Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

L'insuffisance rénale représente 40 % des maladies chroniques à Saint-Louis et Guéoul (néphrologue)

Lundi 19 Août 2013

L'insuffisance rénale représente 40 % des maladies chroniques à Saint-Louis et Guéoul (néphrologue)
Une enquête parcellaire sur les maladies chroniques effectuée auprès de patients à Guéoul et à Saint-Louis, dans le nord du pays a révélé un taux de prévalence de l'insuffisance rénale de l'ordre de 40 %, a indiqué le professeur Boucar Diouf, chef du service néphrologie de l’hôpital Aristide Le Dantec.

"Nous sommes en train de préparer une enquête au niveau national, mais les enquêtes parcellaires menées à Saint-Louis et à Guéoul sont alarmantes. Les résultats ont montré que le taux de prévalence tourne autour de 40 % des patients [...] qui ont une insuffisance rénale’’, a-t-il confié à des journalistes, samedi, en marge du lancement à Kébémer de la caravane "Kébé Santé’’.

"Ces résultats sont extrêmement sévères pour nous et c’est extrêmement alarmant, et ça doit inciter les populations à plus de vigilance. Je crois qu'en plus de ce thème, le fait qu’on fasse le dépistage est venu à son heure. C’est important dans la stratégie du ministère de la Santé en terme de prévention de la maladie rénale’’, a commenté le docteur Diouf.

Pour sa dixième édition, la caravane de consultation et de soins Kébé Santé a mobilisé 95 médecins, pharmaciens et chirurgiens dentistes. Son thème principal est axé sur le dépistage des maladies chroniques et principalement les maladies rénales.

"Kébé Santé a choisi de dépister, c’est important de faire ce dépistage et c’est relativement facile. Et si cela n’est pas fait, le danger c’est que la maladie évolue. L’insuffisance rénale s’installe doucement. On ne sent pas les signes jusqu’à un stade où les choses sont relativement avancées’’, a expliqué le médecin.

Selon lui, la complication principale de ces maladies rénales chroniques, c’est l’insuffisance rénale qui s’installe et qui va évoluer et qui, à terme, va aboutir à une insuffisance rénale, un dysfonctionnement total du rein qu’on appelle insuffisance rénale en phase terminale.

Le point focal néphrologie du ministère de la Santé a souligné qu’à ce stade, la vie n’est plus compatible avec le fonctionnement du rein. "En ce moment on est obligé de suppléer les fonctions rénales soit par l’hémodialyse, qui se fait gratuitement dans le service public, soit par la transplantation rénale qui est un projet qui nous est cher’’, a-t-il rappelé.

Il a par ailleurs mis en garde contre les facteurs favorisants l’insuffisance rénale parmi lesquels une mauvaise hygiène de vie et alimentaire ainsi que la consommation excessive de sel. Le Pr Diouf a en outre cité l’âge.

"C’est surtout l’âge, malheureusement. C’est pourquoi il faut se faire dépister, car uniquement l’âge peut entrainer des maladies rénales chroniques. Le diabète et l’hypertension sont les principales causes d’insuffisance rénales au Sénégal. Nous avons également la drépanocytose, le VIH Sida le paludisme sévère ‘’, a-t-il fait remarquer.

aps