NDARINFO.COM

Nouakchott contribue à la sécurité alimentaire de Saint-Louis, selon le ministre mauritanien des Pêches

Vendredi 9 Mars 2018 - 12:30

Le ministre des Pêches et de l’Economie mauritanien, Nani Ould Chrougha, a indiqué que son pays contribue à la sécurité alimentaire de Saint-Louis du Sénégal et que le gouvernement et le peuple mauritaniens accordent une grande importance au devoir de voisinage.

S’exprimant lors d’un point de presse, jeudi soir à Nouakchott, Ould Chrougha a rappelé que la Mauritanie avait accordé aux pêcheurs sénégalais, au cours des dernières années, un droit de capture de 50.000 tonnes de poissons par an à travers un protocole signé entre les deux pays.

Les Sénégalais ne versent en contrepartie que de 10 à 15 euros par tonne alors que les Européens paient à la Mauritanie 123 euros par tonne, selon la convention de pêche liant les deux parties, a-t-il souligné.
Nani Ould Chrougha a ajouté que Nouakchott et Dakar avaient convenu que les captures se fassent de manière durable n’affectant pas la richesse halieutique, signalant que les pêcheurs sénégalais ne débarquent pas leurs cargaisons sur le sol mauritanien.

Cela est contraire à la loi et va à l’encontre de l’objectif de la Mauritanie de protéger sa richesse, a expliqué le ministre qui a assuré que son pays est disposé à accepter toute méthodologie permettant de contrôler les espèces capturées sur les plans de la quantité et de la qualité.

Il a par ailleurs rappelé que son département avait fermé la mer devant la pêche du poulpe en 2014 pour des raisons purement commerciales et n’ayant rien à voir avec les repos biologiques.


Cette mesure était justifiée par la faible capacité de stockage au niveau des ports de pêche qui ne dépassait guère 20.000 tonnes, pour des captures de 30.000 tonnes pour le seul poulpe, a-t-il précisé, ajoutant que cette capacité a atteint aujourd’hui 60.000 tonnes mais qu’elle demeure en deçà des besoins.
 
AFRICATIME


Commentez maintenant

1.Posté par FAIVRE Claude le 13/03/2018 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
qui faut il croire, mais quand on connaît le partage des eaux de la mer, il est bien difficile de trouver une solution. D'autre part, il ne faut pas oublier que si cette pêche fait partie des revenus des 2 communautés, il ne faut pas oublier, que c'est aussi un moyen de survivre
Alors pourquoi pas pour une bonne fois trouver des accords qui seraient productifs et apaiseraient les conflits,
Certes les pêcheurs de saint -louis se trouvent défavoriser par des conditions climatiques qui entravent leur plage, et pourquoi ne pas en tenir comte compte et leur donner le droit de pêcher là où se sentent en confiance pour leur avenir, pourquoi laisser leur côtes saint-louisiennes se détruirent
Une meilleure entente entre les deux faciliteraient bien la vie des ames des pecheurs

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.