Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Expansion de la brèche : Il faut secourir le Gandiolais et la Langue de Barbarie

Samedi 31 Mars 2018

La façade atlantique de la région de Saint-Louis est actuellement l'un des sites les plus vulnérables à l'érosion côtière au Sénégal et en Afrique de l'Ouest, a renseigné le professeur Dah DIENG, est expliquant que ce site estuarien du fleuve Sénégal présente une configuration morphologique très basse, séparée de l'océan par une bande sableuse, la Langue de Barbarie, son unique rempart contre l'avancée de la mer.


Les aménagements et interventions anthropiques, dans un contexte de changement climatique, ont engendré depuis des décennies de profondes modifications fragilisant progressivement cette flèche sableuse large de 150 à 400 m et exposant continuellement ses populations à l'agression marine. Deux situations très préoccupantes caractérisent les menaces actuelles de l'érosion côtière dans l'agglomération de Saint-Louis.


Dans la commune de Saint-Louis, a-t-il précisé, les assauts récurrents des vagues sont consécutifs à l'avancée de l'océan sur le front de mer que constituent les quartiers de Goxu-Mbacc, Ndar-Toute et Guet-Ndar. Cette vulnérabilité de Saint-Louis menace essentiellement les populations et leurs habitations. Certaines victimes ont déjà été déplacées et recasées provisoirement dans des quartiers de Saint-Louis.


Dans la commune de Ndiébène-Gandiol, a-t-il ajouté, le canal de délestage ouvert en octobre 2003 s'est élargi sous l'effet de la dynamique érosive fluviomarine, passant de 4 m à plus de 5 km actuellement. Cette brèche anthropique a déjà fait disparaître des habitations, des infrastructures hôtelières, des exploitations maraichères et menace actuellement la réserve ornithologique que constitue le parc national de la Langue de Barbarie.


Pour le Pr Dah Dieng, l'arrière-pays de la Langue de Barbarie présente un écosystème d'une grande richesse écologique et d'une importante et fragile biodiversité. Il est composé de mangrove relictuelle par endroits, de sites de reproduction d'oiseaux, de plage de ponte des tortues marines, de réserve animalière, entre autres.

Un environnement vulnérable

Cet environnement devenu très vulnérable accueille deux sites remarquables par leur valeur culturelle et environnementale : l'île de Saint-Louis, classée patrimoine mondial de l'Unesco et le parc national de la Langue de Barbarie appartenant au Réseau des aires marines protégées de l'Afrique de l'Ouest (Rampao).


Toute cette riche diversité patrimoniale et biologique, de sites culturels, touristiques et environnementaux, constitue des joyaux de la réserve de biosphère transfrontalière du delta du fleuve Sénégal, dépassant le cadre de la commune de Saint-Louis, embrassant et préoccupant l'ensemble de la communauté du département de Saint-Louis et bien au-delà. M. Dieng a rappelé que depuis l'édification du mur de protection de Guet-Ndar entre 1926 et 1930, aucune infrastructure de protection n'avait été réalisée jusqu'en 2017.

LE SOLEIL


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.