Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Il était une fois El Hadj Alioune Badara Diagne Golbert. Par Mame Doudou Kane

Vendredi 10 Avril 2020

Toute destinée qui acquiert force d’exemple aura subi préalablement le déterminisme de la volonté individuelle. Eh Hadj Alioune Badara Diagne avait bien compris cela avant de se forger un destin, un destin de Doomou NDAR au sens leplus noble du terme. Ce fils de Malal et de Fary Lobé NDoye naquit en septembre 1941 à la rue de France, dans le célèbrequartier de Lodo, au nord de l’ile de Saint Louis. SAINT-LOUIS ,cette ancienne capitale de l’AOF, ce foyer de culture qui bénéficie de signes historique et géographique favorables , cette ville lointaine des signares où le colon a jadis côtoyél’autochtone, où la route du négre et celle du berbère se sont croisés, où le clocher de l’église et le minaret de la mosquée hérissent le même ciel , où le fluvial et le maritime s’enlacent depuis  toujours dans un parfait amour , où encore l’eau et la terre conjuguent tendrement leur esthétique et leur poétique .    
 
Tous ces messages ont sans doute claironné depuis le berceau dans l’âme de cet artiste de naissance qui, près de 80 ans durant, s’était engagé volontairement ou involontairement pour un but sublime : NDAR. Mieux que quiconque, il avait à dessein la défense, la restauration, le rayonnement de sa ville natale.
 
Le vendredi 03 avril 2020, il nous quitta de fort belle manière en début de matinée. Quand on me téléphonait pour m’annoncer la nouvelle, j’étais au cœur du cimetière mythique de Marmiyal, en face du tombeau de ma mère (une autre Diagnéne digne de ce nom. Paix à son Ame).
 
Quelle nouvelle ! Je me demande si ce n’est encore un poisson d’avril…. « Non »  me répondirent les splendides rayons du soleil qui illuminaient déjà son tombeau que j’apercevais non loin de moi. Mon doute persiste ! N’avait-on pas interdit toute diffusion de fausses nouvelles en ces temps qui courent ? Et une brise de mer d’une rare douceur en provenance de SALSAL confirme la nouvelle, relayée en cela par les vaguelettes du fleuve qui arrosent la mangrove tout autour du cimetière de Marmiyal. Oui, c’est vrai ! El Hadj Alioune Badara Diagne n’est plus de ce monde ! Dieu l’a arraché à notre affection « Mawlaana tabaraka wa tahaa laa » comme il aimait le dire pour l’implorer et le sublimer.
 
Je me redresse pour défiler mon regard le long du cimetière : un calme olympien, un silence bruissant. Je me demande pourquoi les oiseaux se sont tus à cette heure encore matinale. Tout autour de moi, les fidèles présents au cimetière fixent leurs regards sur un tombeau « anonyme »qui , depuis plus d’une décennie , attend son hôte de marque .Je défile à nouveau mon  regard  tout autour de moi et me rendis compteque le cimetière de Marmiyal ,dans toute sa splendeur et sa plénitude ,attendait un hôte de marque: les murs et les projecteurs bien dressés au ciel, les sept allées  et retours proprement dégarnis, les portes et le portail grandement ouverts… Sans aucun doute, les autres cimetières  de la cité  pieuse( Thiéme et Thiaaka  Jaay) voulurent se joindre à celui de Marmiyal pour accueillir à   l’unisson celui qui ne se lassait d’œuvrer pour que ces patrimoines communs, remplis de saints, d’érudits et d’Oulémas ,ne souffrent de rien : murs de clôture, porte, portail, lampe , projecteur, eau , électricité, natte, bâche ,morgue, climatiseur, pelle, râteaux , fourche, coupe-coupe ….. 
 
Je sortis du cimetière et me rendis compte de la morosité qui affectait toute la cité de Mame Coumba Bang ! Quelle perte ! Quelle nouvelle ! Quelle tristesse ! Une tristesse qui subitement fit oublier le spectre du Coronavirus .Je n’eus plus envie de rentrer à la maison, me confiner dans ma chambre et prendre mon petit-déjeuner.
 
Habitant Bayal Tendjiguéne, ma curiosité me poussa vers la direction du marché .J’avais vraiment envie de sillonnerSaint- Louis et de mesurer la température de cette cité savante qu’ El Hadj Alioune Badara Diagne qualifiait de lieu de transcendance, d’élégance et de maitrise de soi. Je voulaissavoir à quoi ressemblait cette veille cité qui venait juste de perdre  son meilleur gouverneur, son meilleur maire , son meilleur inspecteur , son meilleur communicateur , son meilleur avocat défenseur, son meilleur animateur, son artiste le plus complet , son symbole authentique , son icône. Jevoulais avoir, séance tenante, une réponse à ma préoccupation : A quoi ressemble Saint-Louis sans son El Hadj Alioune Badara Diagne ? Une vendeuse de poisson au milieu d’une dizaine de Guet ndariennes laisse entendre ceci : «  A ndeye saan, ak tay ni dieune touroo !».En pareille circonstance, GOLBERT DIAGNE seul se chargeait d’annoncer la bonne nouvelle afin que les clients s’empressent auprès des vendeuses pour s’approvisionner au mieux.
 
Mon indiscrétion me révèle aussi le bon approvisionnement en légumes  frais et fruits mûrs bien disposés à leur place. Mais ce marché n’était pas en marche, il y manquait ce vendredi 3 avril  la clameur et la ferveur qui l’épiçaientd’ordinaire ; il y manquait aussi et surtout cette voix alerte en provenance de la  FM Téranga, cette voix qui, au-delà du marché faisait vibrer les cœurs des 33 quartiers de Saint-Louis et villages environnants entre 11 heures et 14 heures, le temps de Ndar Ragne, cette émission inédite qu’il animait, accompagné d’une belle mélodie de Youssou Ndour en sourdine.
 
Je me tourne vers le pont Faidherbe : un embouteillage monstre. En traversant les sept arcs de ce symbole légendaire de brassage et de métissage, une autre sensation  heurte ma conscience .De la montée à la descente du pont, les voitures restaient inertes, bloquées. Et pourtant, aucun klaxon. Conducteurs comme piétons zappaient entre les stations FM qui diffusaient en direct des témoignages  dévoilant au grand public les multiples  facettes de l’homme, et ses caractérisations s’égrenaient à l’infini : journaliste émérite, communicateur hors du commun, régulateur social, humaniste toujours au service de sa communauté , artiste-comédien de renommée internationale , sportif pratiquant, dirigeant, arbitre fédéral ( président de la CRA) , talentueux éducateur doué d’une probité morale et intellectuelle, bref un Doomou Ndar au service de sa Nation , un modèle par excellence de civisme et de citoyenneté .
 
Je descendis du pont et fis le tour de la Gouvernance et de la Place de l’Indépendance (BAYA). Le même constat amère : je ne reconnus plus Saint-Louis : cette ville si hospitalière  venait de perdre  quelqu’un  qui lui était  si cher, quelqu’un qui l’aimait avec puissance, quelqu’un qui savait la défendre, la chérir, la vendre à sa juste valeur.
 
El Hadj Alioune Badara Daigne  Golbert a rendu l’âme à l’hôpital de  Saint Louis, cet hôpital qu’il avait toujours soutenu pour relever le plateau médical de sa région .Alors, l’hôpital ne voulut pas si tôt de séparer de lui : il retint son hôte jusqu’au lendemain en guise de reconnaissance. Ce fut au petit matin qu’il fut enterré en catimini.
 
Au-delà même de l’hôpital, c’étaient toutes les populations de SAINT-LOUIS qui voulaient rendre un vibrant hommage à ce Doomou Ndar qui savait, mieux que quiconque, comment servir sa ville.
 
On devait partir de la Voix du Nord pour aboutir au cimetière de Marmiyal. On devait traverser toute l’ile, l’avenue Serigne Babacar Sy (RTA), la gouvernance où Cheikh Ahmadou Bamba(RTA) avait effectué la prière des deux rakas. On devait traverser le pont, emprunter  
 l’avenue du Genéral Degaulle , pavoiser dans les rues et ruelles de Balacoss ( son fief ) pour enfin aboutir àl’esplanade de Marmiyal ,ce site qui abrite annuellement le premier  vendredi du mois de Ramadan le plus beau héritage qu’El Hadj Alioune Badara Diagne a légué à sa ville natale : les Kaamil des vendredis du mois de Ramadan devant les cimetières de Saint-Louis .
 
Mais, comme nous le savons tous, le destin en avait décidé autrement : il n’y eut ni ce défilé du 3 avril  en guise d’hommage, ni celui du 4 avril pour célébrer notre 60e fête d’indépendance.
 
On l’aime ou on ne l’aime pas, El Hadj Alioune Badara Diagne Golbert a fracturé depuis fort longtemps les verrous de notre mémoire collective, s’invitant par la force de ses convictions et de ses passions dans le panthéon des immortels. Oui, l’homme a déjà signé avec les présentes et futures générations un contrat immuable de respect, d’amour,d’affection et d’admiration.
 
On pourrait aussi dire, sans la moindre intention de starisation  tendancieuse, qu’il a payé, de par sa personne et sa renommée, de par son verbe possesseur  et son agir, le royaume de sympathie et de considération taillé dans le cœur des Doomou Ndar .Ayant horreur de l’échec et de la médiocrité, même le passable n’a jamais été à son gout .Son culte était celui du perfectionnisme, du pragmatisme, de la compétence  et de l’excellence. C’est pour cette raison toute particulière que le père de Malal Diagne Junior était plus qu’un Maitre, il était une Ecole , une Ecole d’où sont sortis de grands cadres du monde de la presse nationale et internationale : Alioune Badara Fall (GFM) , Bougane Gueye Dany ( D Média ) , Boubacar Cambell Dieng ( ARTP), Mouhamed Naby Sylla(RFM), Moussa Diagne Colombo (2STV) , Mayoro Faye ( PDS), Marianne Senghor  (RTS) , Mamadou Aicha Ndiaye  ( Canada) , Kalidou  Dia (RTS), Ben Mactar Diop ( 2STV) , Ousseynou Diop (Téranga  , TFM) ,Momar Alice   Niang  (Imédia ) last but not list…..
 
Il nous reste à souhaiter qu’Allah (SWT), le Souverain des souverains , soit entièrement satisfait d’El Hadj Alioune Badara Diagne qui, par sa véracité , sa loyauté, son  patriotisme, la mélodie de son sourire enchanteur , le festin  de son verbe extraordinairement possesseur , régalait ses hôtes , tous les hôtes de Saint-Louis , capitale de la Téranga .Son souhait ultime, avouait-il  du fond de son cœur , n’était-ce pas de transplanter le Paradis et de le répandre sur toute l’étendue de Saint-Louis ?Et comme « li nga yéénè nitt gni rek lala boroom bi di défal », notre ultime souhait est qu’El Hadj Alioune Badara  Diagne  fasse partie de ces âmes purifiées qui retournent à leur  Seigneur accueillies par ces mots : « Entre au nombre de mes serviteurs, entre dans mon jardin» (le Coran  L XXXIX, 29, 30). Que le Tout Puissant Allah (SWT), par la Bénédiction du Prophète Mouhammad (PSL) nous pardonne tous nos péchés volontaires  et involontaires, qu’Il stoppe définitivement la propagation du Coronavirus  à travers le monde entier et qu’il nous permette de convier l’humanité toute entière à venir à Marmiyal  un vendredi du mois de Ramadan ,  rendre un vibrant hommage à El Hadj Alioune Badara Diagne , cet homme multidimensionnel, altruiste jusqu’aux os , ce Doomou Ndar qui a donné un sens à sa vie propre et à celle de sa communauté toute entière en devisant autour d’un seul crédo qu’il fit sien : «  Dekk ci dekk bi défar dekk bi moo ko geun ». 
 
 
 
Le samedi 4 avril 2020, ALIOUNE BADARA DIAGNE m’estapparu en rêve vers l’aurore .Il était si joyeux.  Il m’autorisa  àrédiger un article et me proposa même  le titre.
Cet article, je le dédie au Groupe Bara Yeggo (son groupe de cœur) et à tous ceux qui aiment Ndar.

Mame  Doudou  KANE

Professeur d’Histoire –Géographie

au Lycéé Mame Rawane Ngom

doudoukane2006@yahoo.fr

tel : 77 535 18 35
 
 



Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Amethdendar le 12/04/2020 14:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bel hommage. Siggil ndiagalé. Mon cher ami, que Dieu te garde. Amine.

2.Posté par motorola le 12/04/2020 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas confondre hommage posthume avec éloge dithyrambique (qui s'apparente parfois au délire ou à la diarrhée verbale).et surtout éviter de mentir quand on parle des morts. On aura tout entendu, tout lu après le décès de Golbert qui fut, c'est indéniable, un artiste, un comuunicateur et un comédien hors-pair. Mais tout de même!...Certains faits, certains prodiges dirais-jje, relèvent exclusivement de l'omnipotence d'Allah SWT et ne sont pas du ressort de nous autres pauvres mortels. Alors....

3.Posté par motorola le 12/04/2020 15:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas confondre hommage posthume avec éloge dithyrambique (qui s'apparente parfois au délire ou à la diarrhée verbale).et surtout éviter de mentir quand on parle des morts. On aura tout entendu, tout lu après le décès de Golbert qui fut, c'est indéniable, un artiste, un comuunicateur et un comédien hors-pair. Mais tout de même!...Certains faits, certains prodiges dirais-jje, relèvent exclusivement de l'omnipotence d'Allah SWT et ne sont pas du ressort de nous autres pauvres mortels. Alors....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.