VIES DE CHIEN (32)

Mercredi 4 Avril 2012 - 01:00

Cette dernière s’évertua à lui inculquer de ces vertus et qualités morales auxquelles, de son vivant, son mari s’était toujours montré attaché quelque fussent les circonstances : l’honneur, la dignité, le courage, l’honnêteté mais aussi la tolérance et la générosité sans lesquelles le monde ne saurait être vraiment humain. Le jeune garçon les assimila autant qu’il est possible à cet âge où l’esprit est encore loin de la maturité qui permet de comprendre la vie et autorise à faire des choix définitifs. L’éducation que lui donna sa mère permit tout de même à Jacques Habib de s’armer moralement et de se forger un caractère bien trempé.

D’avoir grandi au milieu de trois femmes, dont deux d’un grand âge, dut aussi avoir une certaine influence sur son tempérament car il était tout le contraire d’un garçon violent bien que, adolescent, il fût déjà bien bâti et rompu aux arts martiaux que sa mère avait coûte que coûte tenu à lui faire apprendre pour, disait-elle, « pouvoir se défendre en cas de besoin ». Tonton Jacques s’était d’abord opposé au projet de sa nièce de peur que cela ne rendît agressif son homonyme qu’il adorait, mais il avait fini par donner son onction et Jacques Habib s’était inscrit dans l’unique dojo de l’île tenu à l’époque par un maître chinois qui avait, on ne se sait trop comment, atterri à Saint-Louis.

Très doué, le petit Jacques Habib avait vite gravi les échelons et en un temps record s’était retrouvé ceinture noire. Mais contrairement aux appréhensions de tonton Jacques, la pratique des arts martiaux l’avait rendu encore plus calme au point que jamais personne ne l’avait vu s’énerver ou simplement élever la voix comme cela arrive souvent aux adolescents. Lorsqu’il eut fini son cycle primaire, mon futur maître se retrouva au Lycée Faidherbe où il poursuivit également de brillantes études secondaires jusqu’au Baccalauréat qu’il décrocha avec la mention « Très bien » à l’âge de dix huit ans. Ce fut un grand motif de satisfaction pour sa mère et pour tonton Jacques, très fier de son homonyme, mais qui mourut malheureusement quelques mois plus tard, emporté par une embolie pulmonaire. Très touché par la mort de son grand-oncle qui était aussi son ami, Jacques Habib jura de faire de brillantes études supérieures pour honorer la mémoire de son homonyme. L’obtention du Baccalauréat avec la mention la plus élevée permit à Jacques de bénéficier d’une bourse d’études qui lui fut attribuée par le président de la république lui-même, le grand poète Léopold Sédar Senghor.

Jacques était admis à l’Ecole polytechnique supérieure de Paris pour y faire des études d’ingénierie civile et technologie de pointe. Il avait longuement réfléchi avant de faire ce choix car sa nature sensible l’avait d’abord fait pencher pour des études de médecine afin de pouvoir soulager les souffrances de ses semblables. Mais après en avoir discuté avec tonton Jacques avant qu’il ne mourût, ce dernier avait fini par le convaincre de changer d’option et de s’orienter vers une carrière plus technique et tout aussi utile à la société. Jacques Habib s’envola donc pour la France au mois d’Octobre 1968. Il trouva le pays de Marianne encore dans l’effervescence mais n’eut aucune difficulté à s’adapter à sa nouvelle vie d’étudiant du fameux quartier latin.

Son fils parti, Liza s’enferma davantage dans la solitude et le silence, portant toujours ses longues robes noires et allant comme d’habitude à la messe du dimanche avec tante Marie. Elle avait stoïquement supporté la séparation d’avec son fils unique. ( à suivre…)

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET