Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Coronavirus : La Chine rejette l'appel à une enquête sur les origines de la maladie

Dimanche 26 Avril 2020

La Chine a rejeté les appels à une enquête internationale indépendante sur l'origine du coronavirus.

Chen Wen, une diplomate de haut rang, a déclaré à la BBC que ces demandes étaient politiquement motivées et qu'elles détourneraient l'attention de la Chine de la lutte contre la pandémie.

Des informations sur l'origine du Covid-19 et sur sa propagation initiale pourraient aider les pays à lutter contre la maladie.

On pense que le virus est apparu dans un marché d'animaux sauvages de la ville de Wuhan à la fin de l'année dernière.

Entre-temps, un rapport de l'UE accuse la Chine de diffuser des informations erronées sur la crise.

Le service d'action extérieure de l'Union européenne affirme que la Russie, et dans une moindre mesure la Chine, ont "ciblé des récits de conspiration" dans l'UE et les pays voisins.

Le président américain Donald Trump a également attaqué à plusieurs reprises la Chine pour sa gestion de l'épidémie, et l'État du Missouri poursuit le gouvernement chinois, l'accusant de ne pas faire grand-chose pour arrêter la propagation du virus.

À quoi la Chine s'oppose-t-elle ?

Presque dès le début de la pandémie, des appels ont été lancés pour que des enquêteurs internationaux soient autorisés à entrer en Chine afin de découvrir comment tout a commencé.

Jeudi dernier, le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré qu'il ferait pression pour qu'une enquête soit menée lors de la réunion annuelle, le mois prochain, de l'Assemblée mondiale de la santé, l'organe décisionnel de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). L'Australie siège au conseil exécutif de l'assemblée.

L'organe prévoit déjà de discuter des appels à un examen des "enseignements tirés" des urgences sanitaires.

Mais Mme Chen a déclaré à la BBC que son pays ne pouvait accepter aucune enquête internationale.

"L'enquête indépendante est motivée par des raisons politiques", a-t-elle déclaré.

"Nous luttons contre le virus en ce moment, nous concentrons tous nos efforts sur la lutte contre le virus. Pourquoi parler d'une enquête sur ce sujet ? Cela détournera non seulement l'attention, mais aussi les ressources.

"C'est une initiative politiquement motivée, je pense que personne ne peut être d'accord sur ce point... Cela ne servirait à personne."

Mme Chen a déclaré qu'il y avait beaucoup de rumeurs sur les origines du virus, mais que cette désinformation était dangereuse, a-t-elle affirmé, et a dit que c'était comme un virus politique et aussi dangereux que le coronavirus lui-même, si ce n'est plus.

Les Européens sont "nerveux" face à la Chine

Jusqu'à présent, les gouvernements européens ont hésité à s'engager dans une querelle diplomatique avec la Chine à un moment sensible.

Un fonctionnaire britannique, qui comme d'autres a refusé de s'exprimer, a déclaré qu'il y avait une "nervosité" à affronter la Chine et que les relations étaient "délicates".

Les pays dépendent de Pékin pour la livraison d'équipements vitaux pour faire face à la crise et veulent garder le flux d'informations ouvert pour aider à comprendre ce qui s'est passé cette fois-ci et prévenir de futures épidémies, et les experts disent que l'approche doit être soigneusement calibrée.

"Nous devons réduire la rhétorique et la confrontation parce que nous avons quelque chose de plus sérieux à traiter", affirme Charles Parton, ancien diplomate britannique en Chine et maintenant associé principal du groupe de réflexion RUSI.

Aux États-Unis, en revanche, la question de la Chine devient très politisée en cette année d'élections, avec des appels contradictoires en faveur d'une ligne dure à l'égard de Pékin et des pressions pour que l'on enquête sur les origines du virus.

Que dit le rapport de l'UE ?

"Malgré leur impact potentiellement grave sur la santé publique, les sources officielles et soutenues par l'État de divers gouvernements, y compris la Russie et - dans une moindre mesure - la Chine, ont continué de cibler largement les récits de conspiration et la désinformation, tant dans l'UE que dans le voisinage", indique le rapport.

Il affirme que les fonctionnaires chinois et les médias d'État ont tenté de détourner la responsabilité de l'épidémie, en réduisant toute mention de Wuhan comme origine du virus, certains médias sociaux contrôlés par l'État continuant à diffuser la théorie selon laquelle l'épidémie était liée à la visite de représentants militaires américains.

Les auteurs affirment également qu'il existe "des preuves significatives d'opérations chinoises secrètes sur les médias sociaux", citant des rapports de réseaux sur Twitter ayant des liens avec le gouvernement chinois.

Le rapport pointe également du doigt la Russie pour avoir propagé la désinformation, affirmant que des sources pro-Kremlin et les médias d'État russes continuaient à mener une campagne coordonnée dans le but de saper l'UE et sa réponse à la crise et de semer la confusion sur les origines et les implications sanitaires du coronavirus.

BBC AFRIQUE
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.