Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

« La piété, la concrétisation de la profession de foi »

Mardi 23 Avril 2019

En marge de la célébration du centenaire de la naissance du vénéré guide Serigne El Hadji Madior Cissé (Rta), digne fils spirituel et Khalif du « Marabout des marabouts », Serigne Babacar Sy (qu’Allah soit satisfait de lui), la communauté religieuse Moutahabbîna Fî Lâhi, sous l’égide de son guide spirituel Serigne El Hadj Mouhammed Abdoulaye CISSE,  Imam ratib de la Grande Mosquée Ihsaan, par ailleurs, Président de la Fondation Serigne Madior Cissé-Ihsaan la Bienfaisance Saint-Louis (Sénégal), a organisé ce Samedi 20 Avril une conférence islamique qui avait pour thème  « La piété : un acte de foi et de gratitude ».

La salle de conférence de l’Ucad II de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar a reçu ce samedi l’éminent savant et illustre maitre conférencier, Al Imam Serigne El Hadji Mouhammedou Abdallah Cissé, khalif de Serigne El Hadji Madior Cissé qui a abordé le thème portant sur « La piété : acte de foi et de gratitude ».

C’est devant un public venu des quatre coins du pays et de la Diaspora que le saint érudit a étalé son savoir.

A l’entame de sa communication, il a d’abord campé son sujet à travers le texte fondateur par lequel le Coran nous enseigne la piété en nous disant ce qu’elle n’est pas et ce qu’elle est en passant en revue les actes de foi, de bienveillance, de solidarité, de respect des prescriptions divines, d’endurance, de respect de la parole donnée, etc. 
Avant d’ajouter que,  «la piété est une vertu qui exprime la posture éthique du croyant à l’endroit de Son Seigneur et Créateur ». Et sur ce, il ajoute que : «C’est une vertu qui englobe en son sein plusieurs valeurs et qualités fondamentales ainsi que des principes d’action.» 

De par sa clairvoyance, son éloquence et son esprit pédagogique, Imam Abdallah Cissé comme l’appellent souvent ses inconditionnels, nous a cité quelques facettes de la piété tout en mettant un accent particulier sur les plus importantes.
 « La piété ne consiste pas à vous tourner vers l’Orient ou vers l’Occident ; la piété consiste à croire en Allah, au Jour dernier, aux anges, au Livre et aux prophètes. Elle consiste aussi à partager son bien, en dépit même de l’attachement que l’on éprouve pour lui, avec les proches, les orphelins, les nécessiteux, ceux de la route, les « voyageurs », les quémandeurs, et pour l’affranchissement des esclaves. La piété consiste [enfin] en un respect de la prière et en une dépense effective de l’aumône légale. Dès lors, ceux qui honorent ces usages, quand ils auront tenu leurs engagements, et qui demeurent patients face à l’hostilité ou aux moments difficiles ou douloureux, ceux-là sont ceux qui auront raison et qui auront été les plus pieux » (Sourate Al- Baqara, verset 11). 

Poursuivant sa communication, le Khalif de Serigne Madior Cissé atteste que la piété est un qui traduit la concrétisation de la profession de foi (chahaada). 
Car selon lui, par la piété, le croyant ne se contente pas de dire la formule, mais exprime sa conviction à travers son attitude. Il adopte une posture de respect révérencieux en sa qualité de simple créature à l’endroit de Son Créateur, Seigneur des univers. C’est la raison pour laquelle le Coran insiste sur la vraie connaissance comme la clé de l’accès à la piété, comme en atteste la parole d’Allah : « (…) Mais parmi Ses serviteurs, seuls les savants. Le craignent véritablement » (Sourate Fatir, verset 28).

Au-delà de traduire la piété comme un acte de foi, le guide spirituel de la dahira Moutahabbîna Fî Lâhi soutient aussi que la piété est un acte de reconnaissance et de gratitude envers son Seigneur et créateur.
 « Souvenez-vous de Moi, Je me souviendrai de vous. Soyez reconnaissants et non ingrats » (Sourate Al- Baqara, verser 152). 

Pour finir son exposé, l’éminent savant révèle que être pieux, c’est alors être capable de rendre grâce à Allah pour toutes les bénédictions qu’il nous accorde et la miséricorde avec laquelle il nous traite. Deux signes essentiels révèlent cette dimension de la gratitude qui caractérise la piété : 

- D’une part, la gratitude s’étend sur toute grâce, quelle que soit son importance à nos yeux. 
- Et d’autre part, en développant la gratitude, la personne pieuse se met en situation de quelqu’un qui œuvre avec la conscience d’être un serviteur au service de Son créateur. 

Que la Paix et la bénédiction d’Allah soient sur vous à jamais 

Papa Moussa GUEYE
 









Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.