Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Quelle gestion sociale face à l’exploitation du gisement gazier au large de Saint-Louis ?

Lundi 18 Juin 2018

« La malédiction des ressources naturelles » n’est plus à démontrer dans certaines parties du monde notamment en Afrique. Ainsi, pour éviter ces externalités négatives de l’exploitation pétrolière et gazière, des trajectoires de bifurcation peuvent être définies.


Aujourd’hui, les bonnes pratiques internationales de l’industrie pétrolière et gazière  accentuent de plus en plus l’importance de faire bénéficier aux communautés autochtones ainsi que toutes les parties prenantes locales des retombées positives issues de l’exploitation des hydrocarbures. Ceci  dit que le projet Tortue /Ayméhim de production de gaz offshore entre le Sénégal et la Mauritanie, initié par le junior Kosmos Energy et le major BP ne doit pas être uniquement un porteur d’avantages financiers au profit des deux Etats et des compagnies pétrolières partenaires. Ainsi, au-delà de ces aspects financiers, il faudra impérativement penser à la gestion sociale du projet pour l’inscrire dans une durabilité.
 
La gestion sociale face à ce gigantesque projet gazier sera intrinsèquement liée au suivi de la mise en œuvre du contenu local, c’est-à-dire la participation économique locale qui pourrait s’appréhender à travers des outils que nous déclinons ainsi:
 
Emploi local , c’est  dire la manière dont le projet Kosmos Bp va former et recruter  les travailleurs locaux régionaux et nationaux ;
Passation des marchés locaux, la manière dont  le projet va permettre aux entreprises locales de  la région de Saint-Louis et du Sénégal de se porter candidates à la fourniture des biens et services dans la chaine de l’exploitation gazière ;
Développement des entreprises locales, la manière dont le projet va participer à l’accroissement des capacités des entreprises locales et nationales ainsi que leurs diversifications. 
 
En effet, ces trois outils cités dessus et qui devraient entrer forcément dans le cadre de la gestion sociale liée au projet peuvent constituer ce qu’on appelle la Participation Economique Locale. Son optimisation pourrait éventuellement apporter des avantages significatifs au projet Tortue/ Ayméhim de production de gaz offshore, aussi bien pour l’Etat Sénégalais que la Société Kosmos BP elle-même. Concrètement ces outils liés contenu local devront permettre entre autre :
 
Le renforcement de la capacité de la société Kosmos BP à gérer des relations plus fortes avec les populations locales notamment les communautés de pêcheurs de la langue de barbarie, la société civile et le gouvernement ;
 
Une contribution avérée au développement économique de la commune de Saint-Louis;
 
En lien avec ce qui précède, il y aura moins de risques pour la société à faire face à un temps d'arrêt lié à des contestations sociales potentielles ;
 
Une plus grande efficacité de la chaîne d’approvisionnement et de l'exploitation du fait de la réduction des coûts, notamment des coûts de la logistique, de l'entreposage, et l'hébergement et de la rétention du personnel ;
 
Une réduction de la dépendance des communautés locales de la ville de Saint-Louis  à la post-fermeture résultant de la diversification économique engendrée par la présence du projet gazier offshore.
 
De toute évidence, l'optimisation de cette participation économique locale devra apporter également des avantages aux communautés locales de Saint-Louis qui profiteront ainsi d'une amélioration et d'une diversification de leurs perspectives économiques. 
 
Sur ce, un programme de formation et de développement des entreprises locales devra être mis en œuvre maintenant avant le démarrage du projet Tortue/Ayméhim et qu’il soit hautement transférable et capable de continuer à porter des fruits même après la phase de fermeture du projet gazier.
Au-delà de ces aspects liés au contenu local à travers la participation économique locale dans le cadre de cette gestion sociale, il faudra veiller à l’application de la RSE en bien évaluant les  besoins réels des communautés locales surtout celles de pêcheurs qui seront visiblement les plus impactées.
 
Actuellement, les communautés côtières de la langue de barbarie vivent actuellement de multitudes et récurrents problèmes. Confrontées sans cesse à des inondations, à la baisse de leurs revenus à cause de  la baisse des rendements et captures et la rareté des ressources halieutiques.

En plus les moyens de conservation et de traitement de leurs produits y font cruellement défaut, ce qui fait que ces communautés demeurent vulnérables. Par ailleurs, à court ou à long terme, les activités gazières au large pourront interférer avec la pêche artisanale et cette situation pourrait entrainer des frustrations et tensions. Dès lors il est du rôle de Kosmos Bp Sénégal à s’engager dans des actions de nature à appuyer les activités économiques de ces communautés notamment la transformation des produits halieutiques  en se dotant de budget à cet effet.

 
Pour prospérer, les activités économiques ont besoin d’un environnement social, politique et économique apaisé. Or, Kosmos Bp Sénégal pourrait apporter sa contribution à l’édification d’une telle entreprise en synergie avec des organisations ou agences internationales d’aide au développement. En effet, l’une des conditions pour mener bien ces activités  gazières durables au large de Saint-Louis passe par la prise en compte des attentes et sollicitations de ces communautés de pêcheurs de la langue de barbarie.

 
A travers sa politique de la responsabilité sociétale des entreprises ,Kosmos Bp Sénégal devrait prendre part au renforcement des capacités d’action de ces communautés de pêcheurs en les aidant à  améliorer leurs conditions de vie ,à faire face à des problèmes environnementaux de la zone côtière en l’occurrence l’ouverture de la brèche dans la langue de barbarie, à promouvoir la régénération des ressources halieutiques, etc. 

 
Enfin, Kosmos Bp Sénégal devrait aussi se doter de fonds spécifiques d’aide et d’appui destinés aux communautés vivant de l’exploitation de ressources halieutiques. En effet, en cas de pollution routinière ou accidentelle, affectant l’exploitation halieutique, les recettes gazières ne pourront pas compenser les pertes ainsi occasionnées, ni réparer ses effets collatéraux.
 
 
Adama FALL : Consultant en Evaluation Environnementale et sociale / Spécialiste en Gestion des Impacts des Industries Extractives et Développement
Focus : Activité pétrolière et gazière
Contact : falladama522@gmail.com
Portable : 776800744


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.