VIES DE CHIEN (46)

Mardi 10 Juillet 2012 - 22:57

A présent, je suis sûr d’être de nouveau crédible à vos yeux et j’ai aussi la certitude d’avoir ôté de votre esprit l’idée gênante que je vous prenais pour des naïfs ou des simplets auxquels l’on peut faire avaler n’importe quel salade. Evidemment il restera toujours quelques sceptiques irréductibles que je ne parviendrai jamais à convaincre, mais ceux là ont un voile sur le cœur et seront toujours insensibles à la beauté de l’univers car malheureusement pour eux, ils ne croient que ce que voient leurs yeux aveugles.

D’ailleurs je doute fort qu’ils aillent jusqu’au bout de mon récit, s’ils ne l’ont déjà lâché, parce qu’ils se diront qu’ils n’ont pas de temps à perdre avec des balivernes et surtout parce que ces gens là n’aiment pas la poésie et détestent ce qu’ils ne comprennent pas. Si nous étions au moyen-âge ils m’auraient à coup sûr accusé de sorcellerie et auraient dressé un bûcher pour me brûler vif. Pensez-vous ! Un chien qui raconte sa vie et connaît la littérature, ça ne peut-être qu’un sorcier !

Heureusement pour moi, nous sommes au 20ème siècle et même s’ils sont encore stupides et bornés dans leur grande majorité, les hommes ont quand même bien évolué et beaucoup comprennent que l’univers ne s’arrête pas à la porte d’entrée de leur maison. Mais revenons à nos moutons : je disais donc qu’en me sauvant la vie de justesse, mon maître m’avait également tiré des griffes de gens aussi incultes que les barbares du moyen-âge et réveillé en moi des dons que j’avais reçu à ma naissance, ou en tout cas peu de temps après, lorsque ce grand écrivain mort dans les circonstances que vous connaissez, avait choisi de venir habiter dans mon corps de chien. Ayant donc eu la chance d’avoir été adopté par un homme non seulement bon mais aussi très cultivé, je ne pouvais que me considérer comme le chien le plus heureux de la terre et je me disais même que si le paradis des chiens existait, il devait à coup sûr ressembler à la maison de mon maître !

Un mois après mon arrivée chez mon bienfaiteur, j’avais grossi, forci et embelli au point que j’en étais devenu méconnaissable. J’avais le poil tout à fait luisant, l’œil vif, le trot alerte et je sentais en moi-même toute la puissance de ma musculature héritée de mon ascendance allemande. De même, ma voix avait complètement changé : elle était devenue rauque, caverneuse, imposante et mes aboiements se faisaient entendre d’infiniment plus loin que lors de mes précédentes et misérables vies qui m’avaient conduit au bord du gouffre, me laissant presque sans forces.

J’avais également cessé d’être craintif. Définitivement. Mais je n’étais non plus pas agressif. Simplement plus sûr de moi, comme un vrai chien de race, dans les veines duquel coulait du sang bleu de berger allemand et comprenant de surcroît la langue des êtres humains. Voulant sans doute me rendre plus élégant, on maître m’avait fait porter autour du cou un magnifique collier rouge du meilleur cuir qu’il avait acheté à Dakar dans un grand magasin spécialisé dans la vente des produits pour chiens. Je n’avais pas été vexé qu’il me fît porter un collier, d’autant que l’objet était fabriqué dans une matière très légère, ce qui fait que je n’étais pas le moins du monde gêné dans mes mouvements ni ne sentais mon cou emprisonné. En fait j’étais même plutôt fier d’arborer ce collier qui était comme une sorte d’insigne de noblesse qui me distinguait des vulgaires chiens de la rue, lesquels me regardaient d’ailleurs avec envie lorsqu’il m’arrivait d’en croiser au cours de mes promenades. L’air respectueux qu’ils prenaient me faisait rire intérieurement. (à suivre…)

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET