Connectez-vous
Saint-Louis du Sénégal
NDARINFO.COM NDARINFO.COM
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Pré-lancement des journées culturelles dédiées au résistant Abdoul Bocar KANE, samedi

Mercredi 28 Septembre 2022

L’association des descendants d’Abdoul Bocar Kane (Taaniraabe Abdoul Bocar Kane, en pulaar), procède, samedi, au pré-lancement des Journées culturelles dédiées à leur illustre aïeul.


Pré-lancement des journées culturelles dédiées au résistant Abdoul Bocar KANE, samedi
Ces Journées culturelles se tiendront les 10 et 11 décembre prochains, à Dabia, une commune située dans la région de Matam, (nord).


Le pré-lancemet, prévu à partir de 9h 30, à l’hôtel Le Ndiambour, verra la participation "d’éminents professeurs des universités sénégalaises, de communicateurs traditionnels, de membres de l’association, d’étudiants et d’illustres invités", du Sénégal et de la sous-région, précise-t-on dans le texte.

La même source renseigne que "le programme riche va comprendre des forums de discussion sous forme de rencontres/échanges, des activités culturelles comme le théâtre, une soirée sons et lumières et des courses hippiques, une foire des produits du terroir entre autres".


L’objectif de cette manifestation est de "mettre les projecteurs sur ce héros national, grand résistant à la colonisation, de célébrer ses hauts faits et de réhabiliter sa mémoire à travers la mise en place d’un programme de sauvegarde du patrimoine historique et de développement économique et socio-culturel de sa contrée natale", relèvent ses initiateurs.


Selon eux, Abdoul Bocar Kane a joué, à "un moment historique important correspondant aux temps forts de la conquête coloniale (1850-1891), un rôle politique fondamental au Fouta".


"Autant les positions et les actions héroïques d’Abdoul Bocar face au colonisateur sont largement relayées par la tradition orale, par des documents d’archives et par des écrits de chercheurs étrangers comme Ibrahima Abou Sall, David Robinson, Mlle Garnier, Yves Saint Martin (…), autant elles restent royalement ignorées par l’historiographie du Sénégal", insistent-ils.