Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Il vaut mieux construire des ponts qui relient que des murs qui séparent.

Dimanche 27 Mars 2022

Il vaut mieux construire des ponts qui relient que des murs qui séparent.
Le Président de la République Macky Sall a bien compris cette assertion hautement humaniste au sens de raffermir les relations humaines dans notre espace de vie commune qui sous-tend le concept de nation.

Celle-ci étant généralement considérée comme le commun vouloir de vivre ensemble dans le même espace inclusif. Autrement dit l’appartenance à une communauté politique (polis) établie sur un territoire défini.

Combien de sénégalais vivant de part et d’autre d’un cours d’eau, lac, fleuve ou bras de mer, se sont au moins une fois sentis exclus de ce territoire, n’ayant presque plus le sentiment d’appartenir à la même nation ?

Que de fois n’a-t-on pas subi des tracasseries de toutes sortes lors d’un voyage pour rallier des parties du pays entrecoupées par des eaux ! Des zones complètement isolées du reste du pays surtout en période d’hivernage. 
Il nous est arrivé à maintes reprises de visiter une localités du pays et que nos hôtes nous demandent « comment vont les sénégalais ? ». 
Cette phrase nous laissait toujours sans voix. 
Il faut parcourir le territoire national pour se rendre compte des prouesses infrastructurelles qui se réalisent dans notre pays sous l’ère de son Excellence Macky Sall, faisant ainsi de la continuité du territoire national une réalité tant chantée et rêvée. 
De Matam à Saint-Louis jusqu’à Ziguinchor, de Dakar à Sédhiou en passant par Fatick, Foundiougne, Marsassoum et Karantaba, le Sénégal dans son entièreté est désormais connecté par des voies de communication terrestre qui rendent l’accès à certaines localités, jadis trop éloignées, facile et rapide. 

Le pont sénégalo-gambien de Farafenni, le pont de Marsassoum et le pont de Foundiougne qui vient d’être inauguré ce samedi 26 mars 2022, pour ne citer que ceux-là, entre autres ponts de Fanaye, de Wendou de Bosséabé et de Ganguel Souleh, ont fini de désenclaver le Sénégal. 

Nul ne doute qu’un pays ne peut se développer sans infrastructures. Les infrastructures décloisonnent et valorisent nos terroirs, elles favorisent la libre circulation des personnes et des biens, renforcent l’intégration et la cohésion nationales. C’est ainsi qu’on consolide une nation. 

Avec la mise en circulation effective du Train Express Régional (TER) conjugué au prochain Bus Rapid Transit (BRT), sans compter les autoponts sur les grandes artères de la capitale dakaroise, force est de constater et d’apprécier les efforts consentis par le Chef de l’Etat dont la vision est entrain d’être matérialisée par son Ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Amadou Mansour Faye qui accomplit un travail titanesque sans tambour ni trompette.

Le Sénégal que nous voulons est ce Sénégal d’équité territoriale et d’inclusion sociale que nous sommes entrain de connaître sous l’impulsion du Président Macky SALL. Un Sénégal réconcilié où il n’y aura plus de citoyens à part entière et de citoyens entièrement à part. 

C’est heureux de voir notre pays s’engager dans cette dynamique d’interconnexion des voies de communication terrestre, par la construction de ponts et autres ouvrages d’art et pistes rurales devant davantage rapprocher les populations de tous bords, au lieu de les cloisonner derrière des murs virtuels qui attisent la haine et la peur véhiculée par un discours violent amplifié par les réseaux sociaux. 

Chers compatriotes, voyageons ; sortons de nos conforts ; prenons la route ; allons à la découverte de notre cher Sénégal, un riche et beau pays qu’il nous reste à connaître et à chérir. 
  
  Benoît Sène
Responsable politique à Pikine Saint-Louis