Connectez-vous
NDARINFO.COM
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Mame Less Camara : «Pour dialoguer, il faut un climat de sérénité et de confiance»

Vendredi 15 Mars 2019

Journaliste spécialisé en politique et formateur, Mame Less Camara analyse la décision de l’opposition de ne pas réagir suite à l’appel au dialogue lancé par le chef de l’Etat, après l’officialisation de sa victoire à l’élection présidentielle. Pour parvenir à ce dialogue, il faut créer un climat de sérénité et de confiance, estime-t-il.

L’opposition tarde à réagir à l’appel au dialogue lancé par le chef de l’Etat. Que vous inspire ce silence ?

Le dialogue ne commence pas avec l’appel au dialogue. Il y a des préalables, des contacts, etc. Il faut que le président montre qu’il est soucieux de dialoguer sur des sujets qui importent aussi à l’opposition. Il y a un avant dialogue et c’est là où l’on pose les termes du dialogue et où l’on échange de sorte que le dialogue ne soit que la phase finale d’un processus qui a commencé bien avant que tout le monde ne se rencontre à la salle des banquets du palais de la République. Il faut vraiment formaliser les choses. Il faut que d’autres personnes, beaucoup plus consensuelles, puissent ouvrir le chemin du dialogue. Sinon, on risque d’avoir des rancunes et des rancœurs et le dialogue peut se transformer en une rencontre d’empoignades beaucoup plus qu’en rencontre d’écoute, de propositions et de tentatives de synthèse. 

Il faut que tout le monde, opposition comme pouvoir, ait quelque part comme objectif la création d’un climat politique qui fait que l’annonce d’élection ne soit pas synonyme d’annonce de confrontation. Pourquoi au Sénégal, chaque fois qu’il y a élection, il y a tension ? Je peux comprendre que les gens, de tous bords, aient envie de gagner mais ici, autour du 24 février dernier, les gens ont fait des provisions de deux, trois jours, le temps de sécuriser la nourriture de la famille pendant que l’on va au scrutin alors que le jour du scrutin est, je ne dirai pas de fête, mais le moment où l’on rassure tout le monde que la voix de chaque citoyen sera prise en compte. Mais ici quand il y a élection, il y a inquiétude. Il faut qu’on sorte de cela. Il ne faut, non plus, qu’après chaque élection, il y ait une contestation violente et des arrestations. Nous parlons beaucoup de la maturité démocratique du Sénégal mais tant que la démocratie sera un moment de danger et non pas de restitution de la souveraineté au peuple, tant que cela va demeurer, nous aurons ce problème d’appeler au dialogue après une période de tension. Sortir de cela, c’est autant le travail du président de la République que celui de l’opposition.

Le seul dialogue qui a vraiment réussi, c’était sous Abdou Diouf autour du Code électoral ou bien quand Abdou Diouf, las de la confrontation interminable avec Abdoulaye Wade, l’invite au palais de la République pour qu’ils se rencontrent et se parlent. Il faut retrouver les vertus sereines et de fidélité du dialogue entre personnes qui se respectent et qui se font confiance. Sinon on sera toujours là à appeler au dialogue et au fond ça, ce n’est pas un dialogue constructif, c’est plutôt un dialogue d’apaisement. Maintenant, il faut créer les conditions pour qu’il n’y ait rien à apaiser après une élection parce que la confiance aura régné, le vainqueur sera indiscutable. Jusqu’ici les contestations des résultats demeurent sur fond d’appel au dialogue. Cela fait un peu cacophonie et n’illustre pas une démocratie apaisée.

Selon vous, dans quelles conditions doit se tenir ce dialogue ?

Il faut d’abord créer les préalables, dire : « voici les points sur lesquels le président de la République veut qu’on fasse le focus de la discussion. « Voilà mes propositions. Et vous, quelles sont vos contrepropositions ? S’il y a des lacunes dans mes propositions, faites-moi d’autres propositions pour qu’on fasse une synthèse et un agenda de discussion ». Qu’il n’y ait surtout pas d’esprit de revanche ou de triomphalisme excessif parce que si chacun se règle, on peut arriver à se parler.

Quelles sont les raisons de l’appel au dialogue de Macky Sall ?

Il y a d’abord l’aspect retour à la paix, ensuite fermeture de la page électorale et enfin retour au travail. Les élections n’ont pas manqué de créer un certain nombre de contentieux, de frustrations, de dérapages. Appeler à la négociation, c’est faire montre, peut-être, de bonne volonté pour que, comme on dit, les gens retournent au travail. De ce point de vue, je crois que c’est une bonne initiative du président de la République de tendre la main à ses anciens adversaires pour signifier que la période de confrontation électorale est derrière nous. Elle a été plutôt pacifique même s’il y a des mots qui ont pu blesser et que l’opposition qui se relève d’une défaite peut avoir, à la limite même, des rancunes, parce que c’est très violent, une défaite électorale, au vu des espérances de l’opposition qui a fourni des efforts pour gagner ces élections. 

Ce n’est pas la première fois au Sénégal qu’un Chef d’Etat appelle au dialogue. Abdoulaye Wade l’avait fait, en vérité, cela n’avait pas marché puisque ça s’était terminé par des attaques très violentes du président de l’époque contre l’opposition. Cette manière est, je crois, indécente. Le problème que le président Macky Sall a, avec le dialogue, c’est qu’il ne fait concession de rien. J’ai comme l’impression qu’il a une approche un peu formaliste du dialogue politique. Sa conception du pouvoir, c’est un pouvoir fort, le pouvoir a raison et le dialogue est le moment de confirmer cette posture de vainqueur. Le dialogue est parfois ouvert à trop de monde et cela tourne au folklore. Beaucoup de gens accourent au dialogue beaucoup plus pour poser des doléances au président de la République ; ce qui va le gêner lui-même. Il me semble que quand on dialogue, il faut créer un climat de sérénité et de confiance.

DAKARMATIN


 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.