Trois questions à Sokhna Benga

Bonjour amis utilisateurs de Ndarinfo, nous avons le plaisir de recevoir aujourd'hui Sokhna Benga, - Auteur de dix-huit (18) ouvrages (romans, nouvelles, poèmes), elle a remporté de nombreux prix et distinctions littéraires nationales et internationales dont le Grand prix du Président de la République pour les lettres avec son roman La Balade du Sabador, une bourse du Centre national du livre français, la Mission Stendhal pour sa dernière trilogie Waly Nguilane, le protégé de Roog. Elle a été Directrice littéraire des Nouvelles Editions Africaines du Sénégal de 2002 à 2005. - avec qui entreprenons un bref tour d'horizon de la littérature sénégalaise notamment la situation des lettres, le problème de l'édition entre autres.
Bonne lecture

Mardi 2 Octobre 2012 - 00:57

Trois questions à Sokhna Benga
Assane Dieng : Sokhna Benga, bonjour. Quel regard portez-vous sur les Lettres Sénégalaises ?

Sokhna Benga :Un regard plein d’optimisme depuis toujours. Je pense que nous avons de la bonne graine dans le silo. Cependant, il faut éviter la facilité et beaucoup travailler pour se perfectionner de jour en jour. N’est pas écrivain qui veut.


Assane Dieng : Le problème de l’édition en Afrique est bien réel, quelle(s) solution(s) préconisez-vous ?

Sokhna Benga : Il faut d’abord une véritable politique de soutien au livre et à l’édition. Ce soutien concerne aussi bien l’auteur que l’éditeur. Cette politique passe par plusieurs étapes :
- L’achat automatique par l’Etat d’un nombre important de chaque ouvrage publié par un éditeur professionnel ;
- La pérennisation du fonds d’aide à l’édition qui doit être mieux encadré et renforcé par une aide à la traduction en langues nationales ou étrangères ;
- L’aide aux auteurs pour leur permettre d’écrire dans de bonnes conditions de travail à travers soit des résidences d’écriture, des bourses d’écriture, des ateliers d’écriture ;
- La réservation d’un quota des appels d’offres des manuels scolaires aux maisons d’édition locales.
             Ce secteur doit bénéficier aussi bien de moyens matériels et financiers grâce à la vente de ses produits et à l’appui de l’Etat que de possibilités permanentes de renforcement de capacités de son personnel, de modernisation de ses outils de travail et de facilités douanières et fiscales.
           
 
Assane Dieng : Vous êtes une écrivaine connue, vous avez commencé à écrire assez tôt, quel(s) conseil(s) donneriez-vous aux jeunes qui écrivent mais qui tardent à être édités ?

Sokhna Benga : La patience et la persévérance sont les deux mots-clé.
 
 

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 20:50 Le sculpteur sénégalais Ousmane Sow est mort

Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET