Connectez-vous
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Aujourd’hui, 10 juin 1968 : Décès du président Lamine Guèye, ancien maire de Saint-Louis

Lundi 10 Juin 2019

Réputé pour son rôle joué dans la défense de l’intérêt de ses concitoyens, aussi bien sous l’Empire colonial que dans le Sénégal indépendant, Lamine Guèye a aujourd’hui bonne presse au niveau de l’opinion publique. Les différentes batailles engagées en sa qualité d’avocat, de magistrat puis de sénateur ont pu rehausser le statut des indigènes avant l’indépendance. Jusqu’à sa mort survenue ce jour du 10 juin 1968, le président Lamine Guèye aura dédié toute sa vie à la cause des autochtones.


Aujourd’hui, 10 juin 1968 : Décès du président Lamine Guèye, ancien maire de Saint-Louis
On évoque souvent la vie de Lamine Guèye en tant que politique et juriste faisant ainsi abstraction à sa profession antérieure. Pourtant, l’homme est d’abord et avant tout un enseignant puisqu’il devient instituteur après l’obtention de son brevet en 1907 puis enseignant en classe de mathématiques à l’Ecole Wiliam-Ponty de Gorée. Cette partie de la vie de l’homme mérite amplement d’être relatée d’autant plus qu’en tant qu’enseignant, il a contribué pendant dix ans à la formation de personnalités telles que l’ancien président ivoirien Houphouët-Boigny.

Devenu le premier juriste noir de l’Afrique française avec le titre de docteur en droit en 1919, Lamine Gueye va mettre à profit sa nouvelle qualification pour préserver les intérêts des ressortissants de la colonie. Son entrée dans la politique lui permet de devenir maire de Saint-Louis en 1924 et de participer avec moins de succès aux élections législatives de 1928 et locales de 1929 dont il est sorti vaincu. En 1945, son nouveau statut de maire de Dakar va davantage le propulser au-devant de la scène politique. Mais si le président Lamine Guèye est aujourd’hui apprécié de façon presque unanime c’est surtout grâce à la « Loi Lamine Guèye » qui étend la citoyenneté française à tous les indigènes des colonies françaises. Il règle ainsi une injustice longtemps établie avec l’institution des « Quatre Communes ».

Devenu le premier président de l’Assemblée nationale du Sénégal indépendant, l’avocat et homme politique va jouer un rôle décisif dans la crise de 1962 en prenant parti pour Léopold Sédar Senghor. C’est d’ailleurs dans sa résidence que va être votée la motion de censure contre le gouvernement de Mamadou Dia, qui sera destitué au profit de Senghor. Il meurt le 10 juin 1968 et sa prière mortuaire sera dirigée par le khalife général des Tidianes, Elhadji Abdoul Aziz Sy dont le sermon à cette occasion est souvent mis en boucle dans les médias à chaque fois que les députés ont rendez-vous avec l’histoire.

Source : Wikipedia
Ababacar Gaye
ababacarguaye@yahoo.fr


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par gassama le 10/06/2019 14:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est ça un maire, un vrai. Il n'aurait certainement pas été content de voir dans quel état de délabrement se trouve sa ville aujourd'hui. On est toujours triste ( je parle des vrais Saint-Louisiens évidemment) quand on passe devant la place Faidherbe, le cœur de l'île, transformée en terrain vague. Pour qui et pour quoi? Only God knows. Anyway we are fed up of all this bullshit!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.