Sénégal: 85% des filles âgées de 0 à 15 ans sont victimes d’excision

Les mutilations génitales féminines ont atteint une proportion inquiétante dans la région de Kolda. 85% des filles âgées de 0 à 15 ans sont victimes d’excision, selon des chiffres donnés par Enda-Santé.

Samedi 17 Octobre 2015 - 08:20

Dans certaines régions du Sénégal comme Kolda, l’excision est une plaie ouverte, du fait qu’elle est encore pratiquée, voire quasiment généralisée. Une région où 85% des filles âgées de 0 à 15 ans sont victimes de l’excision, selon les chiffres donnés par la chargée de projet à l’ONG Enda-Santé de Kolda, lors d’un atelier de plaidoyer pour l’abandon des violences sexuelles, hier, à Vélingara. D’ailleurs, pas plus tard que samedi 10 octobre dernier (voire édition n°1297 d’EnQuête), dans le village de Sinthiang Dembayel de la commune de Bagadadji, Binta Baldé a été appréhendée alors qu’elle venait d’exciser deux fillettes, âgées respectivement de sept (7) et dix-sept (17) mois. Les mères des deux bébés, Oumou Baldé et Mariama Mballo, ont également été arrêtées.


« Aussi bien à Kolda qu’à Sédhiou et Ziguinchor, le taux de mutilation génitale féminine est toujours élevé. Il y a beaucoup d’années que les ONG et leurs partenaires travaillent en synergie pour combattre ce fléau. Mais, il y a toujours énormément de choses à faire », regrette Marie Tall Diop, chargée de projet à l’ONG Enda-Santé à Kolda. Elle renseigne que la cartographie faite en amont du projet a montré un taux de pratique d’excision de 85% au niveau de Kolda sur les jeunes filles de moins de 15 ans. « Ce taux nous montre qu’il nous faut encore redoubler d’efforts, afin de pouvoir combattre ce fléau. »

Les exciseuses ont adopté d’autres stratégies

Malgré l’adoption de la loi interdisant la pratique des mutilations génitales féminines considérées comme une grave atteinte à l’intégrité physique des jeunes filles et les campagnes de sensibilisation, la pratique de l’excision dans la capitale du Fouladou persiste. « Les exciseuses ont adopté d’autres stratégies. Soit elles excisent au berceau, soit elles voyagent au niveau des pays limitrophes, comme la Gambie, le Mali ou les deux Guinées pour exciser les filles et revenir au bercail une fois que les plaies sont cicatrisées. Cette pratique montre également que la répression ne suffit pas, il faut donc conscientiser les petites filles qui, à long terme, vont devenir des mères. »

Selon certains spécialistes de la santé interrogés, le risque de césarienne est en moyenne de 30% supérieur pour les femmes qui ont subi une mutilation génitale, par rapport à celles qui n’ont subi aucune mutilation. « Les mutilations génitales font courir un risque important aux bébés, lors de l’accouchement. Les enfants dont les mères ont subi une mutilation ont plus souvent besoin d’être réanimés. Le taux est de 60% plus élevé que chez les enfants dont les mères n’ont pas subi une mutilation. »

Selon certains observateurs, la principale difficulté dans le processus d’abandon de la pratique de l’excision est la non-application de sanctions sévères. Il est aussi reproché aux autorités de ne pas faire assez de sensibilisation. Ce qui est du ressort exclusif des ONG. Selon certains avis, les structures de santé de la région en partenariat avec les ONG doivent s’appuyer sur les images des victimes et des cas de complication qui sont des arguments irréfutables pour décourager les pratiquants. 

Enqueteplus

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par paracetamol le 18/10/2015 15:20 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le titre est faux et induit en erreur.

2.Posté par negro le 18/10/2015 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
sans anasthesie sur une gamine de cette age
bandes d'idotes incultes et sauvages

3.Posté par Tintin le 18/10/2015 21:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
puisqu'il parait que la religion musulmane n'a rien à voir avec l'excision , qu'attendent les Khalifes pour condamner unanimement cette barbarie indigne d'un pays civilisé ?

4.Posté par paracetamol le 19/10/2015 08:31 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne parait pas! Les religieux, dont les Khalifes, condamnent.

5.Posté par Edwige Bienvenu le 07/11/2015 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C’est une grande souffrance bien triste, inacceptable. Cette souffrance bien triste et inutile et injuste, a été démontrée et présenté par ENDA TIER MONDE, par UNESCO il y a plus de 20 ans. C’est toujours, l’aliénation des populations, l’usurpation des fonctions et l’institutionnalisation de la corruption qui sont permanentes encore et qui entrainent toutes ces souffrances en Afrique Occidentale e bien sûr au Sénégal. C’est injuste et très grave, parce que personne ne demande de naître fille ni de naître garçon. Le bon Dieu nous a créé pour naître digne et pur. Nous dépendons de tous les adultes pour nous développer et demeurer digne et pur dans la Paix. Après toutes ces actions de clarification, le Sénégal a voté une loi interdisant la pratique. La Guinée Bissau les religieux ont déclaré que la pratique n’a rien à voir avec l’Islam. C’est trop grave. Je vous remercie.

6.Posté par Edwige Bienvenu le 07/11/2015 16:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C’est une grande souffrance bien triste, inacceptable. Cette souffrance bien triste et inutile et injuste, a été démontrée et présenté par ENDA TIER MONDE, par UNESCO il y a plus de 20 ans. C’est toujours, l’aliénation des populations, l’usurpation des fonctions et l’institutionnalisation de la corruption qui sont permanentes encore et qui entrainent toutes ces souffrances en Afrique Occidentale e bien sûr au Sénégal. C’est injuste et très grave, parce que personne ne demande de naître fille ni de naître garçon. Le bon Dieu nous a créé pour naître digne et pur. Nous dépendons de tous les adultes pour nous développer et demeurer digne et pur dans la Paix. Après toutes ces actions de clarification, le Sénégal a voté une loi interdisant la pratique. La Guinée Bissau les religieux ont déclaré que la pratique n’a rien à voir avec l’Islam. C’est trop grave. Je vous remercie.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET