Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Coronavirus au Sénégal : le variant Delta à l’origine de la nouvelle explosion de cas ?

Jeudi 8 Juillet 2021

Le Coronavirus est loin d’en avoir terminé avec nous. Le virus continue de circuler malgré le semblant de décrue constaté ces derniers mois. Depuis une semaine, le nombre de cas ne cesse de grimper.


Coronavirus au Sénégal : le variant Delta à l’origine de la nouvelle explosion de cas ?
Du 30 juin au 7 juillet 2021, le Sénégal a enregistré 1.308 nouveaux cas. Rien que pour la journée du mercredi 1er juillet, c'est-à -dire aujourd’hui, 356 contaminations ont été recensées sur 2.388 tests réalisés. Or, le nombre de cas n’a pas dépassé 2.095 du 1er au 30 juin. Le mois précédent, à savoir du 1er mai au 1er juin, il y avait moins de contaminations, précisément 1.045, c'est-à -dire moins que ce qui a été observé cette semaine. Tout simplement alarmant !

Mais la situation risque d’empirer si rien n’est fait pour renverser la tendance. Lors de la réunion du Comité national de gestion des épidémies, le Professeur Moussa Seydi avait alerté l’opinion sur le fait que plus en plus de jeunes sans comorbidités présentent des formes graves.


Le scientifique sénégalais, responsable de la prise en charge médicale a beaucoup insisté sur la vaccination face à la circulation des variants. Le plus inquiétant,Delta est malheureusement présent au Sénégal.

 Delta signalé au Sénégal

 

Au Sénégal, ce variant a été détecté par l’Institut Pasteur de Dakar (IPD) et l’Institut de recherche en Santé, de surveillance épidémiologique et de formation (IRESSEF).

D’avril à mai 2021, l’IPD affirme avoir réalisé un échantillonnage chez les voyageurs sortants. Ainsi, sur un total de 275 échantillons séquencés, le variant nigérian a été identifié dans la majorité des prélèvements, c’est à dire 95 cas, soit 35%), suivi du variant britannique dit Alpha avec 63 cas, soit 23 %.

 

Le même communiqué renseigne qu’un nouveau cas de variant sud-africain a été détecté alors que les analyses ont permis d’identifier le variant indien dit Delta chez deux voyageurs étrangers. Outre ces variantes connues, 10 autres lignes ont été décelées par l’Institut Pasteur de Dakar.

 

« À ce jour, 900 échantillons ont été passés au séquençage avec 300 échantillons positifs au SARS-COV-2 de la première vague et 600 échantillons positifs SARS-COV-2 de la deuxième vague.


Pour ce qui est de la première vague, aucun variant préoccupant n’a été identifié. Pour ce qui est de la deuxième vague, on a retrouvé une plus grande variabilité du virus avec 30 variants différents avec 10 % des souches constituées par des variants dits préoccupants », informait pour sa part, le professeur Souleymane Mboup selon qui, 95 % de ces variants trouvés sont de la classe Alpha plus connu sous le surnom de britannique alors que 5 % appartiennent à la famille du variant indien ou Delta.


En conséquence, ces deux laboratoires de référence avaient bien insisté sur le respect des mesures barrières mais surtout sur la nécessité de vacciner le maximum de personnes pour se mettre à l’abri d’une troisième vague au Sénégal.

60 % plus contagieux que le variant britannique


Apparu pour la première fois en Inde, il est 60 % plus contagieux que le variant anglais. Selon euronews lu à Dakaractu, ce variant comprendrait des mutations permettant au nouveau coronavirus de s’accrocher plus facilement aux cellules de notre corps.

Une autre inquiétude est liée aux symptômes qui lui seraient propres. Le professeur Tim Spector qui dirige l’étude des symptômes Zoe COVID au Royaume-Uni a révélé que pour le variant Delta, les symptômes dominants étaient le mal de tête et l’écoulement nasal. Chez les jeunes, le scientifique fait savoir que la maladie se présente sous la forme d’un « mauvais rhume ».


Selon l’organisation mondiale de la Santé (OMS), le variant Delta a été identifié dans 16 pays dont 9 connaissent une augmentation de cas.

En Afrique, ce nouveau variant est présent dans 3 des 5 pays où les contaminations ont connu une hausse inquiétante à la date du 27 juin dernier.


En République démocratique du Congo où la troisième vague s’est installée depuis mai dernier, le variant Delta domine dans 79 % des échantillons tandis qu’en Ouganda, il est vu dans au moins 97 % des échantillons.

DAKARACTU


 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.