Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

SERIGNE MOUNTKHA BASSIROU MBACKÉ, UNE VIE DÉDIÉE À CHEIKH AHMADOU BAMBA

Mardi 6 Octobre 2020

Charisme, humanité…Personnalité… Serigne Mountakha Bassirou Mbacké chérit les plus belles vertus. Le Khalife général des Mourides est un homme d’exception, dévoué aux causes justes, à l’humain et à sa mission ; celle-là dédiée à son illustre ascendant, Cheikh Ahmadou Bamba.


SERIGNE MOUNTKHA BASSIROU MBACKÉ, UNE VIE DÉDIÉE À CHEIKH AHMADOU BAMBA
Intronisé officiellement Khalife général des Mourides le mercredi 10 janvier 2018, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a grandi dans l’ombre de ses frères. Connu pour sa simplicité, son humilité et sa modestie, le «khalife de la continuité», comme on le surnomme affectueusement, est connu pour sa culture, sa maîtrise du Coran mais aussi de l’éducation islamique et des enseignements de Serigne Touba.

Fils de Serigne Bassirou Mbacké ibn Khadim Rassoul et de Sokhna Bineta Diakhaté, il a vu le jour à Darou Salam Kael, à environ 3 km. Serigne Bassirou Mbacké y a, en effet, vécu de longues années. Très jeune, Serigne Mountakha s’est intéressé aux sciences islamiques. En âge d’aller à l’école, raconte son fils Mame Thierno Mbacké, son père l’a confié à Serigne Mor Aminta Diop. «Ce dernier l’avait placé sous la férule de Serigne Bassirou Tall, un de ses disciples. Par la suite, Serigne Bassirou l’a amené à Gossas pour parachever son apprentissage du Coran chez Serigne Mor Mbaye Cissé. Il l’a ensuite confié à Serigne Abibou Mbacké pour parfaire ses connaissances.

Il y est resté un moment avant d’aller en Mauritanie poursuivre sa quête de sciences», renseigne Mame Thierno Mbacké. «À l’époque, beaucoup de savants allaient se perfectionner en Mauritanie. Son père, Serigne Bassirou, est aussi allé en Mauritanie, mais Serigne Touba l’a rappelé pour s’occuper lui-même de son éducation religieuse. A l’époque, de nombreux érudits fréquentaient le Cheikh», précise Mame Thierno Mbacké.
 
Itinéraire de l’érudit
 
Au pays des Mourabitounes, informe Mame Thierno Mbacké, Serigne Mountakha souhaitait maîtriser la langue arabe. Mais il n’y a pas duré, même s’il a maîtrisé tous les livres qu’ils voulaient apprendre dont «Hawnout Talibine» et «Alfiatoub nou Malick». D’ailleurs, fait-il savoir, à son retour, son père a testé ses connaissances dans ce domaine et s’était rendu compte qu’il avait bien maîtrisé son sujet.

«Serigne Bassirou a alors magnifié sa détermination et lui a fait comprendre que seule la volonté était importante». Serigne Mountakha Mbacké fut à nouveau envoyé chez Serigne Modou Dème à Diourbel afin qu’il parachève sa quête. Après avoir reçu la bénédiction de ce dernier, Serigne Bassirou Mbacké l’a pris à ses côtés et l’a installé à Touba Mboul et il y a fondé une famille.

«Cette localité, distante de 18 km de Touba, n’était pas éloignée de Kael. Un grand érudit du nom de Cheikh Abibou Mbacké vivait là-bas et possédait un «daara» où il enseignait le Coran et les sciences islamiques. À cette époque, tous ceux qui ne fréquentaient pas le «daara» de Serigne Modou Dème ou de Serigne Mbacké Bousso Guédé étaient formés par Serigne Abibou Mbacké». D’ailleurs, confie Mame Thierno Mbacké, Serigne Mountakha raconte que son père lui avait recommandé, à son retour de la Mauritanie, d’aller au «daara» de Serigne Abibou pour se perfectionner.

«Il lui avait dit que ses études en Mauritanie ne devaient pas le pousser à sous-estimer le savoir de cet homme. Il a alors suivi les recommandations de son père», renseigne Mame Thierno Mbacké qui dépeint son père comme un homme plein de convictions. D’après lui, Serigne Mountakha peut valablement être inscrit dans la lignée des savants. «Il aimait toujours à dire que c’est bien d’apprendre, mais qu’il est tout aussi important de se réaliser spirituellement», confie-t-il.
 
Au service de la communauté
 
Aujourd’hui, le plus âgé des petits-fils de Cheikh Ahmadou Bamba, en plus de son érudition, se distingue par sa vertu. Généreux, versé dans l’adoration et l’invocation de Dieu, il est profondément attaché à la lecture du Coran. «Il est toujours resté fidèle aux préceptes du Mouridisme, à savoir l’adoration de Dieu et le culte du travail. Tous ses biens vont dans la construction de mosquées. Il a créé de nombreux daaras et a transmis le savoir à de nombreux disciples», magnifie Mame Thierno Mbacké, non sans insister sur les excellents rapports qu’il a toujours entretenus avec toute la descendance de Khadim Rassoul, et surtout avec tous les Khalifes qui l’ont précédé.

«Ses rapports étaient étroits avec ses prédécesseurs. Il était très lié à Serigne Saliou Mbacké qui lui confiait certaines missions. Il l’avait chargé de lui faire la prière mortuaire. Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké Fallilou et Serigne Sidy Mokhtar Mbacké avaient fait de lui leur «jëwriñ».
 
De belles œuvres
 
C’est une lapalissade que de dire que Serigne Mountakha Bassirou Mbacké s’est inscrit dans la continuité de ses prédécesseurs qui ont chacun apporté sa pierre à l’édifice dans le développement de Touba et dans le rayonnement du Mouridisme. Devenu Khalife en janvier 2018, il a très vite affiché sa volonté d’achever les travaux de la mosquée «Massalikul Jinaan» et celle de Touba. Il s’est également employé à relancer les travaux du grand Complexe Cheikh Ahmadoul Khadim (Ccak) qui constitue son plus grand projet, selon son fils aîné, Mame Thierno Mbacké.
 
De son inauguration, le 7 juin 1963 à aujourd’hui, la Grande mosquée de Touba est en perpétuel chantier malgré sa splendeur. Les différents khalifes généraux ont tous contribué aux travaux de rénovation et d’agrandissement de ce joyau. Sous Serigne Mountakha Bassirou Mbacké, la grande mosquée est encore en train d’être rénovée et élargie. «Cette maison de Dieu est un patrimoine gigantesque qui est en perpétuel chantier.

Le souhait du Khalife est de compléter le travail entamé par Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké qui s’est beaucoup investi à la suite de ses prédécesseurs», assure son fils, Mame Thierno Mbacké. Il met l’achèvement des travaux de la mosquée «Massalikul Jinaan», dont la construction a démarré en juillet 2012, à l’actif de l’actuel Khalife. «Serigne Mountakha avait à cœur de terminer l’œuvre de Serigne Cheikh Sidy Mokhtar Mbacké. Depuis qu’il est devenu khalife, il s’est employé à achever ce chantier monumental grâce à l’élan de solidarité de la communauté mouride. Sa détermination et son engagement lui ont permis de relever ce défi. La très forte mobilisation lors de l’inauguration démontre combien cette réalisation est importante», indique-t-il, non sans rappeler que son père est «un très grand militant du savoir».
 
Cheminement spirituel
 
Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a aussi fondé le «Daray Kamil» de Touba Darou Marnane et a mis de gros moyens pour le doter de livres. Aujourd’hui, la bibliothèque est riche de centaines de volumes, des ouvrages profanes qui proviennent aussi de donation. Avant la bibliothèque, Serigne Mountakha a reconstruit la mosquée de Darou Minam. Cet édifice, précise Mame Thierno Mbacké, a été érigé par Serigne Moustapha Bassirou Mbacké il y a un peu plus de quatre décennies. «Suite au rappel à Dieu de Serigne Bassirou en 1966, Serigne Moustapha, devenu Khalife de la famille, a pris l’initiative de réaliser cette mosquée en l’honneur de son défunt père. Un mois et 20 jours après son décès, Serigne Mountakha, qui lui a succédé, a rasé la mosquée pour la reconstruire», rappelle-t-il. «C’est le premier acte qu’il a posé pour rendre, lui aussi, hommage à son père. La mosquée, implantée par Serigne Moustapha, son frère, commençait à devenir vétuste. Il a jugé opportun de la raser et de la reprendre pour en faire un véritable joyau qui ne désemplit pas».
 
De même, relève Mame Thierno Mbacké, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a aussi réhabilité la mosquée de Porokhane. «C’était aussi une de ses volontés et il l’a réalisée. C’est un grand édifice très moderne», assure-t-il. De son vivant, Serigne Abdoul Ahad Mbacké avait démarré le projet de construction de l’université de Touba. Aujourd’hui, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a pris le relais et en a fait une louable ambition au profit de toute la communauté.

Conscient que la foi en Dieu ne peut se construire que sur la base de la connaissance, l’actuel khalife général des Mourides s’est engagé à réaliser le Complexe Cheikh Ahmadoul Khadim pour l’éducation et la formation qui englobe l’université de Touba pour accompagner et encourager les musulmans à l’éducation spirituelle et à la vénération du Seigneur. Comme s’y est employé, toute sa vie durant, son illustre ascendant, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké qui guide toutes ses actions.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.