Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Clédor Sène "banni" par un média sénégalais

Dimanche 16 Juin 2019

Clédor Sène "banni" par un média  sénégalais
Depuis la publication de l’enquête de la Bbc, intitulée : “scandale à 10 milliards de dollars”, Amadou Clédor Sène fait partie des personnes les plus sollicitées par les médias sénégalais, pour se prononcer sur la gestion des ressources pétrolières et gazières. Paradoxalement, beaucoup de professionnels de l’information estiment qu’un tel personnage ne devrait pas avoir droit au chapitre, à cause de son passé.

“Un organe de presse, très à cheval sur l'éthique professionnelle, a pris une décision très ferme : TOUT JOURNALISTE QUI AURA INTERVIEWÉ CLEDOR SENE sera sanctionné avec rigueur”. C'est le journaliste - formateur Jean Meissa Diop qui en fait la révélation sur sa page Facebook.

Pour l’ancien membre du conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra), c'est une “belle leçon pour les autres chaînes de radio et de télévision”. 

Seulement sa publication a suscité divers commentaires. “Et pourquoi doit-il être banni des médias ? S'il a commis une faute, il a payé. Où est le pardon ? Où est la rédemption ? Je crains que derrière la décision de ce média, il y ait des non-dits. Gardons-nous de l'intolérance dans ce pays”, alerte le directeur de Amnesty Sénégal, Seydi Gassama. 

Un avis que ne partage guère Aly Fall. “Il y a des anti-valeurs dont il faut cacher le visage aux Sénégalais”, soutient le journaliste.

Cependant, d’aucuns soutiennent que c'est une entrave grave à la liberté d'expression. C'est le cas de l'ex porte-parole du Pds, Babacar Gaye.

“Jean Meissa Diop, merci d'être transparent avec nous pour que plus jamais, je ne repondrai à une question de cet organe d'oppression du droit d'opinion. Sans considération autre que celle liée à l'idée que je me fais de la tolérance”, souligne le libéral.

Derrière cette polémique se cache une question de fond : un organe de presse a-t-il le droit de rejeter un citoyen pour ses antécédents ?

“Aucun média ne devrait décider de bannir un citoyen même s'il a eu un passé criminel”, tranche le directeur des études du Cesti, Mamadou Ndiaye.

SENEWEB
 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Dagga le 16/06/2019 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'espère que cet organe de presse ne donne plus la parole au violeur d'adolescente qui a été condamné puis gracié par le président et qui est devenu un autre Farba Ngom

2.Posté par Hers le 17/06/2019 06:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le problème de Cledor ce ńest pas son passé criminel(qui devrait normalement l’inciter à faire profil bas, il a été condamné pour avoir assassiné Me Babacar Seye, vice-président du conseil constitutionnel) non son problème, c’est qu’il raconte beaucoup de contrevérités et contribue à la désinformation nationale sur le dossier du pétrole et du gaz. C’est pourquoi on ne doit pas lui donner accès au média.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.