Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

VIES DE CHIEN (28)

Jeudi 8 Mars 2012 - 06:38

Bien qu’elle attendît le départ de Malick avec une appréhension que ne sauraient décrire de simples mots, Liza ne voulut cependant pas se priver du bonheur d’être aux côtés de Malick. Ils vécurent donc les derniers jours d’intimité qu’il leur restait avec une intensité jamais égalée au cours de leurs quatre années de vie conjugale. C’était des déclarations d’amour et des effusions de tendresse sans fin qui emplissaient d’émotion leur entourage.


La perspective du départ prochain de Malick avait plongé dans l’émoi aussi bien le vieux Birama et sa famille que la mère de Liza et tonton Jacques. Ce dernier se démena d’ailleurs comme un beau diable et mit toutes ses relations en branle pour faire annuler la mission de Malick. Ce fut peine perdue. La décision du haut commandement d’outre-mer était irrévocable et c’est la mort dans l’âme que le vieil homme dut accepter l’évidence. Plus fataliste, le vieux Birama, lui, s’en remit à la divine providence. Comme tout bon musulman, il préférait se soumettre aux décrets du destin si cruels fussent t-ils, car c’était la seule attitude permise pour un croyant. La seule chose qu’il s’autorisait, c’était de prier pour son fils. Il ne cessait donc d’égrener son long chapelet aux perles noires et récitait matin et soir le Saint Coran qu’il tenait ouvert sur ses genoux pendant qu’il était étendu dans sa chaise longue au milieu de la grande cour de la maison familiale.

Vint le jour fatidique du départ de Malick. La nuit d’avant, Liza n’avait pu trouver le sommeil mais elle s’était bien gardée de laisser paraître sa peine et son désarroi. Avant qu’il ne s’endorme comme un enfant dans ses bras, elle et Malick s’étaient aimés avec passion et lorsqu’il avait commencé à ronfler, elle s’était doucement dégagée de son étreinte pour aller s’agenouiller dans un coin de la chambre conjugale où elle passa le reste de la nuit à prier et égrener les perles nacrées de son rosaire. Au petit matin, Malick réveillé par une salve d’appels à la prière en provenance du quartier des pêcheurs et portés pas le vent main, avait trouvé sa femme à genoux, baisant le crucifix qu’elle portait toujours autour du cou. Le cœur serré, il était descendu du lit et s’était approché d’elle sur la pointe des pieds pour ne pas interrompre brusquement sa méditation ; il l’avait prise par les épaules et l’avait fait se relever avec douceur avant de la serrer très fort dans ses bras. Puis il l’avait soulevée pour la déposer délicatement sur le grand lit aux draps soyeux, et Liza s’était laissée faire, prête à se donner à cet ultime instant d’amour pour eux deux plus précieux qu’un sacrement...

Il avait fière allure ce matin là, le lieutenant de l’armée de terre Malick Sy. Tenant le petit Jacques Habib dans ses bras, Liza portait une magnifique robe blanche en taffetas, un collier en perles de nacre et un chapeau à volants en dentelle. Autour de ses épaules elle avait jeté un châle en velours mauve qui se mariait harmonieusement avec la couleur immaculée de sa robe. Elle était à la fois gracieuse et digne, voulant faire bonne figure le jour du départ de son mari adoré pour la guerre et désirant qu’il fût fier d’elle. Mais dans son for intérieur elle était bouleversée et seul le grand courage dont elle fit preuve endigua les sanglots déchirants qui sourdaient silencieusement de ses entrailles. Liza souffrait le martyr mais rien dans son attitude, ni dans son port ni sur son visage ne laissait trahir ses sentiments. Quant à Malick, il avait la gorge nouée et était ému jusqu’au tréfonds de son être (à suivre…)



Commentez maintenant

1.Posté par Dixon le 09/03/2012 13:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Trés beau texte, j'ai hate de lire la suite

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés. Ndarinfo.com milite en faveur d'un débat citoyen constructif au service de Saint-Louis du Sénégal.

Dans la même rubrique
< >

Samedi 20 Avril 2013 - 15:54 LE NAIN BOITEUX (suite et fin)

Samedi 13 Avril 2013 - 07:00 LE NAIN BOITEUX (10)


Facebook
Twitter
Google+
Instagram
YouTube
Rss


Recherche SUR NDARINFO






Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !







Le Forum des Saint-Louisiens

Annonces gratuites à Saint-louis (Achats et Ventes)

Mercredi 22 Octobre - Gorou Ndar

Assainir Saint-Louis

Lundi 29 Septembre - NDARIEN

Conscience républicaine

Lundi 16 Juin - Khassoum Touré


Dernières actualités à la Une

Actualités

Société

Education

Culture

Monde

Science

Facebook
Twitter
Google+
Mobile
YouTube

télécharger notre extension