Connectez-vous
Saint-Louis du Sénégal
NDARINFO.COM NDARINFO.COM
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

SAINT-LOUIS AÏKID’OR: un cadre institutionnel d’échanges, de partage, de solidarité et de réflexion.

Mercredi 15 Avril 2015

SAINT-LOUIS AÏKID’OR: un cadre institutionnel d’échanges, de partage, de solidarité et de réflexion.
LE SAINT-LOUIS AÏKID’OR est un cadre institutionnel d’échanges, de partage, de solidarité et de réflexion, un lieu de promotion, de mise en exergue et d’application des valeurs et principes fondamentaux des arts martiaux et des activités physiques et sportives en général, de l’AÏKIDO en particulier, tant du point de vue de leur dimension technique, spirituelle et émotionnelle, que du point de vue de leur dimension sociale, environnementale et économique.
Section 1)   Notre démarche dans le cadre du Saint-Louis AÏKID’OR est basée sur la réalisation de deux systèmes d’équilibres fondamentaux entre trois éléments chacun :
  1. Equilibre CORPS-ESPRIT-EMOTION : Cet équilibre conduit à un développement personnel de l’homme lui permettant ainsi de vivre en harmonie avec lui-même.
  2. Equilibre SOCIAL-ENVIRONNEMENTAL-ECONOMIQUE : Cet équilibre devrait conduire au développement durable en tant que réconciliation entre le social, l’environnement et l’économique. C’est ce développement durable qui  permet à l’homme de vivre en harmonie avec son UNIVERS.
Entre ces deux systèmes d’équilibres, il faut noter l’existence d’autres systèmes transitoires d’équilibres qui permettent à l’homme de
-vivre en harmonie avec sa famille pour avoir un bien être familial,
-vivre en harmonie avec son quartier pour un bon voisinage,
-vivre en harmonie avec son pays pour être un bon citoyen.
 
Section2)   Le Saint-Louis AÏKID’OR s’appuie également sur deux autres systèmes à trois éléments :
  1. Une Vision, des Missions, des Valeurs.
  1. Le Saint-Louis Aïkid’or est parti d’une VISON : « Vivre en Harmonie avec notre Univers ».
  2. IL a des MISSIONS :
-Mettre l’AÏKIDO, les autres arts martiaux, activités physiques et sportives au Service du développement harmonieux de l’Homme tout en préservant sa dignité dans un environnement sain.
-Cultiver la paix entre les Hommes et la perpétuer.
-Créer des liens de Solidarité, d’Amitié, de Fraternité et de Partage entre tous les participants.
  1. Le Saint-Louis AÏKID’OR s’appuie également sur un certain nombre de valeurs indispensables à l’accomplissement de ses missions :
 
 
       -PAIX : la Paix constitue une valeur fondamentale pour le Saint-Louis Aïkid’or. C’est l’élément sans le quel l’accomplissement de ses missions, fortement sous-tendues d’une philosophie de paix et de sagesse serait impossible.
-EXCELLENCE : Rechercher l’Excellence dans l’AÏKIDO et dans la VIE. Assumer la responsabilité et développer l’Autonomie.
-AMITIE : Nous sommes tous des Partenaires et non des adversaires. Vive le Fairplay.
-ETHIQUE et VERTUS EDUCATIVES : La Pratique sans Dopage ni autres formes de tricheries. Loyauté, Respect des Règles. Contrôle de soi et des autres.
-EQUITE et ESPRIT BUDO : Accès à la pratique martiale et sportive pour tous. Goût pour les challenges physiques et mentaux, précision, persévérance.   
-SOLIDARITE et RESPECT D’AUTRUI : Absence de discrimination, Universalité. La pratique dans l’entraide et la tolérance. Nous sommes tous des FRERES.
-PROTECTION DE LA PERSONNE et de son ENVIRONNEMENT : Santé, Sécurité, Bien être physique et psychologique. Protection de l’ENVIRONNEMENT.
-CIVISME et CITOYENNETE : Former de bons citoyens respectueux des principes civiques de la nation.
 
  1.  AÏKIDON-AÏKINATURE- AÏKID’OR :
Dans l’accomplissement de ses missions, le Saint-Louis AÏKID’OR utilise trois instruments principaux:
  1. L’AÏKIDON s’occupe de la dimension sociale et spirituelle du Saint-Louis AÏKID’OR (don de sang, remise de dons, solidarité, partage, entraide etc..)
  2. L’AÏKINATURE est la cheville ouvrière du Saint-Louis AÏKID’OR en tant qu’Association organisant toutes les activités de l’institution, elle s’occupe également de tout ce qui est relatif à l’environnement, la santé et la sécurité.
  3. L’AÏKID’OR quant à lui s’occupe des questions techniques et économiques, mais aussi des questions culturelles, artistiques et touristiques à travers ses démembrements qui sont l’AÏKID’EAU, l’AÏKIBEAU et l’AÏKINIEBE.
 
Section 3) Le Saint-Louis AÏKID’OR (SLAO), c’est aussi un ESPRIT :
Dans le SLAO, chacun peut et doit être acteur au lieu d’être spectateur, tout le monde participe.
Le principe repose sur le respect d’un esprit d’échanges, de partage, de solidarité, de générosité, de don d’un peu de  soi et éventuellement d’un peu de son sang.
Pendant le SLAO, les participants vont rester quelques jours ensemble, pour faire quelque chose ensemble, ils vont manger quelques jours ensemble, boire quelques jours ensemble, penser quelques jours ensemble, respirer quelques jours ensemble, partager quelque chose ensemble, bouger quelques jours ensemble, méditer quelques jours ensemble, tout ceci dans une parfaite communion et sans adversité aucune.
La seule forme de compétition qui existe dans le SLAO est la compétition contre soi même, la compétition contre tout ce que l’on a de négatif en soi, contre toute tendance à l’égocentrisme, à l’égoïsme, à l’égotisme, et au narcissisme. C’est cette compétition qui est la véritable compétition de la vie, la belle compétition, la compétition durable qui réconcilie le corps, l’esprit et l’émotion (développement personnel) d’une part, l’économique, le social et l’environnement (développement durable) d’autre part. C’est la compétition la plus saine, la plus fair-play.
Quand on fait une compétition contre soi, on ne peut pas tricher, on ne se dopera pas, on ne volera pas, on ne blessera pas, on ne tuera pas pour gagner, on n’aura pas d’adversaires encore moins d’ennemis.
Il s’agit ici d’essayer de comprendre l’autre, de se mettre à la place de l’autre, d’essayer de mieux aimer l’autre pour se rendre compte que nous sommes tous des frères.
Au bout du compte, il n’ya point de vaincu, mais plutôt, tout le monde est vainqueur.
 
Chapitre 2) Les Activités du Saint-Louis AÏKID’OR :
 
  1. Le Don de Sang :
 la meilleure preuve de générosité pour son prochain, le don de sang est un acte de civisme, un don d’une partie de soi…
  1. La Remise de Don :
Toujours dans la dimension sociale, elle matérialise l’esprit de solidarité, de partage et d’entraide.
  1. Les Réunions :
 Elles permettent aux différents acteurs et instances du Saint-Louis AÏKD’OR d’échanger et de coordonner leurs activités.
  1. Le Stage de haut niveau AÏKIDO :
Pendant le SLAO, les participants auront à bénéficier du savoir, du savoir faire et du savoir être d’éminents Aïkidokas du Sénégal et du Monde.
  1. Le Passage de grade d’AÏKIDO :
            Un passage de grade est organisé pour les ceintures supérieures afin de leur permettre de gravir les échelons, accroissant  du même coup leur responsabilité dans la promotion et le respect  des principes fondamentaux  de  l’AÏKIDO
  1. L’Initiation à l’AIKIDO: Elle permettra  à tous ceux qui le désirent de venir découvrir l’AÏKIDO en le pratiquant effectivement.
  2. Le Stage de YOGA :
Le Stage constitue un moment important depratique et de découverte du YOGA pour les participants. Ainsi les bienfaits du YOGA sont montrés et sentis par le biais des séances, conférences et projections de films sur laditeDiscipline.
  1. Les Autres Conférences :  
Le SLAO ne se limite pas à l’AÏKIDO et au YOGA.C’est ainsi que sont organisées des conférenceset animations sur d’autres thèmes relatifs aux autres activités physiques et sportives, à la médecine sportive, à la diététique, au développement personnel, à l’éthique, à la citoyenneté et à la morale.
  1. Le HAKAMA D’OR :
a) Définition : Le HAKAMA D’OR est une consécration, une reconnaissance à un Aïkidoka qui aura consacré plus de vingt ans de sa vie au service de l’AÏKIDO, à la   promotion de la     philosophie de paix, aux principes fondamentaux et valeurs morales de cet Art martial créé par O’Sensei Morihei UESHIBA après de nombreuses années d’études et de recherches martiales, philosophiques, spirituelles et religieuses.
-Hakama :
Le Hakama est une sorte de jupe-pantalon traditionnel, qui autrefois, dans le Japon féodal,était l’insigne d’un certain rang social. Aussi Il a été porté dans tous les Budo classiques.
En AÏKIDO, le Hakama est porté par les Yudansha (détenteur de la ceinture noire). La couleur du Hakama est noire, mais il ya des Maîtres d’Aïkido qui en ont un blanc. Le hakama, enfilé au dessus de l’Aïkidogi proprement dit, se porte bas sur les hanches.
Le rôle du hakama est symbolique (dans l’esprit de la tradition), tactique (car il dissimule les mouvements des pieds), psychique (car il renforce le sentiment de la concentration dans le Hara) et même esthétique (car le hakama offre une certaine beauté plastique aux mouvements d’Aïkido). Ainsi, le port du hakama traduit pour l’Aïkidoka, un nouvel engagement, un engagement plus conséquent à respecter et à promouvoirles principes fondamentaux et les valeurs défendues par l’Aïkido.
-L’OR:
Métal jaune, brillant, inaltérable et inoxydable. L’OR, très ductile et malléable, est le métal précieux par excellence de la joaillerie, de la fabrication de monnaie et de la médecine.
Monnaie métallique, virtuelle (étalon, valeur de référence) ou réelle (or monnayé).
L’OR : Symbole de richesse, de fortune. Chose précieuse, rare, excellente.
- Parler d’or : Dire des choses excellentes, très sages.
- Le silence est d’or. Règle d’or, Bon comme l’or, cœur d’or veut dire bon, excellent, généreux.
- En or : Excellent, parfait. Voix d’or. Age d’or.
 
b) Le Cérémonial du HAKAMAD’OR :
IL s’agit de la cérémonie solennelle de consécration du Hakamad’or. Tout y est symbole.
-Le travail d’armes :
C’est un maniement de Bokken (sabre en bois) qui sert de mise en train, d’échauffement mais aussi de revue des attitudes et principes pour les participants. C’est aussi une manière de présenter le nouvel Hakama d’or à tous les participants, leur donnant ainsi l’occasion de se familiariser avant la cérémonie proprement dite.
-La double-haie :
La double-haie (haie d’honneur) est formée de collègues Aïkidoka qui viennent témoigner, mais aussi encourager et féliciter le nouvel Hakama d’or dans sa consécration.
-Le toit formé par les Bokkens :
Signe de protection et de surveillance, ce toit symbolise aussi l’aspect avertissement (pour ne pas dire l’épée de Damoclès) lié à la délicatesse de la mission du Hakama d’or.
Le bokken est un sabre en bois utilisé lors des entrainements, il joue un rôle important dans le travail des attitudes et de la perfection des techniques d’Aïkido.
-Le tapis rouge :
  • On déroule le tapis rouge au Hakama d’or » c'est-à-dire  qu’on le reçoit avec tous les honneurs, ainsi que la solennité liée à ce titre prestigieux. 
-Le parcours d’au moins 20 mètres :
Signifie le minimum devingt années que l’Aïkidoka devra être au service de l’Aïkido, pour mériter ce titre.
-Un enfant devant :
L’enfant symbolise l’innocence, la franchise, l’espoir que devrait susciter le nouveau hakama d’or. Il est aussi témoin et éventuellement juge dans cette consécration.
-La boite du Hakama avec la photo du Maître fondateur:
La boite aura gardé jalousement et sous le regard vigilent du Maître fondateur de l’Aïkido le hakama symbolique. La boite protège ainsi le hakama de toute souillure et autres malfaisancesde la vie.
-Le Hakama transmis par le Hakama d’or de l’année précédente :
Comme une flamme, comme un flambeau, comme un témoin, comme un relais, le Hakama symbolique est remis au nouvel hakama d’or par le Hakama d’or précédent.
-Le Hakama sorti de la boite :
Le Hakama une fois sorti de la boite, est révélé au grand public qui est tout aussi témoin de la consécration. Cette révélation sert de rappel des critères, et du comportement exemplaire liés au titre de Hakama d’or.
- Le Serment du Hakama d’or :
C’est la promesse solennelle ferme qui est faite par le nouvel Hakama d’or de respecter et de faire respecter les principes fondamentaux et valeurs de l’AÏKIDO.
« Je suis et je reste au service de l’AÏKIDO. Je défendrai ma vie durant, les valeurs suivantes : la Paix, l’Excellence, l’Amitié, l’Ethique et les Vertus Educatives, l’Equité et l’Esprit Budo, le Respect d’Autrui et la Solidarité, la Protection de la personne et de son Environnement, le Civisme et la citoyenneté. Je tiendrai compte dans mes actions de tous les jours du soutien et de la solidarité que nous devons apporter aux pauvres, aux faibles et aux personnes en situation de handicap.
Je m’évertue à cultiver la paix entre les hommes et à la perpétuer conformément àla philosophie de l’AÏKIDO ».
-Les anciens Hakama d’or habillés en toge :
Le caractère solennel de la cérémonie exige ces tenues d’apparat pour les AÏKIDOKAS initiés que sont les anciens Hakama d’or.
-Le pose-Bokkens :
Le pose-bokken épousant laforme du hakama sert de Kamisa pour la circonstance, mais aussi de meuble de rangement et de distributeur de Bokkens dans la discipline et la solennité liée à la cérémonie.
-Le gardien du Hakama d’or : Le Hakamisa
IL a la redoutable tâche de respecter et de faire respecter les principes fondamentaux et valeurs morales rattachés au titre du Hakama d’or.
Il rappelle à chaque fois que de besoin les critères retenus pour être consacré Hakama d’or.
IL veille sur le comportement exemplaire de paix, d’amour, de générosité et de justice que doit avoir un Hakama d’or dans la société.

 

SAINT-LOUIS AÏKID’OR: un cadre institutionnel d’échanges, de partage, de solidarité et de réflexion.
-Palmarès du HAKAMA D’OR:
  • 2005: Maître Momar NIANG
  •  2006: Maître Cheikh Tidiane FALL
  •  2007: Maître Alioune GAYE
  • 2008: Maître Boubacar NDOUR
  • 2009: Maître Mamadou MAÏGA
  • 2010: Maître Pierre Michel BADIANE
  • 2011: Maitre Mamadou Sadio BAH
  • 2012: Maître Fatou Lika FALL
  • 2013: Maître Moussa WAÏGA
  • 2014 : Maître Ibrahima Bâ
Quand on devient HAKAMAD’OR, on le reste sa vie durant.
 
 
  1. La Sortie :
On ne peut imaginer le SLAO sans sadimension sociale. Un accent particulier est ainsi mis sur les rapports humains entre participants qui sont tous des partenaires, mais surtout des frères. Il n’y a pas d’adversité en AÏKIDO. Une vie en harmonie avec soimême, avec sa famille, son quartier, sa ville, son pays, son univers, sera l’aspiration de tout AÏKIDOKA ou simplement tout participant. C’est une occasion qui est donnée à tous les participants pour que dans un climat beaucoup plus détendu et convivial, ils puissent nouer et raffermir des liens de solidarité, d’amitié, de fraternité et de paix, conformément à l’espritAÏKIDO. Le SLAO est un moment de retrouvailles pour les participants qui restent, pour certains, des annéessans se voir.
Un accent particulier est mis sur la participation effective des enfants qui occupent une place importante dans ce moment de détente, de convivialité et d’épanouissement.   
  1. Les Opérations de Nettoiement et de Reboisement :
C’est l’aspect environnemental du SLAO en plus des conférences et autres activités de  sensibilisation sur l’environnement. La propreté est de rigueur pendant tous les trois jours de communion. Il faudra rendre systématiquement propre avant et après chaque activité  tous les lieux qui seront occupés pendant le SLAO.
L’environnement fait d’ailleurs partie des principes de base de l’AÏKIDO. En plus des séances d’Information, d’Education et de Communication, des opérations de             nettoiement et de plantation d’arbres sont menées sous forme d’Investissement humain. Le HAKAMA D’OR de l’année est d’ailleurs tenu de procéder, juste après sa consécration, à la plantation  solennelle de son ARBRE « l’ARBRE DU HAKAMA D’OR ». Ce geste symbolise la philosophie de l’AÏKIDO que chaque HAKAMA D’OR se doit de            promouvoir  « cultiver la paix entre les hommes et la perpétuer ».
  1. Les visites Guidées (AÏKID’EAU) :
Saint-Louis est une ville d’eau. Elle constitue avec ses environs un immense potentiel touristique et culturel qu’il faut découvrir. Témoin d’une histoire riche et tourmentée, de nombreux sites sont à visiter dans la capitale du nord et dans ses environs.
  1. Prix du meilleur travailleur :
La recherche de l’excellence, de la discipline, de la persévérance et de la citoyenneté a naturellement conduit à identifier chaque année, un travailleur qui se fera le plus remarquerà travers les qualités citées plus haut.
 
  1. Opération Mboussou Niébé (AÏKINIEBE):Cousinage à Plaisanterie.
La Paix se construit avec des hommes et des femmes dans un contexte approprié, consensuel, voulu. Chaque individu, chaque société aspire à la paix et, à cet effet, met en place des mécanismes qui lui permettent d’établir avec autrui des rapports de convivialité, de solidarité, de tolérance et d’acceptation de la différence. Parmi ces mécanismes il y a la parenté plaisante, véritable réseau qui permet d’établir des chaînes d’équivalences patronymiques sur de vastes espaces en Afrique de l’Ouest en fondant une citoyenneté nationale et régionale sur des rapports de convivialité. La parenté plaisante forme un ensemble de liens privilégiés et permanents qui insistent sur "une relation dénudée de toute aigreur ou âpreté et donc faite de douceur", fonctionnant sur la base de l’humour et de la dérision courtoise. La parenté plaisante s’applique à presque toutes les structures de la société : la famille, la classe d’âge, les alliés par mariage, les générations alternées, les villages voisins, les territoires voisins, les groupes ethniques voisins, les patronymes différents au sein d’une même ethnie. Les relations de cousinage à plaisanterie  constituent ainsi un excellent régulateur social, un facteur de paix dans la société sénégalaise mais aussi dans la sous-région ouest africaine.
Notre souhait est ainsi de promouvoir par le biais des arts martiaux ces valeurs culturelles en les érigeantcomme activité principale dans le SLAO.
  1. La Foire-Exposition-Vente du SLAO (AÏKIBEAU) :
Elle permet d’exposer différents produits du SLAO et de ses partenaires en vue de leur promotion et de leur vente. Elle constitue également un moment privilégiéde discussion et de concertationentre partenaires nationaux comme internationaux pour le développement d’un véritable cadre d’échange conduisant vers une intégration africaine par les arts martiaux.
  •  
  1. Echanges de Cadeaux (AÏKIBEAU):
Les échanges de cadeaux sont fréquents dans le SLAO. Ils suivent la logique de paix, d’échange, de générosité et de partage qu’incarne le SLAO.
  1. Autres Activités : Au-delà de la période phare du SLAO, d’autres activités sont menées et d’autres services offerts pendant tout le long de l’année: c’est le cas des conférences thématiques, des opérations de reboisement et d’investissement humain, mais aussi des cartes de vœux et calendriers, ainsi que d’autres actions de bienfaisance qui assurent la continuité dans l’année du SLAO.
 
Chapitre 3) Les Organes du Saint-Louis AÏKID’OR :
  1. Le HAKAMISA : C’est le Cabinet du Maître Fondateur et Gardien du Hakama d’or.
  2. Le Cercle des Hakama d’or : c’est l’ensemble des Hakama d’or qui constitue un collège. IL étudie et discute toutes les questions techniques, spirituelles et sociales relatives au SLAO.
  3. Le Comité Scientifique : Ce comité réfléchit sur toutes les questions d’ordre scientifiques que pose le SLAO ou celles qui lui sont posées.
  4. Le Jury du Hakama d’or : Ce jury est chargé de recenser tous les Aïkidoka susceptibles d’être Hakama d’or pour en choisir le plus méritant de l’année concernée. 
  5. Le Jury du Meilleur travailleur : Ce Jury est chargé en collaboration avec les structures concernées, de recenser les personnes nominées et d’en choisir sur la base de ses critères le plus méritant.
  6. Le Secrétariat permanent :
Il assure de façon permanente tout le secrétariat du SLAO : Il émet et reçoit toutes les correspondances du SLAO, rédige tous les documents et actes administratifs, coordonne les activités des autres organes de l’institution et joue le rôle important de lieu de rencontre, de lieu de référence pour toute sollicitation au SLAO.
  1. Le Comité d’Organisation :
Il assure l’organisation de toutes les manifestations du SLAO. Il est constitué de commissions spécifiques dirigées chacune par un président.
  1. Les Conseillers du  SLAO :
  1.  Le Conseiller Spécial ;
  2.  Les Conseillers Juridiques ;
    1.  ;
    2.  
    3.  
    4.  
    5.  
    6.  
9. Les Conseillers en Arts Martiaux ;
10. Les Conseillers Culturels et Artistiques ;
11. Les Conseillers Touristiques ;
12. Les Conseillers Généraux.
 
  1. D’aucuns disent : « L’AÏKIDO, l’Art Martial du troisième millénaire ». Nous disons mieux au sein du Saint- Louis AÏKID’OR : « L’AÏKIDO, la mime d’Orfèvres du troisième millénaire au secours de l’or, menacé sur toutes ses couleurs (7couleurs : blanc, noir, rouge, jaune, bleu, vert, gris).
 
  • L’OR VERT : Désigne les ressources naturelles et agricoles qui sont source de richesse.
  • L’OR BLEU : L’eau douce, l’eau potable.
  • L’OR ROUGE : L’énergie solaire.
  • L’OR GRIS : Les personnes âgées, source de connaissance et de sagesse.
  • L’OR NOIR : Le pétrole
  • L’OR BLANC : la neige des sports d’hivers.
  • L’OR JAUNE : L’or originel.
7 Couleurs qui vont imprimer plusieurs fois le chiffre 7 dans le SLAO.
  • Les 7 arcs du pont Faidherbe de la ville de Saint-Louis ;
  • Les 7 lettres du mot AÏKID’OR ;
  • Les 7 lettres du mot AÏKIDON ;
  • Les 7 lettres qui composent le nom du Maître fondateur de l’AÏKIDO : UESHIBA ;
  • Les 7 lettres qui composent le prénom du Maître fondateur de l’AÏKIDO : Morihei;
  • Les 7 lettres qui composent le prénom du Maître du Maître fondateur du SLAO : Nguyene ;
  • Les 7 lettres qui composent le prénom du Maître fondateur du SLAO : Alioune ;
  • Les 7 kyus pour atteindre la ceinture noire en AÏKIDO ;
  • Les 7 couleurs sur lesquelles l’or est menacé, chaque jour, c'est-à-dire tous les 7 jours de la semaine.
 

 

SAINT-LOUIS AÏKID’OR: un cadre institutionnel d’échanges, de partage, de solidarité et de réflexion.
Chapitre 4) Le SAINT-LOUIS AÏKID’OR en trois mots : SAINT-LOUIS – AÏKIDO – OR 
 
  1. SAINT-LOUIS :
«  Près de l’océan qui t’empêche de vivre, la vague du désert roule à l’horizon. Calme, tu dors et le soleil qui t’enivre te berce à l’éclat de ses brulants rayons … ».
« Saint-Louis, centre d’élégance et de bon goût sénégalais » (cf.Maïmouna d’Abdoulaye Sadji).
Elevée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, Saint-Louis est un site naturel d’exception. Son charme réside dans la force de trois siècles d’histoire, son quartier des pêcheurs, une société d’élégance et de bon goût, une gastronomie réputée, son architecture et enfin un archétype des villes coloniales, à l’unité préservée…
  1. AÏKIDO :
Art Martial d’origine  japonaise, fondé sur la neutralisation de la force antagoniste par des mouvements de rotation du corps et l’utilisation de clés aux articulations.
  « Héritage de la culture traditionnelle japonaise et souffle de fraicheur de nos temps modernes », l’AÏKIDO fait partie de la grande famille des arts martiaux du pays du soleil levant, connue sous le nom générique de BUDO ; l’AÏKIDO est une discipline complexe basée sur une méthode de combat débouchant sur un véritable mode de vie. Le fondateur de l’AÏKIDO est le Maître Japonais Morihei Ueshiba (1883 – 1969), budoka remarquable, technicien de génie et aux profondes convictions religieuses. En partant des arts martiaux traditionnels pratiqués autrefois par les Samouraï, Morihei Ueshiba en a opéré sa propre synthèse. Mettant en évidence leurs performances et qualités techniques, il leur a intégré les valeurs morales de l’être humain, réalisant un saut qualitatif de l’art martial purement physique à l’art martial spiritualisé.  La traduction littéraire des trois « kanji » composant le mot AÏKIDO permet une meilleure compréhension de la signification de cette discipline :
  • Le premier kanji, AÏ, peut être traduit par : harmonie, union, amour, rencontre, coordination, etc.
  • Le deuxième kanji, KI, peut être assimilé aux notions : énergie vitale, force de vie, puissance intrinsèque, esprit, âme, etc.
  • Le troisième kanji, DO, peut être traduit, dans le sens concret ainsi qu’abstrait par : chemin, voie, étude, recherche.  L’AÏKIDO peut ainsi être défini de manière concise (mais pertinente…) comme étant « la voie de l’harmonisation des énergies », ou, encore, «l’étude ou la recherche de la coordination mentale et physique de l’énergie ».O’Sensei Morihei Ueshiba définit son art comme étant « la voie d’harmonie entre l’homme et l’univers ».
Le but de l’AÏKIDO est l’accomplissement de l’Etre humain en tant que tel, ce qui suppose :
  • la connaissance et la compréhension de soi, des autres et de l’univers ;
  • l’harmonie avec soi-même, avec les autres semblables, avec la nature ;
  • le respect et l’amour pour l’homme et la vie, pour la tradition, la culture et la paix.
Conformément aux paroles d’O’Sensei, « le but de l’AÏKIDO est de nous mettre en harmonie avec l’univers et de faire de nous, un élément intégré à cet univers ».
L’AÏKIDO est donc avant tout, une voie et s’arrêter sur le chemin aux simples aspects physique, technique ou de self-défense, ce n’est plus de l’AÏKIDO.
Du point de vue technique, l’AÏKIDO consiste en une gamme riche et variée de mouvements très élaborés, régis par les lois de la sphère dynamique ; l’harmonie, la souplesse, l’équilibre, l’élégance et une certaine beauté les caractérisent.
Concrètement, l’attaque du partenaire est esquivée, celui-ci est déséquilibré et désorienté, étant entrainé dans un vrai vide tourbillonnant et projeté ou contrôlé au sol par une technique appropriée, en plein accord avec les lois de la nature. L’énergie de l’attaque du partenaire est contrôlée, amplifiée et finalement guidée contre le partenaire lui-même.
 
 Dans son application purement pratique, l’AÏKIDO est, au niveau d’expert, une méthode efficace d’autodéfense, qui peut être utilisée contre toutes les formes d’attaques. Mais, même dans le contexte réel d’une agression, l’AÏKIDOKA, toujours fidèle à la loi de la non-violence qui gouverne son art, laisse l’agresseur faire le premier geste et par la technique qu’il applique pour se défendre, il ne fait aucun mal irréparable à son agresseur. On ne cherche pas la destruction de  celui-ci, mais seulement la neutralisation de son acte agressif ; l’agresseur est ramené à la raison, l’inutilité de son action lui étant démontrée…Mais la non-violence ne signifie pas se soumettre à l’attaque, mais l’intégrer.
 
Dans la pratique de l’AÏKIDO sur le tatami, il n’y a pas d’adversaire, mais seulement un partenaire, un être humain en dehors de tout sectarisme, ségrégation ou classification sociale. Le seul adversaire à vaincre est celui qui existe en soi-même.
  
L’AÏKIDO, l’un des plus subtils et sophistiqués arts martiaux, éminemment non violent, profondément moral et humanitaire est une voie pour la réalisation de l’harmonie corps-esprit, pour atteindre une plus grande disponibilité avec un double aspect : technique et énergétique ; l’AÏKIDO est une manière de concevoir la vie, de l’aimer et de la respecter.
 
O’Sensei Morihei Ueshiba a transmis à l’humanité, à travers l’AÏKIDO, un message de sagesse, de vérité, d’amour et de paix.
 Malheureusement, son message, même s’il a été compris, est très souvent mal traduit en pratique.
Mais çà c’est une autre histoire…
  1. OR : (cf. page 4, définition de l’or dans Hakama d’or.)
 
 Maître Alioune Gaye
Tel: 77.641.62.16 / 33.961.98.37
E-mail: alioune.gaye@ugb.edu.sn