Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Faidherbe ou l'insulte mémorielle. Par Serigne Saliou GUÈYE

Mercredi 17 Juin 2020

Les Ndar-Ndar ou autres Sénégalais qui tiennent encore à lui, doivent être édifiés sur ce personnage inhumain qui, nonobstant ses crimes abjects, continue de fasciner une partie de la descendance de ses victimes


La mort par asphyxie du Noir américain Georges Floyd aux Etats-Unis plus précisément à Minneapolis, a provoqué un peu partout dans le monde, des vagues d’indignations et de protestations. Elle a réveillé en Europe et aux Etats-Unis, ce sentiment antiraciste assoupi qui a débouché sur le déboulonnage de plusieurs statues de figures historiques esclavagistes et colonialistes qui trônent avec morgue dans plusieurs villes.

Le 7 juin 2020, plusieurs milliers de manifestants furax ont déboulonné la statue d’airain du marchand d’esclaves britannique Edward Colston à Bristol, ville du sud-ouest de l’Angleterre, érigée en 1895. Ils l’ont roulée sur plusieurs mètres dans la rue éponyme avant de la jeter dans la rivière Avon.

Le général britannique Edward Cornwallis, connu pour les sévices et mauvais traitements qu’il infligeait aux Amérindiens est tombé de son piédestal 240 ans après sa mort.

En Belgique, ce sont les statues de Léopold II de Belgique, symbole du colonialisme le plus monstrueux, qui ont été attaquées et vandalisées dans plusieurs villes (Tervuren, Hal, Ostende et Ekeren). Ce dernier a mené alors à la baguette l’exploitation du Congo au prix d’une répression sanguinaire avec la mise en place d’un véritable système d’esclavage s’appuyant sur le travail forcé et par la terreur. On vous épargnera les détails des atrocités et des actes de torture inhumains se traduisant par des mains coupées pour contraindre les populations rétives du Congo (actuel RDC) au travail et les 10 millions de Congolais qu’il a exterminés en 23 ans.

A Boston (Massachussetts), une statue de l’explorateur italien Christophe Colomb a été décapitée dans le parc qui porte son nom. A Miami (Floride), des statues qui portent son effigie ont subi la rage des manifestants qui les ont complètement badigeonnées.

A Richmond en Virginie, une statue de Jefferson Davis, le président des Etats confédérés pendant la guerre de Sécession qui a opposé le Sud au Nord abolitionniste de 1861 à 1865, a été déboulonnée. Dans cette même localité, c’est la statue du général sudiste Williams Carter Wickham, esclavagiste, qui a été basculée à terre.

Le 12 août 2017, la statue du général sudiste Robert Edward Lee, pro-esclavagiste, située à Charlottesville, en Virginie, qui a été démantelée dans un climat de tension (entre néo-nazis, suprématistes blancs et antiracistes), a débouché sur un mort et plusieurs dizaines de blessés.

A Prague et à Londres, les statues du Premier ministre britannique Winston Churchill ont été taguées.

Déjà le 9 mars 2015 à l’Université du Cap en Afrique, des étudiants réunis dans le mouvement « Rhodes must fall » (Rhodes doit tomber) demandaient le retrait de la statue de Cecil Rhodes, érigée en 1934 à l’entrée du campus. Après une bataille intense, le 9 avril 2015, la statue de l’archétype du colonialiste anglais et de l’oppression des Blancs sur les Noirs est déboulonnée.

On pourrait citer à l’infini les statues de figures de personnalités historiques racistes, esclavagistes ou colonialistes qui sont en train de subir leurs derniers instants en station debout. Mais si nous avons évoqué toutes ces statues déboulonnées et détruites, c’est pour mieux aborder celle du colon-gouverneur sanguinaire Faidherbe qui trône avec morgue à l’entrée de l’île de Ndar. Je préfère utiliser le mot « Ndar » qui véhicule notre identité propre plutôt que Saint-Louis qui fait référence au Roi croisé de France Louis IX, lequel régna en France de 1226-1270. Même s’il a été une figure légendaire de l’histoire de France et de la Chrétienté jusqu’à prendre le nom de Saint-Louis, même s’il a été un modèle du prince et du chevalier soucieux de l’ordre et de la justice, cela ne doit pas constituer des critères éligibles pour débaptiser Ndar et lui donner le nom d’un souverain de France dont la majeure partie des Sénégalais ignore l’histoire.

Indubitablement, des esprits chagrins, qui vivent encore dans les tréfonds de leur subconscient le colonialisme comme un bienfait, se lèveront pour défendre un soi-disant patrimoine de l’histoire de notre pays. Mais, Faidherbe, loin d’être un patrimoine, symbolise une blessure mémorielle qui, à chaque minute de sa station, suinte ses ignominies indélébiles et exhale ses cruautés fétides.

Depuis fort longtemps, des intellectuels intrépides comme Khadim Ndiaye, Abdou Khadre Gaye Emad et d’autres se sont levés pour exiger le démantèlement de la stèle faidherbienne de Ndar. Si certains Ndar-Ndar et autres Sénégalais, nostalgiques du colonialisme, s’opposent mordicus à toute idée de déboulonnement du plus sanguinaire colon que le Sénégal ait jamais connu, il faut souligner que d’autres Sénégalais ont fait du combat « Faidherbe doit tomber » une œuvre de citoyenneté, de souveraineté, de rectification et d’assainissement de l’histoire du Sénégal ternie par 11 années sanglantes de présence du gouverneur de Ndar sur le territoire sénégalais. Ce tortionnaire sans pitié a dirigé la colonie Sénégal en usant du fer, du feu et de la faim contre les populations rebelles pour obtenir du sang, de la sueur et des larmes. Une chose est sure : l’histoire réelle de Louis-Léon César Faidherbe n’a jamais été enseignée aux Ndar-Ndar voire aux Sénégalais qui se prosternent encore devant sa statue suintante de sang et des larmes séculaires de nos grands-pères résistants.

Aujourd’hui, tout un tas de mythes (mensonges au sens grec du terme) est construit autour de Faidherbe. Certains de ses admirateurs soutiennent naïvement que c’est le père de l’Etat moderne du Sénégal pour qu’on lui trouve une statue, une place et un pont baptisés en son nom. Même dans la capitale Dakar, Faidherbe est plus que vénéré avec une avenue célèbre, un hôtel et une pharmacie qui portent son nom. Heureusement que Iba Der Thiam, devenu ministre de l’Education sous le règne d’Abdou Diouf, a débaptisé, avec son projet « Ecole nouvelle », le lycée Faidherbe en lui donnant le nom du marabout-guerrier Cheikh Omar Foutiyou Tall.

Ce qui sous-tend le jumelage servile Ndar-Lille matérialisé depuis 1978, c’est parce que Louis-Léon César Faidherbe, y a vu le jour le 3 juin 1818. D’ailleurs pour lui rendre hommage, une statue équestre, située sur la place Richebé à Lille, y a été érigée depuis en 1896. Si au Sénégal certains anticolonialistes, minoritairement, portent inlassablement le combat « Faidherbe doit tomber », en France, l’association Survie Nord, le Collectif Afrique, l’Atelier d’histoire critique, le Front uni des immigrations et des quartiers populaires et le Collectif sénégalais contre la célébration de Faidherbe se battent pour déboulonner ladite statue, symbole de la pérennisation et de la valorisation de l’entreprise de négation humaine appelée pudiquement colonisation. C’est pourquoi, lors du bicentenaire de la naissance où Lille célébrait Faidherbe pour avoir résisté et défendu « courageusement », pendant trois mois, la France de l’invasion prussienne en 1870, ces associations susnommées ont dénoncé l’invasion africaine pendant plusieurs décennies dudit Général, patriote chez lui et bandit en Afrique. Ainsi elles ont demandé « le retrait de la statue de Louis Faidherbe et de tous les symboles qui glorifient le colonialisme dans les espaces publics lillois et qu’à leur place, hommage soit rendu aux victimes de la colonisation et à celles et ceux qui y ont héroïquement résisté ».

Aujourd’hui, rien ne s’oppose à ce que la statue provocante du sanguinaire Faidherbe soit déboulonnée et jetée à la mer. Pour certains esprits, Faidherbe est avec Mame Coumba Bang, les mânes protecteurs qui veillent sur Ndar. Que ceux-là qui défendent nostalgiquement le persécuteur de leurs grands-pères nous disent pourquoi, dans la nuit du 13 au 14 août 1983, les autorités sénégalaises ont fait enlever la statue de Faidherbe se trouvant en face du palais de la présidence de la République, dans le jardin du bâtiment qui abrite l’actuelle maison militaire de la présidence ? C’était une insulte à l’endroit de notre souveraineté incarnée par le palais présidentiel.

Les Ndar-Ndar ou autres Sénégalais qui tiennent encore à grand-père Faidherbe, parce qu’ignorant que ce dernier a massacré, au nom de la pacification et de la mission civilisatrice des races inférieures par celles supérieures, leurs vrais grands-pères, doivent être édifiés sur ce personnage inhumain qui, nonobstant ses crimes abjects, continue de fasciner une partie de la descendance de ses victimes.

À suivre...

sgueye@seneplus.com

 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par cambier le 18/06/2020 08:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Déboulonner la statut. Il faudra donc déboulonner le pont Faidherbe en même temps...

2.Posté par "Domou Ndar" le 18/06/2020 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le Pont, d'historique, de légitime et d'Intérêt Positif est éminemment Faidherbe ... Et encore que personne ne pensera à le déboulonner ... Donc ON peut conserver le Nom du Pont ... La Statut étant donné qu'elle peut être cause de Rancœur; de Trouble à l’Ordre Public ... la Mettre hors d'état de nuire ou/et en sécurité (au CRDS Ex IFAN) serait objectif ... Et pour la "Place" à Rebaptiser, de Nom, Nous pensons que "Baya ou Bayalou Doomou Ndar" serait Équitable et Objectivement Identitaire, pour Tous (Et surtout de Neutralité Satisfaisant et Pacifiquement Utile) !!!

3.Posté par Guetndar le 18/06/2020 14:41 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
#FaidherbedoitTomber

4.Posté par ahmedou le 18/06/2020 15:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
NDar la ville gqui représente, pour les habitants de la région, un grand symbolisme qui a accompagné la culture des Arabes et leur poetes a fait sentir fort dans la maison d'Ould Al-Miqdad et sa générosité de ndar
Cette ville est le carrefour des civ

5.Posté par ahmedou le 18/06/2020 16:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ndar est le carrefour des civilisations marocaines, msures , africaines musulmanes
Si le colonisateur a achevé ce pont, il a volé les richesses des peuples africains. Le pont devrait s'appeler le pont d'Ibn al-Miqdad ou cheikh Ahmadu Bemba ou cheikh

6.Posté par cabaxal le 18/06/2020 17:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Allons, pas exagération! L'Histoire ce n'est ni tout blanc ni tout noir...D'accord, Faidherbe a fait des conneries impardonnables, mais nos roitelets africains ne sont non plus pas en reste! Ca ne sert à rien de déboulonner des statues i l'on a pas d'abord déboulonné l'emprise politique et économique néocoloniale. l'indépendance plotique et économique est le vrais socle des valeurs et donne seule leur valeur aux symboles!
Et puis nak, foin de ces crises de bouton identitaires: nous autres doomu ndar sommes comme tous les Sénégalais, et certainement bien avant eux, le produit d'un triple métissage négro-africain, arabo-berbère et judéo-chrétien occidental. S'il vous plaît arrêtez nous appeller ndar-ndar, nous sommes des doomu-ndar et fiers de l'être! Cordialement.

7.Posté par Abdoulaye Mamessine BA le 18/06/2020 21:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La rénovation du pont Faidherbe de Saint-Louis
Un bel exemple de coopération franco- sénégalaise. Fruit de la volonté politique éprouvée et agissante de deux chefs d’état, le pont Faidherbe est l’expression vivante du rôle que joue la ville de Saint- Louis dans les relations entre la France et le Sénégal. C’est un trait d’union chargé d’histoires, de coopération et de vécu de l’ex Afrique occidentale française (AOF).
Sa réhabilitation est allée dans le sens de l’écho fait au cri de cœur des populations qui, impuissantes, voyaient s’user ce qui est le symbole même de la ville, le cordon ombilical entre le faubourg de Sor et l’île. Ceci rend la traversée quotidienne de 19 000 véhicules et plus de21 000 piétons qui entretiennent le pouls économique palpitant des affaires et de l’administration de la vieille ville

8.Posté par Sindoné le 19/06/2020 15:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Moi, cela fait longtemps que je plaide pour le déboulonnement de la statue et son "confinement" ad vitam aeternam au CRDS. Mais fi de l'indignation sélective, figurez-vous que ceux qui vocifèrent contre cette statue fort moche d'ailleurs arpentent chaque jour allègrement l'avenue Faidherbe , les rues André Lebon, Flaurus, Pinet Laprade, et j'en passe à Dakar... sans haut-le-coeur.
Pour le nom de cette place "mythique", les doomu ndar lui ont déjà donné un nom de longue date: BAYA!
Concernant le pont, si seulement Abdoulaye WADE, avait utilisé une partie des fonds pour l'ANOCI ou la funeste statue de la Renaissance (elle a quand-même permis de construire un autre "monument" (chuut!!!), on aurait pu lui donner un nom local, genre Moom Sa Reew. Au lieu de cela, il a traîné Sarkozy jusqu'à Ndar pour le supplier, quelques trémolos dans la voix en sus, de le rénover. Après, demander qu'on change le nom...
Maintenant, j'espère que les redresseurs de tort vont s'attaquer à ce que, je considère, comme une énorme ignominie, le MENSONGE ET L'ABUS DE CONFIANCE DU MILLENAIRE passé et à actuel: la fameuse MAISON DES ESCLAVES DE GOREE, qui comme tous les historiens et journalistes dignes de ce nom le savent (n'est-ce pas Der-la-Science et SS Guèye) n'a jamais été une maison des esclaves. Alors, indignez-vous Messeurs, l'occaze est trop belle!

9.Posté par Abdoulaye Sall le 20/06/2020 06:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est archi de dire que les Sénégalais ou les domou ndar se prosternent devant la statue Faidherbe. Sinon que dire des Sénégalais y compris les populations du Nords par les arabes et les Maures du Trarza. N'était-elle pas sanglante? Est-ce à dire qu'il faut détruire les mosquées pour effacer de notre mémoires ces signes qui symbolisent la présence arabes et rappellent leurs razzias sanglants? Il faut savoir raison garder.
L'Afrique a ses tyrans et ses criminels qui donnent leurs noms et leurs effigies sur les symboles sans que personne n'osent sourciller!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.