Sénégal : l' ex-président tchadien renvoyé en jugement devant un tribunal spécial

Samedi 14 Février 2015 - 07:41

L' ancien président tchadien, Hissène Habré, poursuivi pour "crimes de guerre, crime contre l' humanité et actes de torture" et actuellement détenu à Dakar, a été renvoyé devant les Chambres africaines extraordinaires (CAE), un tribunal spécial créé par le Sénégal et l' Union africaine pour son jugement, a-t-on appris de source judiciaire

Le Parquet général auprès des CAE a pris jeudi dernier "le réquisitoire définitif de mise en accusation et de renvoi de Hissène Habré devant la Chambre africaine extraordinaire d' assises", selon un communiqué de la Cellule de communication de ce tribunal spécial.

La même source indique que "le Parquet général avait reçu, le 5 janvier 2015 de la Chambre africaine extraordinaire d' instruction, communication du dossier de la procédure aux fins du règlement définitif". La date du procès n'a pas encore été fixée.

Plusieurs réactions des avocats de supposées victimes et des observateurs ont suivi à Dakar et à l'étranger cette décision de renvoyer Hissène Habré, refugié au Sénégal depuis sa chute en 1990, devant ce tribunal spécial.

"Après avoir enduré tant de souffrances, les victimes de Habré se rapprochent de plus en plus de la justice pour laquelle elles se battent depuis tant d' années" , a déclaré dans un communiqué transmis à la presse sénégalaise, Jacqueline Moudeïna, avocate des victimes et présidente de l' Association tchadienne pour la promotion et la défense des Droits de l' Homme.

Elle a estimé que " traduire Hissène Habré devant une juridiction est une immense victoire pour la justice" .

"Cette affaire montre que des victimes peuvent, à force de ténacité et de persévérance, traduire un dictateur en justice" a pour sa part soutenu Reed Brody, conseiller juridique pour Human Rights Watch qui travaille sur ce dossier depuis 1999.

" Un procès équitable et transparent pour Hissène Habré montrerait que les juridictions africaines sont capables

d'offrir justice aux victimes africaines de crimes commis en Afrique " a estimé l' avocat américain.

Selon une commission d' enquête tchadienne, le régime de M. Habré (au pouvoir de 1982 à 1990) a fait plus de 40.000 morts parmi les opposants politiques et parmi certains groupes ethniques.

En août 2012, le Sénégal a donné son accord au projet de l' Union africaine (UA) de juger M. Habré devant un tribunal spécial au sein du système judiciaire sénégalais, présidé par des juges africains nommés par l' organisation continentale.

M. Habré avait été renversé par l'actuel président tchadien, Idriss Deby Itno, qui était un de ses proches collaborateurs. Fin

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET