Connectez-vous
Saint-Louis du Sénégal
NDARINFO.COM NDARINFO.COM
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

VIES DE CHIEN (42)

Mercredi 13 Juin 2012

Contrairement au baptême des jumeaux, celui du nouveau bébé fut célébré dans la plus grande sobriété et seuls y prirent part les membres de la famille ainsi que quelques amis proches du couple. Tout se passa d’ailleurs à a clinique, le médecin traitant de Yacine ne l’ayant pas encore autorisé à sortir. Toute potelée, mignonne et le visage rond comme un chérubin, la petite fille fut baptisée Elisabeth, du nom de sa grand-mère paternelle et Salimata comme sa tante maternelle et sœur ainée de Yacine.


A l’annonce de son nom par le marabout que l’on avait fait venir pour accomplir le rituel du baptême, cette dernière poussa un cri de surprise et pleura de joie avant de se confondre en remerciements à l’endroit de sa petite sœur et de son mari dont elle loua la générosité. Deux fois divorcée, Salimata Camara n’avait jamais eu la chance d’avoir d’enfant, aussi le fait d’avoir une « turandoo » lui apparut-il comme un don du ciel et le plus beau cadeau que l’on eût pu lui faire.


Puis, au moment où l’on s’y attendait le moins, Salimata se leva subitement de la chaise où elle était assise et se plantant au beau milieu de la chambre de l’accouchée, se mit à exécuter des entrechats dignes des plus grandes danseuses de « sabar » ! En dépit de sa forte corpulence elle virevolta comme une toupie, accompagnée par les applaudissements et les fous-rires de l’assistance gagnée par sa joie débordante.

Lorsqu’elle eut fini son numéro de danse, Salimata se laissa choir sur sa chaise, à bout de souffle mais heureuse comme elle l’avait rarement été au cours de sa vie émaillée de déceptions. Après elle, le vieux Assane Camara se leva et à son tour, s’approcha du berceau où dormait paisiblement sa petite-fille. Il se pencha au dessus d’elle et formula à haute voix des prières et des bénédictions destinées à la protéger et à lui porter chance. Lorsqu’il eut fini, toute l’assistance approuva d’un sonore « Amine » et chacun se leva pour aller vaquer à ses occupations et laisser la mère et son bébé goûter un repos bien mérité.

Deux jours après le baptême de la petite Elizabeth Salimata, Yacine sortit de la clinique et regagna le foyer conjugal où elle reprit sa vie de tous les jours (à suivre…)