Connectez-vous

NDARINFO.COM


Vies de Chien
Je passai donc ma première nuit chez mon maître dans un petit cagibi où l’on avait disposé un moelleux tapis. Dès que je m’y étendis je ressentis immédiatement une sensation de bien-être qui me fit presque défaillir. Et pour cause : le bain que l’on m’avait fait prendre m’avait non seulement rendu...
Les jumeaux, Assane et Ousseynou, qui avaient donné un coup de main à leur père pour le bain n’y étaient pas allé de main morte et m’avaient, à tour de rôle, frotté vigoureusement tout le corps avec une éponge en crin , riant comme deux petits fous de me voir frissonner comme une feuille morte et...
Dans le prolongement du couloir une sorte de corridor bifurquant sur la droite permettait d’accéder à l’étage par un escalier pas trop étroit, d’une vingtaine de marches ou plus. De là l’on entrait dans un salon cossu au plafond haut, séparé d’une grande salle à manger rectangulaire par une longue...
J’étais donc prêt à subir un lynchage en règle après ce que je m’étais risqué à faire mais, ô surprise, je me sentis au contraire enveloppé dans un tissu soyeux et soulevé de terre par deux bras vigoureux qui me déposèrent ensuite sur un coussin moelleux à l’intérieur de la voiture. Puis le...
J’appris par la suite que la Aïda était rentrée dans une colère noire parce que son chauffeur d’amant, ayant pour une fois pris son courage à deux mains, avait refusé de lui remettre l’argent qu’elle lui réclamait pour s’acheter des produits dépigmentants afin de décaper le peu qui lui restait de...
Bien sûr, me donner à manger et à boire était le cadet de leurs soucis et puisqu’elles ne laissaient presque jamais de reliefs de leurs repas épicés à mort, j’étais bien obligé d’aller dehors chercher ma pitance pour ne pas mourir de faim. J’écumai donc les poubelles du quartier à la recherche de...
Il faut dire que, contrairement à mon maître, homme raffiné et d’une vaste culture, ses prédécesseurs étaient de vrais ignares, ma dernière propriétaire surtout (celle qui m’avait donné le nom de Kouty), femme vulgaire et sans moralité qui vendait des fripes au marché de Sor. Awa G… (C’était son...
Elle était douce, suave, caressante, pénétrante. Une bouffée de chaleur et une étrange sensation de bien-être m’envahirent, du sommet de mon crâne jusqu’à la pointe de mes pattes en passant par mon échine, subitement prise de spasmes irrépressibles. C’était la voix de mon maître ! Elle...
Nombreuses sont les histoires qui mettent en valeur l’altruisme, le dévouement et je dirais même l’héroïsme de la race canine. Qui n’a jamais entendu parler de ces fameux chiens Saint-Bernard qui, au péril de leur vie, ont sauvé et continuent de sauver des hommes d’une mort certaine dans les...
Je n’avais droit qu’aux caresses et aux câlins et bien évidemment il ne serait jamais venu à l’idée de personne de lever la main sur moi, sous peine d’être sévèrement réprimandé. Plus d’une boniche s’était vue renvoyée manu militari tout simplement parce qu’elle avait négligé de me donner à manger...
1 ... « 5 6 7 8 9