VIES DE CHIEN (35)

Mardi 24 Avril 2012 - 20:59

Mais ce sont surtout sa franchise, sa tolérance et sa grande générosité qui firent aimer Jacques de tous ceux qui travaillaient sous ses ordres. Humain et très compréhensif, il savait fermer les yeux, quand c’était possible, sur certaines fautes légères commises par ses subordonnés et il accordait à chacun le respect qui lui était dû. Toujours souriant, il exhortait les uns et les autres à donner le meilleur d’eux mêmes et les encourageait parfois par des primes substantielles lorsque les conditions de travail s’avéraient particulièrement difficiles.


Aussi les ouvriers et cadres du réseau ne tarissaient-ils pas d’éloges à son endroit, faisant de leur mieux pour s’acquitter sans fautes de leurs tâches et prêts à se sacrifier en cas de besoin. Les résultats ne tardèrent pas à se faire sentir car les performances établies par le réseau hydro-électrique de la région nord et les résultats obtenus en matière de productivité devinrent rapidement et de loin supérieurs à ceux de tous les autres réseaux du pays.

Avec tout cela, Jacques ne tarda pas à recevoir une lettre officielle de félicitations de son ministre de tutelle qui, peu de temps après, effectua en guise d’encouragement une visite à l’administration centrale du réseau du nord à Saint-Louis. Ce fut un grand honneur pour Jacques et pour toute son équipe, très fière de l’avoir comme chef. Par la suite, il reçut des propositions de promotion administrative (le ministre, impressionné par ses qualités professionnelles et sa compétence voulait en faire son directeur de cabinet) et des offres plus alléchantes les unes que les autres en provenance des plus grandes sociétés privées du pays. Bien entendu accepter l’une ou l’autre de ces propositions eût signifié retourner à Dakar et s’éloigner de sa mère, ce qu’il ne pouvait en aucun cas envisager. Il déclina donc très diplomatiquement toutes ces offres mirobolantes et préféra conserver son poste de chef du réseau hydro-électrique de la région nord qui lui permettait de rester à Saint-Louis, ville de son enfance, ville chère à son cœur et qu’il aimait profondément.


Il est vrai que Jacques gagnait bien sa vie et qu’étant de nature sobre et modeste, son salaire lui suffisait amplement. Il continua donc de mener sa tranquille vie auprès de sa mère à qui il prodiguait une affection proche de la dévotion et de laquelle il recevait en retour un amour maternel dont il eût pu se suffire pour le restant de sa vie. Mais tout a une fin en ce bas monde, même les choses les plus belles, les plus spirituelles, les sentiments les plus purs, les plus sincères, et c’est ainsi que la douce vie que menait Jacques aux côtés de sa mère connut son épilogue un dimanche, alors qu’elle s’apprêtait, comme d’habitude, à se rendre à pied à la cathédrale pour assister à la messe du matin.

Prise d’un malaise subit, Liza s’était étendue sur le canapé du salon et c’est là que la parque était venue doucement trancher le fil de son existence. Lorsqu’elle rendit l’âme, sans bruit, Jacques dormait encore et c’est à son réveil que, la voyante allongée tout habillée sur le canapé, les mains croisées sur la poitrine, son sac à main noir posé sur la moquette, comme si elle était plongée dans un profond sommeil, il comprit tout de suite ce qui s’était passé. Liza avait les yeux grands ouverts, avec cette fixité très particulière que leur confère la mort. Lentement, Jacques s’était approché de sa mère et, prenant son avant bras, lui avait tâté le pouls et avait constaté qu’il avait cessé de battre. Alors, d’un geste plein de douceur, les yeux embués de larmes mais formulant une muette prière, il avait refermé les paupières de Liza (à suivre…)

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET