WADE : De la Tandjanisation à la Gbagboisation

Mercredi 29 Juin 2011 - 11:00

WADE : De la Tandjanisation à la Gbagboisation
Le désir obsessionnel du Président de la République de se couvrir les arrières voire de se donner une impunité manifeste est d’un machiavélisme béat ; vil et indéfendable.
Ce subterfuge politique, ce tripatouillage constitutionnel sont en opposition flagrante avec l’élégance républicaine, la civilité politique ; le consensus électoral et les résolutions de la CEDEAO qui recommandent de ne pas modifier la constitution à quelques mois des élections. Prendre exemple sur les USA pour justifier l’injustifiable est un argument aussi fallacieux que saugrenu. En effet, aux USA l’élection se fait au suffrage universel indirect par le biais des grands électeurs. En outre, la durée du mandat est de 4 ans renouvelable une seule fois (donc pas plus de 8 ans au pouvoir malgré un bilan positif, reluisant..). Et si on pousse la logique jusqu’au bout on devrait, comme aux USA, consacrer l’indépendance des pouvoirs surtout législatif et exécutif avec l’impossibilité du droit de dissolution et la non reconnaissance de la mise en responsabilité du Président. En toute chose, je préfère l’original de la photocopie.
En vérité, l’élection du Président de la République c’est la rencontre d’un homme avec son peuple, c’est le destin d’un homme et un engagement personnel pour satisfaire les aspirations de son peuple. C’est plus un sacerdoce qu’une sinécure, plus qu’une responsabilité lourde qu’une légère formalité. Si les députés votent ce projet de loi ils auraient exécuté l’acte le plus ignoble, le plus anti-démocratique, antirépublicain et anti-citoyen de leur législature. En effet, cette loi aurait pour conséquence d’installer une instabilité politique dont on ne pourrait mesurer ni l’étendue, ni l’évolution et ni la fin.
Cette instabilité politique (TANDJANISATION) pourrait déboucher sur une instabilité sociale qui mettrait le pays dans le chaos, le désordre et l’anarchie (GBAGBOISATION). L e Président Wade est prêt à tout pour se maintenir éternellement au pouvoir de façon normale ou de façon sinueuse ou tortueuse.
Le Président Wade, après tant d’années de sacrifices dans l’opposition et malgré une alternance altérée, détériorée et biaisée mérite une fin heureuse. Ce serait dommage et regrettable qu’il quitte le pouvoir par la petite porte à l’image de Gbagbo. Le Sénégal, après lui avoir accordé tant de privilèges, d’avantages et de pouvoirs ne mérite pas qu’on l’installe dans des incertitudes et des lendemains imprévisibles. Ainsi, les citoyens épris de paix, de patriotisme, imbus des vertus de la Démocratie, de la bonne gouvernance et de l’État de droit ; au delà de toutes obédiences politiques ou apolitiques ; de toutes confessions, confréries et classes sociales, doivent se lever comme un seul homme pour barrer la route à ce vieux "qui parle comme un démocrate et agit comme un dictateur" (Ousmane NGOM dixit).
La Démocratie a un coût qu’il faut payer si on veut toujours préserver l’intérêt général, la stabilité politique et la quiétude sociale. Ce pays doit nous survivre, on doit le laisser intact pour les générations futures comme on l’a hérité de nos vaillants ancêtres. Ce serait lâche, irresponsable de se taire, de laisser faire, d’être inactif en voyant son peuple précipiter dans l’abîme. Il est des moments dans l’histoire d’un pays où l’inaction, la passivité, la fatalité seraient comparables à de la lâcheté, de la faiblesse et de la traîtrise. Défendre son pays est une recommandation divine, c’est un acte de noblesse, de grandeur et de patriotisme qu’il ne faut jamais rechigner à exécuter au moment opportun.
Les marabouts, les hommes d’église, les leaders d’opinion doivent eux aussi prendre leurs responsabilités pour le respect des règles élémentaires et primaires de la Démocratie. Jamais la phrase ‘’ mieux vaut prévenir que guérir’’ n’a eu autant d’acuité et d’actualité dans le Sénégal des ténèbres.
En définitive, on ose espérer que le Président transcende les contingences partisanes et les égoïsmes de bas étage pour ne voir que l’intérêt du Sunugal. IL y va de son intérêt à lui, à sa famille, à son parti …à son pays.
Si le bateau coule personne ne pourra se sauver ; on doit donc être tous ‘’des commandants de bord’’ pour que le bateau sunugal qu’on aime tant, qu’on admire beaucoup, arrive à bon port.


Ben Aboubacar DIAGNE

lesaintlouisien2010@hotmail.com

Notez


Commentez maintenant

1.Posté par Anta le 29/06/2011 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
diadieuf man c'est très cool du courage et bonne continuation

2.Posté par alioune le 30/06/2011 12:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.mai day gnew.je sai k l certificat ne va pa vou fuir

3.Posté par Kader le 01/07/2011 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
SENEGALAISES, SENEGALAIS : NE VOUS LAISSER PLUS MANIPULER

Citoyennes, Citoyens, de mon pays

Dites non, à cette manipulation sournoise et sordide de ces politiciens professionnels.

Jeunes de mon pays, vos ainés en 1999 ont été largement manipulés, par les mêmes personnes.

Ces personnes qui ont participé très activement à l’avènement de Me Abdoulaye Wade au pouvoir.

Ces tenants des discours va-t-en-guerristes d’aujourd’hui ont été hier, les véritables artisans de la destruction et la déstructuration de notre pays.

Ne vous laisser pas utiliser, comme l’ont été vos ainés, eux qui ont eu à perdre plusieurs années de leur cursus (années blanches).

Ne soyez pas des chairs à canon comme l’ont été vos ainés en 1988, dans les manifestations où eux (ces personnes) et leurs enfants ont été souvent absents ou très, très protégés.

En 2000 cette classe politique avait supplié Me Abdoulaye Wade, sagement exilé en France, de venir prendre le pouvoir, qui était dans la rue à cause d’agissement du parti gouvernemental de l’époque, en pleine implosion.

Ils savaient qu’eux n’avaient ni la confiance du peuple ni les compétences requises pour cueillir le pouvoir.

Cette stratégie cachait une idée saugrenue consistant à l’application de la politique très marxiste, « Intégrer les masses pour mieux les manipuler, les absorber et les dominer ».

Leur dessein ayant échoué, grâce à la vigilance de libéraux avertis, ils ont dû quitter le pouvoir la queue entre les pattes sous de prétextes fallacieux et fantaisistes, en jetant le bébé (l’alternance) avec l’eau du bain.

Jeunesse de mon pays, force vive de la nation, refusez d’être manipulés.

L’avenir que font miroiter ces personnages est troublant et essaimé de zones d’ombre.

Soyez toujours circonspects, attentifs, réfléchis et lucides.

Regardez bien autour de vous. Interrogez la raison, le monde et la foi. Gardez toujours le cœur haut fort et libre.

Rappelez-vous toujours que ce pays est le nôtre.

Ne serait ce que pour nos enfants, sauvegardons le, comme se sont évertués à le faire nos pères et les pères de nos pères, pour nous permettre d’être fiers et libres.

Refuser qu’il soit détruit, de par la volonté de certains politiciens et opposants professionnels, sous l’autel d’ambitions personnelles illégitimes.

Ne vous laisser pas manipuler comme l’ont été ceux de 1968, 1988, 1993, 2000 … Abdoukhadre SOW

.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif.

Dans la même rubrique
< >
Vos cartouches d’encre à moindre coût à Saint-Louis chez Home Services !
Suivez l'actualité en temps réel
Facebook
Twitter
Instagram
YouTube
Rss


Les Infos dans votre boite Mail. Inscrivez-vous !

ACTU PEOPLE

Noyena !

Qui n'ose pas ne pas connaitre l'incontournable, le sympathique, l'élégant, le mécène du sportif...

LERAL.NET