Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO.COM
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

MARY TEUW NIANE MARTÈLE : « L'enseignement supérieur était très malade, pratiquement à genoux. Aujourd'hui, c'est un grand convalescent qui se lève et qui marche »

Dimanche 18 Février 2018

Pour le Ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, « l'enseignement supérieur était très malade, pratiquement à genoux avant 2013. » Une situation qui a beaucoup causé de tort au système, mais qui a été jugulée par le paquet de mesures pris par le régime actuel et qui se résume à une réforme fondamentalement intelligente. Résultat, selon le ministre qui intervenait dans le Grand Jury de Rfm, « aujourd'hui, l'enseignement supérieur est un grand convalescent qui se lève, qui marche... » 
  
 Il reconnaîtra, tout de même, que les retards de salaires et de bourses (52 milliards par an)  constituent des difficultés et qui font que « ça bouillonne parfois. » Toutefois, rappelle-t-il, « en 2012, il ne se passait presque pas une semaine où les étudiants ne lançaient pas des pierres. Aujourd'hui, l'exception ce sont ces sorties. L'an dernier, nous avons reçu 12.000 étudiants étrangers... Nous sommes aujourd'hui en train de retomber sur nos pieds. Il n'y avait pas d'équité et de transparence dans le système. » 


Interpellé sur ce '' phénomène '' que constitue l'Université virtuelle, Mary Teuw Niane se voudra rassurant : « l 'Université virtuelle est l'avenir de l'enseignement supérieur au Sénégal. » Il dira que l'UVS est qualitativement supérieure au présentiel du fait que l'étudiant est suivi individuellement par un tuteur et qu'il a la possibilité de suivre le cours filmé autant de fois qu'il le désire. L'Université Virtuelle accueille présentement plus de 20.000 étudiants, confie le ministre. 

Question de la dette... 
 
« D'abord, on a orienté depuis 2013,  40.700 étudiants dans le privé. Depuis 3 à 4 années, on a orienté plus d'étudiants que prévu. » Une précision de taille du ministre Niane qui a tenu à révéler l'importance du nombre d'étudiants inscrits dans ce registre. D'où le caractère colossal des dépenses occasionnées. Ainsi, par rapport à la dette due aux écoles privées, le ministre donnera le chiffre suivant 9 835 116 667%20835%20116%20667 considéré comme celui de la dette mûre... 

DAKARACTU