Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Erosion côtière en Casamance : Une avalanche de menaces sur l’avenir des communautés du littoral

Mercredi 27 Janvier 2021

Long d’environ 75 km, le littoral de la Casamance abrite d’importantes activités économiques (touristique, rizicole, etc.) et de fortes concentrations humaines par endroits. Mais seulement, ce paysage de carte postale qui faisait le charme de toute cette bande littorale est aujourd’hui en proie à une dynamique érosive côtière à fort impact économique et qui menace la survie des populations, aussi bien des îles que de toute cette façade maritime.


Erosion côtière en Casamance : Une avalanche de menaces sur l’avenir des communautés du littoral
Et ce, avec une forte avancée de la mer qui a gagné en 40 ans plus de 100 m sur la terre ferme, selon les estimations des populations des îles touchées par le phénomène. Une situation guère reluisante et compromettante pour le développement économique de la région naturelle de Casamance dont font pourtant abstraction les autorités compétentes.

Tout le contraire des communautés riveraines qui, de Diembéring à Kafountine, en passant par Nikine, Carabane, Diogué, etc., ont engagé, face à la montée des périls, la croisade contre l’érosion côtière.

En Casamance, le phénomène de l’érosion a pris, hier plus qu’aujourd’hui, des proportions inquiétantes et n’épargne aucune localité côtière dont les nombreuses îles des communes de Diembéring et de Kafountine. Une progression fulgurante des vagues vers la terre ferme qui a aujourd’hui pour conséquences la perte de rizières et la baisse des rendements agricoles, la perte d’infrastructures hôtelières et celle de l’attractivité touristique ; bref une menace sur la survie des communautés côtières.

Autant de menaces qui ont poussé les populations, lasses d’attirer l’attention sur un tel danger qui hante leur sommeil, à s’investir dans le cadre du reboisement, à mener des plaidoyers auprès des autorités étatiques et de partenaires et à tirer la sonnette d’alarme.

Et c’est des communautés insulaires inquiètes de voir leurs plaintes et complaintes restées sans suite qui s’alarment plus que jamais de voir leurs localités rayées un jour de la carte.
Le Quotidien