Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Vies de Chien
A chaque instant du jour de la nuit, je ne désirais rien d’autre que témoigner mon affection et ma gratitude à mon maître, l’homme à qui je devais de savourer la vie, d’y croquer à pleines dents, avec tout l’appétit juvénile d’un chien dans la force d’âge. J’ai dit que je suivais mon maître comme...
En effet, deux semaines plus tard, lorsqu’il avait vu en direct à la télévision le nouveau président, fraîchement élu, déclarer sans sourciller « Mes chers concitoyens, vos soucis d’argent sont terminés ! Je ferai de vous tous des hommes riches comme Crésus ! » cela lui avait fait l’effet d’une...
Cependant, mon maître ne se contentait pas d’ébranler, par presse interposée, la conscience de l’intelligentsia Sunugalienne ; il participait aussi activement aux fameuses « marches bleues » régulièrement organisées dans toutes les villes de Sunugaal par les partis d’opposition regroupés au sein...
Un sourire qui en disait cependant long sur son état d’âme et sur les sentiments qu’elle éprouvait à ce moment pour l’homme auquel elle avait voué sa vie, consacré le meilleur d’elle-même. Elle voulait rester pour lui l’épouse idéale dont rêvent tous les hommes mais qui, en réalité, n’est qu’une...
Ce n’est qu’au tout dernier moment qu’il leur fit l’accolade et les serra très fort dans ses bras, avec toute la chaleur paternelle, en leur adressant des mots d’encouragement. Moi-même ne pouvant plus contenir mon émotion, je me mis à aboyer bruyamment et sautai sur les jumeaux qui m’embrassèrent...
Jusqu’au moment où nous fûmes séparés par le destin, je n’ai jamais réussi à trouver de réponses à ces questions et ce qui constituait peut-être l’essence de la personnalité de mon maître est demeuré pour moi un mystère définitif. En Juillet 1999, exactement huit mois après mon arrivée dans la...
L’aïeul de mon maître avait écrit ce long poème en prose, rimé du début à la fin, au retour du jihad du Cheikh Omar Foutiyou Tall dans l’armée duquel il avait combattu jusqu’aux falaises de Bandiagara et dont il était miraculeusement revenu sain et sauf. L’œuvre magnifique de cet homme exceptionnel...
Telle qu’elle m’apparut la première fois que j’y avais posé les pattes, la maison paternelle de mon maître n’avait pas dû beaucoup changer. Il s’en dégageait un air rustique et ce cachet traditionnel que l’on retrouve souvent dans les faubourgs et quartiers populaires des villes africaines...
Chacun de ces badauds oisifs y allait de son petit commentaire et de petits rires moqueurs fusaient de cette foule bête que mon maître dut bousculer pour s’approcher de l’endroit où nous nous trouvions, la femme peuhle et moi. Arrivé à notre hauteur, il fit de son mieux pour consoler la laitière à...
Ayant recouvré la liberté, l’indomptable bouledogue avait pris le chemin de l’hydrobase, terrorisant au passage les habitants du village des pêcheurs ; arrivé à destination, il n’avait évidemment eu aucune peine à s’imposer à la horde de laobés chétifs qu’il avait trouvés là. Devenu leur roi, il...
1 2 3 4 5 » ... 9