Connectez-vous

NDARINFO.COM


Vies de Chien
Un gros bélier tout blanc fut immolé et des flots bouillonnants de sang vermeil arrosèrent le sable de la cour de la maison familiale des Sy. Ce rituel propitiatoire était censé sceller un pacte de fidélité indéfectible entre « l’hôte » dont on fêtait l’arrivée et tous les ancêtres de sa lignée...
Pour toute réponse, Liza se contentait d’adresser à son oncle un léger sourire, un peu énigmatique, qui la faisait ressembler la Joconde l’espace d’un cillement. Comprenant alors que son humour était peut-être un peu lourd, tonton Jacques n’insistait pas, préférant passer à autre chose. Au fil du...
Liza aimait particulièrement s’installer à la fenêtre du studio à l’heure du « takusaanu ndar », l’heure de la promenade des élégantes Saint-louisiennes, belles et hautaines, qui s’y donnaient rendez-vous, habillées comme des princesses, dégageant de suaves et voluptueux parfums. Parés de leurs...
Le vieux Birama éprouvait une admiration sans bornes pour Malick depuis que celui-ci était revenu de la terrible guerre des toubabs, bardé de médailles et de décorations. Il était très fier de son fils et ne tarissait pas d’éloges à son endroit car ce dernier était non seulement poli et respectueux...
Hormis le vieux Birama et mère Soda vivaient aussi dans la maison une adolescente d’environ seize ans,Bintou, fille de Ramatoulaye, confiée à sa grand-mère pour son éducation, ainsi que la sœur aînée de Malick, Aïssatou, légère déficiente mentale et qui peut-être à cause de cela n’avait jamais eu...
La première fois qu’il avait trouvé Malick à la maison, tonton Jacques avait failli s’étrangler de fureur et avait répondu du bout des lèvres au salut empreint de déférence du jeune lieutenant. Il n’était d’ailleurs pas resté une seconde de plus, de peur que Liza ne lui présentât son ami, et était...
Commença alors une authentique histoire d’amour entre le lieutenant d’infanterie coloniale Malick Sy et la belle aristocrate Elizabeth Senghor que tout le monde appelait « Liza ». A près l’inoubliable soirée qu’ils avaient passé au mess des officiers du Rognat, les deux jeunes gens s’étaient promis...
Après la défaite de l’Allemagne et la libération de la France du joug hitlérien, le père de mon maître avait séjourné deux années au pays de Marianne, dans une école de formation militaire de la vile de Cannes où il s’était perfectionné dans le métier des armes et avait réussi à décrocher le grade...
Il n’y a aucun doute à ce sujet : les plus belles années de ma vie de chien, je les ai passées chez mon maître, mon bon maître, mon doux maître, le seul qui soit à mes yeux digne de porter ce nom, pour lui aussi un titre. Tous les autres : Samaké, le couple Leputois-Katy, les sorcières de...
Voulant consoler sa dulcinée du ruisseau, Leputois me lâcha un instant et revint vers elle pour l’enlacer et la couvrir de ses baisers visqueux. Katy se contorsionnait comme une limace dans les bras de son vieux, faisant comme d’habitude semblant de prendre du plaisir à ses caresses. C’était tout...
1 ... « 4 5 6 7 8 9