Souleymane Faye n'exclut pas une révolte en 2012

Lundi 16 Mai 2011 - 15:09

Souleymane Faye n'exclut pas une révolte en 2012
L’artiste compositeur Souleymane Faye a enflammé avant-hier l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Après sa prestation, l’ex-lead vocal du Groupe Xalam a dénoncé la situation des pays africains secoués par des crises. Selon lui, ce phénomène pourrait ravager le Sénégal et projeter une révolte des jeunes en 2012. Souleymane Faye déplore que les présidents s’accrochent au pouvoir, allant même jusqu’à sacrifier des individus. Dans ses dénonciations, le musicien souligne qu’il n’y a plus de musique au Sénégal à cause du travail mené dans la précipitation.

Souleymane Faye n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour cracher ses quatre vérités, après une prestation époustouflante à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis devant le philosophe Mame Moussé Diagne. Devant un public acquis à sa cause, il a assuré et fait découvrir une partie de son prochain album à paraitre sur le marché. « C’est un album qui va bientôt sortir. Il parle du dialogue islamo-chrétien et surtout des crises qui secouent actuellement le Continent africain », a déclaré le chanteur à la voix gutturale. Dans la foulée, il regrette l’attitude de certains chefs d’Etat. « C’est dommage pour certains présidents qui, pour garder le pouvoir, sacrifient des êtres humains. Ces leaders doivent quitter le pouvoir dans l’intérêt des Nations. Je pense que l’Afrique doit donner une autre image d’elle que celle de la guerre, de la torture », a-t-il pesté.
« Le nombre de ministres est excessif »

Très désolé, il condamne le fait que les Africains ne se soient pas encore réveillés en 2011. « C’est grave. En Afrique, les présidents sont des rois. Il y a forcément une dictature. La nouvelle génération n’acceptera plus ça. Nous, nous avons toléré beaucoup de choses, mais nos enfants ne vont pas tolérer ça. Aujourd’hui, c’est la jeunesse qui se lève partout. Les vieux sont à la maison. Les jeunes ont raison », a-t-il indiqué. S’agissant de la taille du Gouvernement, il estime que le nombre de ministres est excessif, alors que les populations sont fatiguées.

D’ailleurs, il estime que ce qui s’est passé en Tunisie et en Egypte pourrait se dérouler au Sénégal. « C’est parti pour de bon. Tous les chefs d’Etat africains sont conscients de cette situation et ont tous peur d’une révolte populaire. Cette révolte peut arriver à tout le monde », dira Jules Faye, pour qui de réelles menaces pèsent sur 2012. « J’ai peur que ça bouge un peu en 2012 et que la jeunesse se révolte et casse. Les gens sont fatigués. Mais comme le Sénégal est un pays qui ne connaît pas la violence, on peut ne pas connaître ces actes », espère-t-il.

« Il y a un manque de transparence au Xalam »

En outre, sur ses rapports avec le Xalam, un groupe auquel il a tourné le dos depuis quelque temps, l’auteur de « Néko demna » dira que ce divorce est dû à un manque de transparence. « On est en train de voir comment on pourrait encore travailler, mais jusqu’à présent, nous n’avons pas trouvé un terrain d’entente », a révélé l’ex-lead vocal de ce groupe au passé glorieux. L’ancien pensionnaire du Groupe Xalam dénonce le manque de transparence. « J’ai quitté parce qu’il y a un manque de transparence. Nous butons actuellement sur le côté financier », a-t-il encore révélé. Précisant : « je suis prêt à y retourner si mes conditions sont acceptées ».

La situation de la musique sénégalaise n’échappe pas à la guillotine du chanteur. « Il n’y a plus de musique depuis des années. Il n’y a que du mbalax, car le rap ne nous appartient pas. Malgré tout, il y a certains qui s’en sortent bien, tandis que d’autres sortent des produits pas très bien réfléchis. C’est dommage pour nous », a regretté le chanteur. Selon lui, aucun musicien ne peut tromper le public. « Il y a des clips qui passent et qui ternissent l’image du pays. Un travail bien fait reste pour toute la vie. Mais si c’est mal fait, c’est pour quelques mois seulement. Il faut du sérieux », a préconisé Jules Faye installé désormais à Saint-Louis.

Jules s’installe à Saint-Louis avec sa famille pour apprendre le Coran

« Je suis venu m’y installer avec ma famille pour étudier le Coran sérieusement, parce que je n’ai pas eu le temps de le faire durant ma tendre jeunesse », a-t-il révélé. Pour ce qui est de la perversion des mœurs à Saint-Louis, l’artiste compositeur fustige la démission des parents et l’utilisation de l’alcool notée chez les populations. « Quand on n’est pas lucide, on est capable de tout faire, sans s’en rendre compte », a indiqué le chanteur.



Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET