Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Cheikha Mariama Niass ensignait le noble Coran dés l’âge de 16 ans

Samedi 26 Décembre 2020

Fille de Cheikh Al Islam, Ibrahima NIASS, Cheikha Mariama Niass a consacré sa vie à l’éducation des enfants et à l’enseignement coranique. Une grande citoyenne qui forme les femmes et les hommes de demain DAR AL QURAN AL KARIM est une Institution d’enseignement qui a été fondée en 1952 par Cheikha Marième Ibrahima NIASSE.


Cheikha Mariama Niass ensignait le noble Coran dés l’âge de 16 ans
A l’âge de 16 ans, elle commença à enseigner le Coran avant même d’être mariée. «Je ne peux compter ceux à qui j’ai enseigné. Ça fait des générations », révèle-t-elle. Mieux, séduit par la qualité de l’enseignement et de l’éducation inculquée aux enfants par cette érudite, un Haoussa nigérian du nom d’Harouna Rachid envoya à Saïda Mariama l’ensemble de ses talibés, selon son fils Ben Amr. Elle se veut également une parfaite épouse. Elle quitta le domicile paternel pour rejoindre son mari, le très respecté El Hadji Omar Kane à Dakar en 1952. Et c’est la vie conjugale qui l’a amenée dans la capitale d’où elle est découverte par le monde entier.

« Je dis souvent aux femmes de respecter leurs époux si elles veulent avoir des enfants à l’image de Mame El Hadji Abdoulaye Niass, El Hadji Malick Sy ou Serigne Touba», conseille Saïda. Selon elle, au lieu d’aller chercher un charlatan pour ferrer son mari, vaut mieux lui offrir un bon poulet rôti.

A peine installée dans la capitale, Saïda crée une « Madrassa » dans l’enceinte de la maison familiale, sise sur l’avenue Malick Sy. Les voisins découvrent son action très utile du fait de la rareté d’écoles coraniques, dispensant un enseignement de qualité. C’est ainsi que tranquillement et sans négliger ses tâches domestiques, elle se mit à enseigner le Coran dans sa propre chambre. Cet enseignement gagnait de plus en plus de sympathisants parmi les gens du quartier et les fonctionnaires. Beaucoup de cadres de l’administration sénégalaise décidant d’apprendre auprès de Saïda Marième Niass ; cette action se développait d’année en année. Et à partir des années 1960, des élèves venant de l’étranger (Nigeria, Ghana, Togo, Mali, Mauritanie) commencèrent à arriver.

Une audience internationale qui s’affirme

Progressivement et sans que Saïda Marième l’ait cherché, son action silencieuse et discrète commençait à être découverte par l’opinion publique.

Son effort, en vue d’apporter en permanence des innovations pédagogiques n’est certainement pas étranger à ce succès. Entre 1960-1962, elle effectue, en compagnie de son père Cheikh El Hadj Ibrahima Niass, son premier pèlerinage à La Mecque.

Et au cours des nombreux déplacements avec son père dans la plupart des pays arabes, durant les années 1960 et 1970, elle a eu à vivre beaucoup d’expériences en matière d’enseignement coranique dont elle s’est inspirée utilement.

« Plus tard, dans les années 80, il y avait un boom extraordinaire », témoigne son fils Ben Oumar. Mais, tout explose véritablement après l’accueil du président Abdou Diouf à Taïba Niassène en 1981.
Immédiatement après son investiture, ce dernier découvrit avec surprise et l’opinion publique avec lui, la qualité de la formation donnée par Saïda Marième Niass.


Abdou Diouf devait plus tard l’aider à acquérir un terrain de 35.000 m² qui servira à la réalisation d’un Institut islamique moderne, qui deviendra un meelting pot de près de 1.500 élèves.

Depuis 1981, l’opinion publique sénégalaise découvre chaque jour l’école coranique de Saïda Marième à travers les nombreuses manifestations qu’elle organise (journée du Coran en juin 1985, « mission télévisée sur Daral Quran en juillet 1986, etc.).

On ne compte pas moins d’une dizaine de nationalités : Algérie, Tunisie, Liban, Sénégal, Mauritanie, Mali, Niger, Togo, Bénin, Nigeria et Ghana. Les étrangers représentent 15% de l’effectif total des élèves. Les internes représentent des centaines de personnes, toutes entretenues par Saïda Marième Niass.

L’école est reconnue par le décret présidentiel n° 96834 du 8 octobre 1996


« C’est la volonté divine », résume-t-elle. Aussi, la même année, (septembre 2007), son école est désignée lauréate de la fête de l’Excellence qui récompense les meilleurs du Cm2 au Sénégal et reçoit le prix de Leadership féminin en matière d’éducation des mains de Mme Viviane Wade, présidente de l’Association éducation santé (Aes) et du ministre de l’Education nationale. Mère de 8 enfants, Saïda Marième Cheikh Ibrahim Niass marche sur les traces de son vénéré père. Elle raconte : «Baye disait qu’à chaque fois qu’il initiait des enfants au Coran, la fille les devançait ».


Toujours en avance, les consécrations pleuvent. A titre d’exemple, en juin 2007, la fondatrice de Dar Al Quran Karim a été retenue parmi les 300 personnalités islamiques mondiales invitées par l’université de Cambridge, pour faire entendre la voix de l’Islam authentique et œuvrer à l’instauration d’un dialogue islamo-judéo-chrétien.
Sa foi, son sens élevé de la responsabilité en bandoulière, Saïda aide ses talibés à s’insérer dans la société, professionnellement et économiquement.

Source: Faydatidianiya.com

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.