Un expert diagnostique ’’un défict criard’’ de médecins spécialistes dans la zone nord

Jeudi 2 Juin 2016 - 18:41

Un expert diagnostique ’’un défict criard’’ de médecins spécialistes dans la zone nord
Les structures sanitaires du nord du Sénégal sont confrontées à un "déficit criant" en médecins spécialistes, une situation qui "ne permet pas d’assurer la qualité des soins", a soutenu l’expert Mame Abdoulaye Guèye, conseiller en économie de la santé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
 
"Il y a des risques majeurs pour les populations qui se rendent dans un hôpital et ne parviennent pas à trouver ce qui constitue une référence, notamment les spécialités par rapport aux soins qu’elles sollicitent", a-t-il relevé.
 
M. Guèye s’entretenait avec des journalistes, samedi, en marge d’une mission conjointe de suivi des agences du système du Nations unies (OMS, UNFPA, UNICEF), qui depuis lundi les régions de Louga, Saint-Louis et de Matam.
 
Cette mission s’inscrit dans le cadre de l’évaluation de leur contribution au PIC III (SN/027), un programme indicatif de coopération financé par la coopération luxembourgeoise.
 
Cette mission devrait permettre aux structures concernées d’adopter "une approche commune pour la programmation, le suivi de la mise en œuvre, la gouvernance et le plaidoyer" des projets financés dans le cadre de ce programme.
 
Selon l’expert de l’OMS, concernant la question des ressources humaines, une donnée ’’fondamentale dans le fonctionnement d’une structure de santé, le Sénégal est loin des normes définis pas la carte sanitaire".
 
Il y a toutefois "des efforts" qui se font dans le cadre du recrutement et de la formation, "surtout dans la zone nord", qui compte une plateforme régionale de formation visant à recueillir les besoins dans le but de les satisfaire.
 
"Cette mission nous permet d’identifier toutes les faiblesses et pouvoir y remédier", a expliqué l’économiste en santé de l’OMS, selon qui "la mauvaise implication des élus locaux dans les programmes de santé portent beaucoup préjudice aux populations".
 
Les acteurs doivent désormais travailler "à assurer une meilleure synergie des actions et s’assurer de l’implication, non seulement de la communauté, mais des élus locaux et de certains partenaires".
 
Selon le docteur Guèye, il a été "remarqué que même s’il existe des structures de coordination qui peuvent assurer cette bonne gouvernance, c’est-à-dire garantir une bonne implication des populations et des acteurs, ces structures ne sont pas fonctionnelles".
 
De même, il a souligné "l’absence de fonctionnalité de certaines structures de coordination", ce qui rejaillit sur les performances, sans compter que les mutuelles de santé non plus "ne sont pas bien implantées" dans la zone nord du Sénégal.
"Cela aussi pose des problèmes par rapport à l’accès aux soins des populations. Ce qui fait autant de questions de gouvernance qui posent problème et qui impactent négativement sur la santé des populations", a souligné le médecin.
 
Ces problèmes seront posés et "nous chercherons à y trouver des solutions en rapport avec les autorités sanitaires, en particulier dans la zone de concentration du nord", a-t-il promis.

APS

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET