision, c’est la direction qu’il va prendre, les projets qui sont clairs, identifiables, l’horizon qu’on s’est fixé. Avec Abdoulaye Wade, on savait un peu, avec Senghor, Diouf, pareil. Ce qui n’est pas le cas avec Macky Sall. Et cela peut se comprendre. Jusqu’à preuve du contraire, je pense que Macky Sall est un président de transition. Il est dans un quinquennat qui va déteindre largement des remous qu’on a eus en 2000. Les gens avaient dit que Wade ne devait pas être candidat. Certains ont même dit qu’il n’y aurait pas d’élection. Macky Sall a été le premier à battre campagne dans des conditions d’incertitude.

Finalement, il passe au second tour. Quelquefois, ce sont ces événements auxquels on ne s’attendait pas qui viennent propulser à la magistrature suprême un candidat imprévu. Macky Sall n’était pas attendu. Il y avait un tel émiettement de l’opposition qu'il a pu se contenter de 25% au premier tour. Et comme le slogan était “tout sauf Wade !”, l’opposition était obligée de soutenir Macky Sall. Mais derrière les 65%, il faut savoir qu’il y a eu un fort taux d’abstention, d'environ 41%. Cela veut dire qu’un Sénégalais sur deux ne s’est pas déplacé. Il y avait 5 millions d’électeurs, seuls 2 millions sont allés voter.

Vous voulez dire que Macky Sall jouit d’une légitimité précaire ?

Il y a une certaine fragilité de la légitimité. Je ne le dis pas pour invalider sa légitimité. J’ai entendu des gens qui disent que Macky Sall est le président le mieux élu au Sénégal. C’est totalement faux ! Moi j’ai cherché à le démontrer en disant que Wade en 2007 avait 1,9 million de voix, il est passé au premier tour. Celui qui passe au premier tour n’est-il pas mieux élu que celui qui est passé au second tour avec des coalitions ? Il faut simplement dire qu’il est élu. Car le fait de dire qu’il est le mieux élu est une contrevérité que nous, en science politique, nous ne pouvons pas accepter.

Cette perception peut-elle avoir des conséquences sur la gestion de l’Etat ?

Bien sûr ! Il (Macky Sall) peut se dire : “Je suis le mieux élu”, et les gens qui l’ont soutenu vont développer des slogans qui sont des contrevérités et qui le mènent droit au mur.

Des slogans du genre “nous avons gagné ensemble, nous allons gérer ensemble”…

C’est totalement faux ! Ils n’ont pas gagné ensemble. Ils sont venus au second tour. Tous les candidats avaient leur propre programme distinct de celui de Macky Sall. Au second tour, ils s’allient à lui car ils ne pouvaient pas faire autrement. Les Sénégalais ont sanctionné les autres en élisant Macky Sall qui, aujourd'hui, s’enferme dans une logique de partage du pouvoir. Il demande à Idrissa Seck de lui envoyer deux ministres, Ousmane Tanor Dieng, de lui en envoyer trois, etc. Un gouvernement ne fonctionne pas comme ça. On ne sent pas une ligne directrice, une vision partagée au tour d’un programme commun. Ils sont tous dans une mauvaise foi politique qui consiste à dire : “On joue le jeu jusqu’à la prochaine élection.”

Comment appréhendez-vous justement les élections locales. Pensez-vous que Benno Bokk Yaakaar survive à ces joutes électorales ?

Les élections seront un moment décisif. On entend actuellement dire : “dëkk bi dafa Macky”. C’est un avertissement verbal. Le carton jaune pourrait arriver avec les locales. Et le carton rouge serait un vote-sanction contre le président Macky Sall à la présidentielle 2017. Les locales seront donc déterminantes. Car des candidats comme Khalifa Sall ne voudront pas abandonner leur localité au profit de Mimi Touré. Si on regarde la redistribution de l’influence, on ne voit pas une base Apr.

Quel choix qui s’offre donc à l’Apr aux locales ? Allez seule ou en coalition ?

Elle risque d’y aller seule parce qu’aujourd’hui, elle est dans une contradiction. Il faut que ses responsables aillent seuls aux élections locales pour avoir une base. Mais, elle (Apr) sait que si elle y va seule, elle sera sanctionnée. Aujourd’hui, Macky Sall ne peut pas gagner les grandes villes comme Dakar, Diourbel, Saint-Louis, Ziguinchor... Les membres de sa coalition, le moment venu, se présenteront. La société civile a une carte à jouer sans parler des candidatures indépendantes. Et si Apr perd ces élections, ce ne sera pas une sanction contre le parti présidentiel, mais contre Macky Sall. Les locales sont une élection à mi-mandat, en version américaine.

La pénurie d’eau à Dakar depuis bientôt trois semaines impactera t-elle sur le choix des électeurs ?

Avec la pénurie d’eau, je pense que la coupe est pleine. Cette pénurie est révélatrice d’une pénurie de vision, d’offre politique et de l’efficacité gouvernementale. Essayez de faire un petit sondage dans la rue - je discute beaucoup avec les taximen - vous vous rendrez compte que le discours est le même : “Est-ce qu’il aura un second mandat ?” On a le sentiment que Macky Sall est un président qui a été élu par défaut, qu'il n’a pas la baraka. Aujourd’hui, les mouvements de contestations qui avaient pris du recul ont commencé à renaître. Ce qui fait que tous les ingrédients sont réunis… Moi, je fais partie des Sénégalais qui croient que Macky Sall ne fera pas deux mandats.

Sur quoi repose votre certitude ?

Macky Sall a eu 700 000 voix au premier tour de la présidentielle sur un corps électoral de 5 millions alors qu’il a été le seul candidat à avoir véritablement battu campagne. Dans une élection régulière, je ne pense pas qu’il aura 50%. Et au second tour, les gens ont l’habitude d'exprimer un vote-sanction. Idrissa Seck a pris des galons en partant très tôt. Peut-être qu’il a senti les choses venir ! Sans oublier le Parti socialiste et l’Afp qui vont constituer une véritable menace d’ici trois ans. A dire vrai, je ne suis pas optimiste pour Macky Sall.

EnQuête

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par BITEYE le 02/10/2013 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Là Pr (il m'a enseigné en science politique) je partage pas votre point de vue quand vous dites que M. Macky SALL est un président de transition!
Ce mot laché par le BSS n'a plus sa raison d'etre: on ne peut diriger notre pays juste pour transiter, un president ca gere les imperatifs d'une transition et d'une assise economique, politique etc. Vouloir reduire ce mandat à ca est d'une limitation grave des visions du chef de l'Etat. La transition dans la gestion economique et fianciere de l'Etat a été faite par M. Abdoul Mbaye! Celle là institutionnelle sera bientot evacuée par M. Amadou Moctar Mbaye! Ces deux secteurs constituent le gros d'une transition dans une democratie puisque celle là electorale a été dejà effectuée par des elections libres et transparentes! Ne pas percevoir sa vision est un fait qu'on laisse à tout citoyen mais essayer de la reduire à ce que vous voyez en est une autre et elle est moins judicieuse! Cependant j'admire votre position qui crée toujours un debat fructueux! vivement que vous trompiez sur votre theorie de la transivité du president SALL!!!!!!!!!!!!
Le debat se poursuivra ailleurs, moi qui connait votre amour des echanges!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par moise le 02/10/2013 15:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'indigence de l''analyse politique dans ce pays est sidérante. Totalement polluée par des non-dits partisans. Il finit dailleurs par se dévoiler vers la fin de l'interview. Je voudrais bien qu'il nous dise le nombre de voix et le pourcentage de Wade au premier tour de l'election de 2000. Pendant qu'on y est, j'ose espérer qu'il ne fait pas partie de ceux qui théorisaient la nécéssité du second tour en 2007 et qui étaient réduits à invoquer les djinns qui ont envahi les bureaux de vote lorsque Wade est passé au premier tour..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET