VIES DE CHIEN (41)

Mercredi 6 Juin 2012 - 01:42


Sur les coups de midi, un « thiébou yapp » royal fut servi aux convives venus de partout et pas un de ceux qui avaient eu la chance d’assister à ce baptême hors du commun ne fut oublié. Après le repas de midi, aussi copieux que succulent, des corbeilles remplies de tranches fruits variés, pommes, bananes, oranges, mangues, ananas, firent le tour des ripailleurs qui festoyaient à qui mieux mieux tout en bavardant à tue-tête ou riant à gorge déployée. Puis ce furent de grands verres de lait caillé sucré, le fameux « zrig », qui circulèrent à la ronde au grand bonheur des invités dont ils chatouillèrent délicieusement le palais.

De mémoire d’habitant de sindoné, jamais l’on n’avait vu un baptême aussi somptueux que celui des jumeaux de Yacine Camara. Longtemps après d’ailleurs, l’on continua de commenter ce fameux « ngenté » qui entra dans la chronique des légendes du quartier. Plus tard, lorsqu’ils eurent grandi et furent devenus de solides gaillards, il arrivait que les jumeaux rencontrassent des gens d’un certain âge qui leur rappelaient avec une sorte de sourire nostalgique ce jour inoubliable dont ils avaient été les témoins privilégiés : « Ah mes enfants, j’étais là le jour de votre baptême et je puis vous assurer que je n’ai jamais aussi bien mangé de ma vie ! C’était la noce ! Votre père est un grand monsieur !... »

Les jumeaux, bien éduqués qu’ils étaient, remerciaient toujours avec la plus grande politesse ces braves bougres sans doute sincères et bien intentionnés, mais dès qu’ils s’étaient éloignés d’eux, tous les deux éclataient de rire et plaisantaient en disant que les habitants de sindoné auraient certainement aimé qu’il y eût plus souvent des baptêmes chez eux. Toutes autres furent les circonstances qui entourèrent la naissance, quatre ans pus tard, de la petite sœur d’Assane et Ousseynou qui vint au monde au prix de mille souffrances.

La grossesse de Yacine avait été des plus difficiles car le fœtus qu’elle portait dans ses entrailles s’était retrouvé dans une position si inconfortable que sa pauvre mère s’était sentie mal à l’aise tout au long des neuf mois de sa gestation. Il avait d’ailleurs fallu procéder à une césarienne au moment de l’accouchement de Yacine dans l’une des plus grandes cliniques de la ville, dirigée par une vieille sage-femme très expérimentée. La naissance de l’enfant nécessita une intervention chirurgicale très pointue et Jacques, tenaillé par l’angoisse, avait tenu à y assister bien que cela ne fût normalement pas autorisé.

L’opération qui avait duré très longtemps lui avait paru une éternité, et lorsqu’enfin le bébé avait poussé son premier vagissement, Jacques n’avait pu s’empêcher d’éclater en sanglots, plongeant dans l’émoi le chirurgien et les infirmières qui l’assistaient. Mais se ressaisissant la seconde d’après, il avait adressé à Yacine qui le regardait avec compassion un sourire où se mêlaient à parts égales le soulagement, la joie, l’amour la gratitude et bien d’autres sentiments qu’il eût été difficile de définir. Très éprouvée par son pénible accouchement, Yacine fut contrainte de rester deux semaines de plus à la clinique pour y recevoir des soins intensifs. En fin de compte le diagnostic s’avéra plutôt triste car, même si elle s’en tirait à bon compte et que sa santé n’en fût guère altérée, Yacine était condamnée à ne plus avoir d’enfants.

Cependant elle prit les choses avec philosophie et, en bonne croyante qu’elle était, remercia Dieu de lui avoir permis de mettre au monde un enfant en parfaite santé et d’avoir elle-même la vie sauve ce qui, au fond, était l’essentiel ( à suivre…)

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET