Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Supplices de la pêche dans le Walo : l’Urpas accuse le Barrage de Diama et le Bou El Mogdad – vidéo

Samedi 26 Février 2022

C’est une longue liste de contraintes que l'Union régionale des pêcheurs artisanaux de Saint-Louis (URPAS) du WALO a partagées avec ses collègues de Saint-Louis jeudi lors d’une visite d’échanges à Richard-Toll. Accompagné d’une forte délégation, le président de la section de Saint-Louis s’est entretenu avec ses homologues sont les maux qui plombent le secteur. « Le Bou El Mogdag n’émet plus d’avis d’embarquement à la radio. Les pêcheurs non informés de son passage perdent leurs filets. C’est un grand préjudice », déplore Ousmane DIOP, le patron de l’Urpas du WALO. « Par ailleurs, le barrage ne laisse plus passer nos pirogues, les vendredis. Son ouverture est exclusivement dédiée à la traversée du Bou El Mogdag. Les rares moments qu’il est manœuvré, un important flux d’eau est envoyé en mer. Ce qui fait que nous restons près de 15 jours sans ressources », a-t-il confié. Macoumba DIEYE exhorte les autorités à travailler pour la redynamisation et la réorganisation du secteur. « Il est inimaginable en 2022, qu’aucune station de carburant pour pirogue ne soit disponible dans la zone », a-t-il indiqué. Il invite par ailleurs les agents de pêche à interdire l’usage par des pêcheurs maliens des filets non-conventionnels en amont du Taouey. C’est ce qui provoque, note-il, la raréfaction du poisson dans le Lac de Guiers.