Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Coronavirus : deux souches différentes seraient en circulation selon une étude

Mardi 24 Mars 2020

Une étude chinoise affirme que le coronavirus Covid-19 aurait muté, que deux souches différentes seraient ainsi en circulation, et que l’une d’entre elles serait plus agressive. Des résultats à nuancer.


Coronavirus : deux souches différentes seraient en circulation selon une étude
Selon une étude scientifique chinoise parue le 3 mars dans la revue “National Science Review”, l’actuel coronavirus Covid-19 aurait muté, et deux versions (ou souches) différentes seraient actuellement en circulation.

L’équipe de chercheurs de l’Université de Pékin a analysé 103 séquences du nouveau coronavirus, et a ainsi mis en évidence de légères différences à deux endroits du génome, ou patrimoine génétique du virus. Deux souches du virus coexisteraient ainsi actuellement : le type L et le type S. Dérivé de l’ancien type S, le type L serait ainsi apparu lorsque le virus est passé de l’animal à l’homme, et le type S actuel serait apparu peu après. Parce qu’il est plus répandu (70% des cas), le type L serait alors plus agressif que le type S, selon ces chercheurs chinois.

Cependant, si les résultats de cette étude ne sont pas remis en cause par la communauté scientifique, celle-ci a tendance à faire preuve de davantage de prudence que les auteurs de ces travaux.

D’une part, il est important de rappeler que tous les virus mutent, mais que les mutations ne vont pas forcément vers le “pire”, en rendant les virus toujours plus agressifs et dangereux.

D’autre part, l’ampleur de la mutation est également à prendre en compte. Or, ici, les différences entre les deux souches sont assez minimes. Interviewée par nos confrères de France Info, Anne-Claude Crémieux, médecin au service des maladies infectieuses de l'hôpital Saint-Louis à Paris, tient à relativiser ces résultats, dans la mesure où les mutations identifiées sont “très localisées”, et que les deux sous-types de virus ne sont que “un peu différent”. “Les études qui ont été faites sur des prélèvements importants ont montré que, depuis décembre et jusqu'à mi-février, il y a une similitude de 99,9% des souches entre elles”, a ajouté Samira Fafi-Kremer, cheffe du laboratoire de virologie des hôpitaux universitaires de Strasbourg, au micro de France Info.

Rappelons que le virus de la grippe évolue et mute tous les ans, sans forcément entraîner de plus graves symptômes. Pour l’heure, l’actuel coronavirus serait un virus tout ce qu’il y a de plus classique, avec des mutations classiques qui n’impactent pas la pathogénicité. Ces mutations ne devraient en outre pas compliquer l’élaboration d’un vaccin.

 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.