NDARINFO.COM

Pêche et changement climatique : Une étude analyse les pertes et préjudices en Afrique de l’Ouest

Une étude dont les résultats sont publiés hier a mis en évidence les conséquences du changement climatique sur la pêche.

Le lien entre changement climatique et pêche a fait l’objet d’une étude menée par la Coopération internationale allemande (Giz), en partenariat avec le Réseau sur les politiques de pêches en Afrique de l’Ouest (Repao) et l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Jeudi 11 Janvier 2018 - 22:35

 
L’étude a porté sur les pertes et préjudices économiques et non économiques réels et anticipés induits par le changement climatique dans les pêcheries artisanales en Gambie, en Mauritanie et au Sénégal. Au Sénégal, l’étude a concerné des zones comme Joal, Foundiougne et Saint-Louis considérées comme plus vulnérables aux changements climatiques. « Les pertes et préjudices liés au changement climatique dans le secteur de la pêche traditionnelle (artisanale) côtière et hauturière menacent les moyens d’existence des personnes qui en dépendent.


La diminution des ressources halieutiques risque de contribuer à une augmentation de la pauvreté et la marginalisation de groupes socialement désavantagés, ainsi qu’à une insécurité alimentaire locale, voire mondiale, particulièrement en termes de pénurie en protéines et micronutriments », alertent les auteurs de l’étude. Selon eux, les pertes et préjudices dans les pêcheries et zones côtières pourraient imposer des contraintes socio-économiques et accroître la probabilité de migrations climatiques.
 
De plus, les pertes et préjudices non économiques, y compris ceux concernant les valeurs traditionnelles et culturelles associées aux ressources marines et à leur usage dans l’alimentation et les modes de vie, contribueront à une dégradation de la cohérence des communautés puisqu’ils ont des implications sur les identités et cultures locales. Toutefois, l’étude n’a pas donné de chiffres sur les pertes causées par les changements climatiques.
 
Pour le Pr Ahmadou Aly Mbaye de la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’Ucad, l’étude a consisté à établir l’ampleur des dégâts causés par les changements climatiques. Il affirme que les dégâts sont énormes même s’il n’a pas donné de chiffres. Avec les changements climatiques, explique-t-il, les moyens de subsistance sont menacés, sans oublier les pertes de revenus, d’emploi, l’érosion côtière, la migration. Pour faire face, l’ancien doyen de la Faseg pense qu’il y a une bataille juridique à mener pour contraindre les pays développés à procéder à des réparations.
 
Selon Papa Gora Ndiaye, coordonnateur de l’étude, le projet a permis d’établir des échanges avec des organisations internationales et régionales concernées, le monde scientifique et universitaire, d’autres programmes de la Giz et des institutions du secteur privé sur la thématique des pertes et préjudices induits par le changement climatique dans la pêche. M. Ndiaye, par ailleurs secrétaire exécutif du Repao, estime que les pertes sont de deux ordres : des pertes économiques (perte de revenus, de moyens d’existence, disparition de certaines espèces) et non économiques.


LESOLEIL

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.