UCAD : des étudiants grévistes dispersés par les forces de l'ordre

Jeudi 14 Août 2014 - 21:43

Les forces de l'ordre ont dispersé jeudi à l'aide de grenades lacrymogènes des étudiants de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) qui ont entamé la veille une grève de 72 heures pour réclamer le paiement de leurs bourses.

Le sauve-qui-peut régnait au campus de l'université publique dakaroise jusqu'en fin de matinée. Les forces de l'ordre en avaient investi plusieurs endroits, pourchassant les grévistes, au point d'indisposer de nombreux passants obligés de trouver refuge dans les locaux de l'église universitaire Saint Dominique, situés en face du campus.

Les étudiants ne sont pourtant "pas des casseurs. Ils réclament juste le paiement de leurs bourses qu'ils attendent depuis 12 longs mois", fait valoir Franck Daddy Diatta, membre du collectif défendant les intérêts des étudiants de la Faculté des Sciences juridiques et politiques (FSJP) de l'UCAD.

Au sortir d'une rencontre avec le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Marie Teuw Niane, le Collectif des étudiants de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) avait tenu une assemblée générale à l'issue de laquelle il a été décrété un mot d'ordre de grève de 72 heures, le temps que le paiement annoncé des bourses soit effectif.

"Les violences ont débuté hier au pavillon B, juste après notre assemblée générale extraordinaire. Les forces de l'ordre ont augmenté leurs effectifs puis lancé dans nos chambres des grenades lacrymogènes. Certains ont passé la nuit dans leurs armoires, d'autres sous leurs lits", témoigne de son côté Issa Ndiaye, un des délégués de la Faculté des Lettres et Sciences humaines.

"En lieu et place du slogan « un étudiant-un ordinateur tant chanté par les autorités», nous constatons que le slogan qui sied le plus, c'est « un étudiant-un policier", raille ce délégué étudiant.

Pour Yves Nzalé, étudiant en master 2 (droit public), à la FSJP, "même si les bourses doivent êtres payées aux étudiants, ils sont contre la grève, car il existe d'autres moyens de revendication dont la marche pacifique, la grève de la faim et le sit-in".

Le doyen de la FSJP de l'UCAD avait invité mardi les étudiants grévistes non encore inscrits auprès des services concernés à régulariser leur situation au plus tard le 31 octobre prochain sous peine de se faire exclure d'office.

Mamadou Badji avait fait valoir, lors d'une conférence de presse, que la grève entamée par les étudiants n'avait plus sa raison d'être avec le paiement annoncé des bourses.

Il invitait par conséquent les étudiants concernés à régulariser leur situation, le ministre de l'Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane et le Premier ministre Mahammed Boune Abdallah Dionne ayant assuré que les bourses seraient payées dans les heures qui suivaient.

Le début de l'année académique avait été marqué par des mouvements d'humeur des étudiants relatifs aux réformes de l'enseignement supérieur initiées par l'Etat, dont l'augmentation des frais d'inscription désormais fixés à 25 mille et 75 mille francs CFA, de la première année d'étude au doctorat, contre moins de 7500 F CFA avant la réforme LMD (licence, master, doctorat).

APS

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET