Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

L’attaque carbure, la défense vacille !

Samedi 26 Novembre 2022

La bonne nouvelle est de retrouver une attaque qui carbure. Et la mauvaise pour Cissé, c’est d’assister à nouveau à des errements défensifs qui ne se pardonnent pas surtout en Coupe du monde.

La bonne nouvelle est de retrouver une attaque qui carbure. Et la mauvaise pour Cissé, c’est d’assister à nouveau à des errements défensifs qui ne se pardonnent pas surtout en Coupe du monde. Trois jours pour régler définitivement ce problème pour ne pas le regretter face à l’Equateur pour l’une des finales des deux tickets qualificatifs au second tour.

S i le Sénégal veut aller loin dans cette Coupe du monde, Aliou Cissé est tenu de revoir sa défense. Car même s’il a fini de mettre les hommes qu’il faut à la place qu’il faut, l’organisation de sa défense pose encore problème. En deux matches, elle a pris trois buts quasi identiques avec à chaque fois une responsabilité individuelle engagée.

 A la 77e mn, Aliou Cissé qui mène déjà par deux buts à zéro, opère un changement et réorganise sa défense. Ismael Jacobs auteur d’une bonne prestation mais aussi d’un carton jaune doit être sauvé d’un match visiblement plié. Pape Abdou Cissé entre à sa place, remplace Abdou Diallo qui prend à son tour le flanc gauche en position de latéral. Une minute après, les Qatari qui étaient bien dans le match depuis plus d’un quart d’heure ouvrent à droite.

Abdou Diallo qui n’avait visiblement pas encore pris service sur le flanc assiste sans rien faire au centre de l’attaquant qatari qui trouve la tête de Muntari pour la balle du 2-1. Encore Pape Adou Cissé qui ne s’est pas bien replacé pour empêcher ou gêner ce coup de tête fatal aux «Lions». A 2-1, tout était encore possible. Sauf que les «Lions» qui n’ont pas laissé le suspense durer ont vite calmé les ardeurs de leurs adversaires.

A la 84e mn, Ilimane Ndiaye qui venait de faire son entrée 10 mn avant se joue de toute la défense des Qatari en dribblant plus de trois joueurs, s’appuie en une-deux sur Sabaly et offre un centre bien fait et en retrait à Bamba Dieng qui sonne le tocsin (3-1). Les dès venaient d’être jetés tout simplement avec ce score ouvert par Boulaye Dia. Sur une relance ratée du défenseur adverse, Boulaye fusille le portier qatari pour ouvrir le bal. De retour des vestiaires, Famara Diédhiou sur une tête décroisée suite à un corner bien servi au premier poteau par Ismael Jacobs portait la note à 2-0. Il faut signaler en passant deux arrêts de classe mondiale d’Edouard Mendy (65e mn et 67e mn) qui auraient pu changer la donne.

LES ATTAQUANTS AU RENDEZ-VOUS

Le problème d’Aliou Cissé au coup de sifflet final de la défaite subie contre les Pays-Bas lundi dernier, était de savoir comment proposer une animation offensive fluide pour que les attaquants retrouvent le chemin des filets. Et aujourd’hui, ces derniers ont répondu présents en attendant de parfaire l’animation offensive. Tous les trois buts ont été marqués par des attaquants. Et ce sont de vrais buts d’attaquants. Car si Boulaye Dia a été très opportuniste pour exploiter la relance ratée du défenseur Qatari, l’appel et le mouvement de la tête de Famara Diédhiou est l’œuvre d’un buteur rompu à la tâche. Et que dire de cette intelligence de Bamba Dieng qui a ralenti sa course pour se défaire des deux centraux d’en face qui avaient pourtant fini de le mettre en sandwich au départ de l’action. Des buts qui vont donner de la confiance à l’attaque des «Lions» et relancer la concurrence dans ce secteur, le tout au grand bonheur d’un coach qui devra en tirer profit.

DU 4-4-2 POUR SURPRENDRE ET ATTAQUER

Alors que la plupart des analystes misaient sur le 4-2-3-1 habituel, Aliou Cissé surprend tout le monde et opte pour le 4-4-2 plat. Ce qui trahissait déjà son envie de vouloir attaquer ce match dès le coup de sifflet final. Ce qui fait que même dans l’animation, l’équipe se retrouvait souvent en 4-2-4 avec des ailiers qui touchaient la ligne et apportaient de la percussion dans les actions offensives. En face, l’adversaire se replie dans sa zone avec trois lignes en 5-3-2 ou en 5-4-1. Sauf que cette résistance n’a duré que 40 mn avant que les coéquipiers de Muntari ne laissent des espaces derrière et commettent des fautes individuelles dont celle qui a été exploitée par Boulaye Dia. Une révolution tactique qui a porté ces fruits face au Qatar mais qui nécessite d’être peaufinée face à des équipes organisées comme l’Equateur. A signaler que l’équipe a terminé le match en 4-3-3 suite à l’entrée de Pathé Ciss à la place de Krépin Diatta (63e mn)

KREPIN LE FLOP

 Sa prestation n’a pas été reluisante contre les Pays-Bas. Il n’a pas fait mieux face au Qatar (3-1). Reconduit sur le flanc mais dans un autre dispositif, Krépin Diatta a souvent perdu de bonnes balles, pris de mauvaises décisions et ralenti les contre-attaques sénégalaises. Deux copies qui font douter des capacités du Monégasque à faire son trou dans cette équipe du Sénégal. Freiné par une série de blessure qui ne l’a pas souvent épargnée, Krépin aurait pu profiter de ses deux titularisations pour bousculer la hiérarchie établie à son absence et se faire une fois pour toute une place indiscutable dans le onze de Cissé. Sauf qu’au sortir de ces deux matches du Sénégal, il est plus proche de faire les frais des jeunes loups qui frappent à la porte de l’équipe depuis un certain temps que de constituer ne menace pour les titulaires. Notamment Ilimane Ndiaye qui s’illustre dès ses premières 17 minutes en Coupe du monde pour montrer son efficacité avec une passe décisive. Ainsi, Krépin risque de céder sa place dans le onze pour refiler son maillot de remplaçant au moment où l’équipe est en reconfiguration au niveau de l’attaque suite au forfait de Sadio Mané. Sorti à la 73e mn, Krépin Diatta vient de griller un joker au grand bonheur de ses concurrents en équipe nationale.

FEUILLE DE MATCH

Qatar / Sénégal 1-3

 Vendredi 25 novembre 2022 Al Thumama Stadium (Doha)

Buts :

Sénégal : Boulaye Dia (41’), Famara Diédhiou (48’), Bamba Dieng (84’).

Qatar : Mohammed Muntari (78’)

Avertissements

Sénégal : Boulaye Dia (30’), Ismail Jakobs (52’), Pathé Ciss (87’)

Qatar : Ismail Mohammad (20’), Hossam Ahmed (45’), Assim Madibo (90+1)


Arbitres Antonio Miguel Mateu Lahoz, assisté de Pau Cebrián Devis et Roberto Díaz Pérez Del Palomar (trio Espagne). 4ème arbitre : Kevin Ortega (Pérou)

Composition Équipes

Qatar : M. Barsham – P. Miguel (Abdulwahhab 83’), B. Khoukhi, A. Hassan – I. Mohammad, Homam Ahmed (Tarek Salman 83’), K. Boudiaf (A. Hatem 69’), H. Al-Haydos (cap.) (Muntari 74’), Assim Madibo – Almoez Ali, Akram Afif. Sélectionneur : Felix Sanchez

Sénégal : Édouard Mendy – Youssouf Sabaly, Kalidou Koulibaly (cap.), Abdou Diallo, Ismail Jakobs (Pape Abou Cissé 77’) – Nampalys Mendy (Pape Matar Sarr 78’), Gana Guèye, Krépin Diatta (Pathé Ciss 64’), Ismaïla Sarr (Iliman Ndiaye 74’) – Boulaye Dia, Famara Diédhiou (Bamba Dieng 74’). Sélectionneur : Aliou Cissé