VIES DE CHIEN (23)

Mardi 31 Janvier 2012 - 17:48

Hormis le vieux Birama et mère Soda vivaient aussi dans la maison une adolescente d’environ seize ans,Bintou, fille de Ramatoulaye, confiée à sa grand-mère pour son éducation, ainsi que la sœur aînée de Malick, Aïssatou, légère déficiente mentale et qui peut-être à cause de cela n’avait jamais eu de mari ni d’enfant. Tout ce petit monde adorait Liza et lorsque cette dernière venait à la maison, chacun était aux petits soins avec elle. Aïssatou surtout la dévorait des yeux et lui souriait béatement. Dès que Liza arrivait à la maison en compagnie de son jeune frère, elle s’empressait d’aller l’accueillir et la serrait dans ses bras en lui faisant des bisous sonores sur les deux joues. Elle l’appelait aussi « ma chérie » et la gavait de petits gâteaux qu’elle avait elle-même préparés car en dépit de son handicap, Aïssatou était un véritable cordon bleu.

C’est d’ailleurs elle qui, le plus souvent, préparait les repas, mère Soda étant dispensée de toute tâche domestique en raison de son âge et Bintou étant par ailleurs trop occupée par ses leçons et ses devoirs. De surcroît, Aïssatou adorait faire la cuisine et personne dans la maison ne se serait jamais avisé de la contrarier. Au cours de ses visites chez lui en compagnie de Liza, Malick était parfois obligé d’intervenir pour mettre un terme à l’enthousiasme de sa sœur, mais Liza l’en empêchait en riant et se prêtait de bonne grâce aux effusions quelque peu débordantes d’Aïssatou dont la naïve affection la touchait sincèrement. Le vieux Birama , ancien ouvrier de la compagnie des chemins de fer Dakar-Niger, où il avait acquis quelques rudiments de français, aimait lui aussi beaucoup Liza qu’il appelait « ma fille ». Il mettait un point d’honneur tout particulier à ne lui parler que dans la langue de Molière, avec son fort accent pulaar, et Liza s’en amusait intérieurement mais lui répondait toujours avec la plus grande politesse. Quant à mère Soda, elle admirait et même adulait Liza pour sa beauté, sa bonne éducation et ses manières aristocratiques qui dénotaient selon elle « une lignée des plus nobles ». Elle et son mari accueillaient toujours Liza à bras ouverts et se mettaient en quatre pour lui faire plaisir au maximum. Mère Soda était très fière des visites de Liza et se sentait flattée d’avoir une telle perle comme bru car pour elle il ne faisait aucun doute que Malick l’épouserait dans les plus brefs délais.

Elle ne cessait de prier pour les deux jeunes gens en leur souhaitant une heureuse vie conjugale et beaucoup de beaux enfants auxquels sourirait le destin. Pour toute la maisonnée, Liza serait une épouse idéale pour Malick et chacun dans son for intérieur souhaitait que leur union fût rapidement scellée. Liza était très sensible à toutes les marques d’affection et à la profonde bienveillance que lui témoignait la famille de Malick. Sa simplicité naturelle faisait qu’elle n’avait eu aucune difficulté à s’intégrer à ce milieu pourtant si différent du sien. Elle causait sans aucune gêne avec mère Soda et Aïssatou qui s’amusaient de la voir parler wolof avec son accent grasseyant de gourmette et s’étonnaient lorsqu’elle faisait le signe de la croix avant le repas, lorsqu’elle était invitée à manger à la main autour du plat commun.

C’est que Liza n’était pas une « Nini » ; bien au contraire, elle était fière de ses origines et ne rejetait nullement ses racines. Elle était une authentique « gourmette », une négresse Saint-louisienne à la solide foi catholique, que rien ne pouvait ébranler. Mais en même temps elle était bien enracinée dans l’ancestrale tradition africaine comme en témoignait sa parfait maîtrise de la langue et des coutumes wolofes. (à suivre…)

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET