Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Prolifération des usines farines de poisson : Greenpeace lance une nouvelle alerte

Mercredi 8 Septembre 2021

Greenpeace Afrique condamne l’ouverture d’une nouvelle usine de farine de poisson à Sandiara. Il s’agit de la deuxième de l’année, après celle de Cayar. Et ce, malgré l’engagement du ministère chargé des Pêches de ne plus accorder de nouvelles autorisations.
Au cours de ces dernières années, le secteur de la pêche sénégalaise fait face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent avec des conséquences désastreuses sur les pêcheurs, les mareyeurs et les femmes transformatrices.



«Nous assistons à une croissance incontrôlée du nombre d’usines de farine et d’huile de poisson au Sénégal et les campagnes de pêche à Cayar, Saint-Louis, Joal ou Kafountine, jadis fructueuses, deviennent laborieuses et moins rentables, au grand dam des pêcheurs et de leurs familles, de plus en plus gagnés par le désespoir», regrette Greenpeace dans un communiqué.

«L’usine de farine et d’huile de poisson dénommée Barna est érigée dans une zone d’habitation avec des conséquences terribles sur la santé et le cadre de vie des populations. En effet, depuis que l’usine a commencé ses activités, une odeur nauséabonde empeste toute la commune et les localités environnantes, et des maladies mystérieuses ont fait leur apparition au sein de la population», dit Mor Mbengue du collectif Taxawou Cayar.

L’une des principales causes de cette crise est sans doute liée à la mauvaise gestion des ressources halieutiques au Sénégal.
Greenpeace Afrique, qui réaffirme son soutien aux communautés de pêcheurs, demande à l’Etat du Sénégal de mettre en œuvre les recommandations issues de la concertation nationale sur les usines de farine et d’huile de poisson, notamment le gel des autorisations d’implantation de nouvelles usines au Sénégal. L’Ong invite l’Etat à interdire l’utilisation du poisson frais par les usines de farine et d’huile de poisson, et limiter leur production à l’utilisation des résidus issus des usines et sites de transformation des produits de la pêche.

L’autre recommandation est de diligenter la signature du décret de reconnaissance des métiers de la transformation artisanale des produits de la pêche, mais aussi publier la liste des navires autorisés à pêcher dans les eaux sénégalaises pour plus de transparence dans la gestion des ressources halieutiques.

ksonko@lequotidien.sn
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.