NDARINFO.COM

Saint-Louis : l’absence d’accord de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie freine les performances de la composante artisanale ( DPEE )

L’activité de pêche au Sénégal s’est confortée de 10,4% au terme du premier trimestre 2018, comparée au quatrième trimestre 2017, a révélé mercredi une note de conjoncture de la Direction de la prévision et des études économique (DPEE).

Jeudi 31 Mai 2018 - 06:22

Selon la DPEE, cette hausse est à la fois portée par les prises de la pêche artisanale (plus 14,2%) et de la pêche industrielle (plus 2,2%). « La progression trimestrielle des débarquements de la composante artisanale est attribuable aux régions de Saint-Louis (plus 216,7%), Thiès (plus 28,7%) et Fatick (plus 15,8%) ».
A Saint-Louis, des sardinelles ont été abondamment capturées au démarrage de la saison haute de pêche alors que l’amélioration des prises à Thiès a été surtout notée au niveau de Cayar (plus 187,5%) et Mboro (plus 344%). S’agissant de la pêche industrielle, le renforcement des débarquements concerne principalement les maquereaux, sardinelles, chinchards, poulpes, seiche et poissons plats.
Sur un an, la DPEE annonce un raffermissement du sous-secteur de la pêche de 10,8% qui est également enregistré au premier trimestre 2018, en liaison avec la bonne orientation des composantes industrielle (plus 42,1%) et artisanale (plus 1,6%).
Concernant le volet artisanal, une bonne tenue des captures est relevée dans les régions de Ziguinchor (plus 48,0%), Fatick (plus 126,2%), Louga (plus 36,2%) et Kaolack (plus 62,4%).
 
« En particulier, analyse la DPEE, les performances de Fatick sont favorisées par l’augmentation de l’effort pêche au démarrage de la campagne à l’ethmalose (obo), dans un contexte marqué par les nouveaux Filets Maillants Encerclant (FME) et la présence de Sennes Tournantes qui ciblent les petits pélagiques, particulièrement à Bassoul, Baout, Djirnda et Joal ».
 
Par contre, les régions de Thiès (moins 17,0%) et Saint-Louis (moins 32,4%) ont enregistré de faibles résultats. Dans la région de Thiès, la baisse, en glissement annuel, de la production est attribuable à la rareté des ressources (particulièrement des ceintures, sardinelles et feuta) et aux aléas climatiques (vents forts, houle dangereuse).
 
A Saint-Louis, par contre, l’absence d’accord de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie a considérablement contraint l’activité. Pour ce qui est de la pêche industrielle, des progressions respectives de 96,4% et 95,6% des débarquements de thon et de poissons divers sont notées en rapport avec l’accroissement de 9,4% des navires au port.

Source : APANEWS


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.