Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Renflouement du bateau le Diola, la prise en charge de tous les pupilles, la construction du mémorial Diola : principale doléance des familles des victimes.

Jeudi 26 Septembre 2019

Renflouement du bateau le Diola, la prise en charge de tous les pupilles, la construction du mémorial Diola : principale doléance des familles des victimes.
C’est aujourd’hui que le Sénégal va célébrer le naufrage du bateau le diola.

À Ziguinchor, tout est fin prêt pour la commémoration du 18e anniversaire de cette catastrophe maritime. Pour cette édition, les familles des victimes ont réitéré leurs anciennes doléances. À savoir : le renflouement de l’épave du bateau, la prise en charge des pupilles du diola, et enfin, la construction du mémorial.

C’était dans la nuit du 26 septembre 2012, que le bateau le Diola,  a sombré dans les eaux gambiennes, en tuant des milliers de personnes qui se rendaient dans la capitale Sénégalaise, Dakar.

 Aujourd’hui, Ziguinchor se souvient de cette catastrophe maritime, dont les conséquences sont incommensurables, et inoubliables.

 Pour cette présente édition, les familles des victimes ont remis sur la table des vieilles doléances, qu’elles comptent présenter aux autorités qui vont participer aujourd’hui, à la célébration du naufrage au port de Ziguinchor.

 « Il y a une loi qui a été votée pour prendre en charge en intégralité les 1.500 orphelins du diola », rappelle Jean Ely Bernard Diatta, le chargé des affaires juridiques de l’association des familles des victimes et rescapés du diola.

  De plus, il souhaite la rétroaction de cette loi pour que, dit-il, tous les orphelins du Diola soient pris en charge par l’État du Sénégal.

 Les familles ont,  en plus de réitérer leurs vieilles doléances, demander la construction du mémorial. Pour disent elles faire le deuil de leurs proches qui ont péri dans ce naufrage.

  « Du point de vue du renflouement, nous en avons besoin. Les gens ressentent beaucoup de peine, et souffrent énormément dans leur chair. Ils n’ont pas vu la dépouille de leurs filles, fils, pères, mamans ou oncle. C’est ça qui fait mal aux gens. C’est pourquoi nous demandons toujours à ce que le bateau soit renfloué pour nous permettre de faire des recueillements, et connaitre la vérité sur cette catastrophe », déclare M. Diatta.

 Selon M. Diatta, mourir et être enterré dans un cimetière, est une grâce divine. Mais, mourir sans être inhumé, c’est très difficile. Et, dit-il, c’est ça qui est arrivé aux victimes restées coincées dans le bateau.

  « On va au cimetière, parce qu’on a un parent qui y repose. Mais, si on perd un proche,  dont l’on ne sait son lieu d’inhumation, c’est très difficile », déplore le chargé des affaires juridiques des familles des victimes et rescapés du diola.

  À l’en croire, les gens souffrent de trouble traumatique et psychique. Car, jusqu’à présent, ils pensent à leurs proches.

 Faisant une approche factuelle des personnes décédées après le naufrage à cause des troubles psychiques, M. Diatta d’indiquer qu’ils sont des centaines depuis dix sept ans.

« Nous sommes dans un pays de téranga. Et laisser des gens dans l’eau depuis dix-sept ans doit faire réfléchir les concitoyens. Aujourd’hui, nous attendons une politique plus affirmée de l’État du Sénégal pour le renflouement du bateau le diola. Mais aussi la construction du mémorial pour permettre aux familles de prier pour leurs proches », a souhaité Jean Bernard Ely Diatta, le chargé des questions juridiques au sein de l’association des familles des victimes et rescapés du Diola.

CHRONIQUES.SN