Un contingent américain au Tchad pour pister les lycéennes nigérianes

Jeudi 22 Mai 2014 - 09:31

80 militaires américains ont été déployés au Tchad pour aider à la recherche des lycéennes enlevées dans le nord du Nigeria. Ces hommes devraient rester sur le terrain « tant que leur aide sera requise », écrit le président Barack Obama dans le courrier informant le Congrès américain de cette opération de surveillance.

Le groupe de 80 soldats que l’armée américaine vient de déployer au Tchad est composé de deux équipes : 40 personnes chargées d’opérer les drones de surveillance qui ont été acheminés, et 40 autres responsables de la sécurité des hommes et des appareils. Cette prise de position, avec la bénédiction des autorités tchadiennes, va aider à élargir le champ de recherches.

→ A (RE)LIRE: Les autorités nigérianes jugées incapables de faire face à Boko Haram

Il s’agit de permettre aux drones de surveillance de rester le plus longtemps possible en vol. Les appareils basés au Nigeria ont en effet une trop grande distance à parcourir pour pouvoir explorer efficacement la zone des trois frontières Nigeria / Tchad / Cameroun. Or, le ministère américain de la Défense pense que les jeunes filles enlevées par Boko Haram peuvent avoir été séparées et dispersées dans cette région.

Surveillance mais pas intervention

Mercredi matin, lors d’une audition au Congrès, les élus démocrates et républicains ont préconisé un plus grand engagement américain dans la recherche des jeunes nigérianes. Il ne s’agit certes pas d’autoriser une opération militaire sur le terrain, mais d’être plus efficace dans la localisation des otages. Car les experts américains ont, dans ce domaine notamment, une confiance limitée en l’armée nigériane.

→ A (RE)LIRE : Sommet de l’Elysée: un «plan global régional» contre Boko Haram

Certains hauts responsables de l'administration Obama appellent à la prudence concernant les initiatives américaines. Amanda Dory, de la direction Afrique du ministère américain de la Défense, a ainsi mis en garde contre un assaut qui risquerait de mettre la vie des otages en danger. « Notre sentiment aujourd’hui est qu’elles ont été dispersées en petits groupes. Elles ne sont peut-être plus toutes au Nigeria», note Amanda Dory. « La complexité du terrain, la jungle pour une grande part, et les déplacements qui ont certainement eu lieu dans les semaines passées ont pour conséquence une zone de recherches plus vaste, un environnement difficile, et cela rend une opération de sauvetage difficile à imaginer. »

Revenant sur la prise d'otages d'In Amenas, le 16 janvier 2013 en Algérie, la cheffe de la division Afrique du ministère américain des la Défense rappelle que lorsque l'armée algérienne a lancé l'assaut, « la conséquence a été la mort de 40 otages ». Pour la responsable américaine, « dans la plupart des cas, quand il y a des otages, les opérations de sauvetage sont résolues par le dialogue et la négociation, et non par une intervention et un assaut. »


RFI

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET