Voici le riche parcours d'Aminata Touré, nouveau Premier ministre du Sénégal (Document)

Aminata Touré, née le 12 octobre 1962 à Dakar, est une personnalité politique sénégalaise. Militante des droits de l'Homme et fonctionnaire à l'ONU, elle est ministre de la Justice du gouvernement Mbaye depuis avril 2012.

Dimanche 1 Septembre 2013 - 16:54

Voici le riche parcours d'Aminata Touré, nouveau Premier ministre du Sénégal (Document)
Fille d'un médecin et d'une sage-femme, elle passe sa scolarité à Tambacounda, où son père est affecté, puis suit sa sixième au lycée Gaston-Berger de Kaolack et est lauréate du concours général en économie et bachelière en série D en 1981, au lycée Van Vollenhoven de Dakar. Elle étudie en France, et obtient une maîtrise d'économie à Dijon, un DESS de gestion des entreprises à Aix-en-Provence et d’un PhD en Management financier international de l’École internationale de management de Paris3.

Elle débute sa carrière professionnelle en 1988, au sein de la Compagnie des transports publics de Dakar, la SOTRAC, dont elle dirige le département Marketing et communication

Militante depuis l'âge de 14 ans, elle est active dans les milieux universitaires français de gauche et membre de la Ligue communiste des travailleurs (LCT), future Mouvement pour le socialisme et l'unité (MSU). Lors de la campagne électorale de 1993, elle est la première sénégalaise directrice de campagne, pour le compte de Landing Savané, dont elle rejoint le parti l'année suivante.

Elle est ensuite directrice des Programmes de l’Association sénégalaise pour le bien-être familial (Asbef)3. À partir de 1995, elle travaille pour le Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), d'abord comme conseillère technique principale au ministère de la Famille et de l'Action sociale du Burkina Faso, puis en qualité de conseillère régionale du FNUAP pour les pays africains francophones, et coordinatrice du programme Genre et VIH en Afrique de l’Ouest pour le bureau régional du Fonds des Nations unies pour la Femme. Elle encourage notamment la planification familiale et la santé de la reproduction. Elle est nommé à New York en 2003, comme directrice du département droit humain du Fnuap.

Elle quitte le New Jersey en 2010 pour devenir directrice du cabinet de Macky Sall, président de l'Alliance pour la République, et participer l'année suivante à l'écriture du programme de celui-ci pour la campagne électorale présidentielle de 2012. Elle succède à Cheikh Tidiane Sy comme ministre de la Justice dans le gouvernement Mbaye, avec pour mission de réformer le système judiciaire national, en réduisant les délais, en rapprochant les tribunaux des citoyens, et en élargissant la représentativité du Conseil constitutionnel1. Durant ses premiers mois d'exercice, elle met en œuvre la lutte contre la corruption voulue par Sall, à travers les audits sur la politique de l'ancienne présidence, et les anciens responsables du régime wadiste, dont le fils de l'ex-président, Karim Wade.

Son patrimoine, composé de deux immeubles au Sénégal et un autre aux États-Unis, est estimé à 777 millions de Francs CFA. Elle est divorcée d'Oumar Sarr, ministre sous Abdoulaye Wade.

Source: Wikipedia

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par atypico le 01/09/2013 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai tendance à voir dans ce changement de premier ministre, l'échec définitif de Macky et de BBy à définir et à tenir un cap politique, économique et social clair. Par manque de vision générale, par manque d'assise électorale, par manque de personnnel compétent. Macky a passé l'essentiel de son temps jusqu'ici à récompenser et à chercher à acheter la passivité de ses allliés rendant ainsi la rupture d'avec la façon de s'enrichir des hommmes détat et de leurs proches, impossible. Il a essayé de masquer son renoncement de fait à cette rupture qui était l'axe du "tout sauf Wade" et donc de sa victoire, en lançant la chasse aux biens supposés mal acquis. Il a mis quelques second couteaux en prison ainsi que le fils naturel de Wade, que son père voulait mettre sur le trône et qui cristallisait le rejet des populations de l'arbitraire Wadiste. Mais les négociations avec certains voleurs en cols blancs, l'oubli d'enquêtes sur d'autres leaders, de BBY notamment , comme son incapacité à justifier "moralement" son propre enrichissement sous Wade, l'ont décridibilisé sur ce chapitre. Nommer Mimi Touré qu'il avait chargée de nourrir les médias de ses "exploits" contre l'enrichissement illicite, raisonnne donc à mon sens : 1 comme une fuite en avant dans la vrai/fausse quête des milliards volés par les "fidèles" de Wade, et 2, comme l'aveu qu'il n'a personne à ses côtés capable de tenir un gouvernement traitant efficacement et honnêtement des affaires économiques et sociales, vitales pour le pays. Si cela se confirme, c'est une instabilité politique et sociale grave que nous allons connaître jusqu'en 2017. A vérifier ...


2.Posté par Bouba Diop le 01/09/2013 22:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce sont des personnes comme Mimi Touré qui peuvent faire avancer le Sénégal dans le bon sens.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET