Connectez-vous
Saint-Louis du Sénégal
NDARINFO.COM NDARINFO.COM
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

​Le sel est une filière sous-exploitée au Sénégal

Mardi 22 Novembre 2022

​Le sel est une filière sous-exploitée au Sénégal
Awa Sarr Rivet, la directrice générale des sociétés ‘’Le Comptoir du sel’’ et ‘’Les Marais salants’’, a relevé l’importance du sel dans l’économie sénégalaise, tout en estimant que cette filière est sous-exploitée dans le pays.

“Le sel (…) est une richesse incroyable, d’une importance inestimable pour l’économie sénégalaise. Mais ce produit indispensable est sous-exploité”, a dit Mme Rivet dans un entretien avec l’APS.


Le sel est une filière pourvoyeuse de beaucoup d’emplois et de revenus, selon la directrice générale des sociétés “Le Comptoir du sel” et “Les Marais salants”, spécialisées dans la production de cette denrée à Sing-Sing, dans la région de Kaolack (centre).

Le Sénégal est le premier producteur de sel en Afrique de l’Ouest, avec une production de 412.000 tonnes en 2015, a-t-elle dit.

Awa Sarr Rivet estime que le marché du sel au Sénégal est dominé par la production industrielle, qui concentre 70 % de la quantité extraite des marais salants. La production semi-industrielle fournit 18 % du sel produit dans le pays, selon elle.


La production familiale et artisanale représente, quant à elle, 12 % de la production nationale, une quantité destinée à la consommation domestique intérieure, tandis que la production industrielle est essentiellement vendue à l’étranger.

Awa Sarr Rivet, d’origine kaolackoise, invite la jeunesse sénégalaise à se tourner vers l’entrepreneuriat. Elle recommande aux jeunes d’investir dans diverses filières, dont la production de sel, qui, selon elle, regorge d’importantes opportunités.

Mme Rivet, géographe de formation, titulaire d’un master d’aménagement du territoire et de développement local, a été chargée de programme à la Conférence africaine de la décentralisation et du développement local. Elle est une ancienne employée du ministère sénégalais de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales.

A la tête des sociétés “Le Comptoir du sel” et “Les Marais salants”, elle bénéficie d’un financement de la Délégation à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes.

Au Sénégal, le sel est produit notamment à Fatick, Kaffrine (centre), Kaolack, Saint-Louis (nord), et au lac Rose, dans la région de Dakar, a-t-elle rappelé, estimant que d’autres parties du pays ont la possibilité de produire cette denrée.

“Nos activités d’exploitation industrielle ont démarré l’année dernière, avec 15 emplois permanents et 120 travailleurs saisonniers”, a dit Mme Rivet.

Elle rappelle avoir reçu, la semaine dernière, la visite de deux producteurs de sel français venus discuter avec elle de techniques de production, signe de l’importance de la filière.

APS