Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Réhabilitation du chenal navigable entre Saint-Louis et Ambidedi : l'ambitieux projet de l'OMVS

Lundi 25 Mars 2019

L’OMVS a organisé vendredi 22 mars 2019, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau, une rencontre avec la presse Sénégalaise et internationale, à son siège sis à Dakar, afin de faire un rapport de l’Etat d’avancement des travaux engagés par l’organisation sous régionale.


Réhabilitation du chenal navigable entre Saint-Louis et Ambidedi : l'ambitieux projet de l'OMVS
Le haut-commissaire de l’OMVS, Hamed Diane Séméga, a particulièrement insisté sur la nécessité de l’autofinancement de l’organisation qui depuis sa création en 1972 a bâti ses infrastructures sur endettement des Etats membres. «Nous avons élaboré une stratégie d’autofinancement de l’OMVS à travers la dotation en outils et pôles nouveaux nous permettant de rembourser les dettes et d’avoir un puissant levier de financement des programmes d’investissements ».

Monsieur Séméga ne manquant pas de rappeler que « le socle de l’organisation reste la solidarité : permettre l’accès à l’eau à toutes les populations de nos Etats membres ». Après la présentation des grands projets engagés par l’OMVS, deux infrastructures ont particulièrement retenu les attentions. Il s’agit du barrage de Koukoutamba en Guinée dont le financement est évalué à 800 millions de dollars et du projet de réhabilitation du chenal navigable entre Saint-Louis et Ambidedi au Mali dont le coût est estimé à 475 millions d’euros.

Le barrage hydroélectrique de Koukoutamba dont le contrat commercial a été signé à Conakry le 26 février 2019 va constituer le quatrième et plus grand aménagement hydroélectrique réalisé par l’OMVS (après Manantali en 2002, Félou en 2013, et Gouina qui est toujours en chantier). Le Coût du projet est estimé à exactement 812 millions de dollars, soit plus de 468 milliards FCFA.

Le barrage hydroélectrique de Koukoutamba sera réalisé selon l’EPCF (Engineering Procurement Construction) soit la construction clé en main par le groupe Sinohydro avec apport de financement. L’ouvrage qui offre plusieurs usages participera à la régularisation des débits du fleuve Sénégal, au profit des activités liées à l’agriculture, la navigation, la fourniture d’eau potable, la pêche et la préservation des écosystèmes du bassin.

Le PGIRE (Projet de Gestion Intégré de ressources en Eau) financé par la banque mondiale, a pour principal objectif l’amélioration des conditions socio-économiques des populations riveraines à travers la promotion de l’entreprenariat, et des programmes sanitaires qui toucheront à terme 4,5 millions de personnes dont 52.600 agriculteurs.

Le Programme défendu par le Mauritanien Mohamed Fawzi Bedredine, Coordonateur régional du PGIRE, en est à sa quatrième année d’exécution. Par ailleurs, l’OMVS mise sur le projet de navigabilité afin d’aider au désenclavement des villes riveraines à travers la création d’un port fluviomaritime à Saint-Louis (Sénégal) point de départ des bateaux de transports de Minerais, de passagers, et de produits divers vers Ambidedi au Mali. Le projet dont le financement spontané est assuré par le groupe indien Eximbank (soit 475 millions d’euros) sera réalisé par le groupe AFCON du même pays.

« Le projet de navigation est parmi les projets prioritaires de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal. Le chenal allant de Saint Louis à Ambidedi au Mali est long de 905 km et la réalisation de cette infrastructure est un impératif pour les pays membres, surtout le Mali qui se verra offrir une façade maritime qu’il n’avait pas jusque-là » a conclut Hamed Diane Séméga, haut-commissaire de l’OMVS.

Avec Financialafrik


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Sidy Ady DIENG le 25/03/2019 17:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
A l'ETSHER de Ouagadougou, j'avais un professeur qui disait que la meilleure façon d'aménager, c'est de ne toucher à rien !
Au-delà de la caricature, c'est un appel à la prudence et à l'analyse de l'opportunité et des risques lorsqu'il s'agit de poser un acte d'aménagement.
La catastrophe de la brèche de Saint-Louis est une parfaite ulustration d'un acte irréfléchi d'aménagement.
A mon avis, la priorité doit donnée à la lutte contre l'érosion qui pose des problèmes irréversibles si rien n'est fait.

2.Posté par Tintin le 25/03/2019 21:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Draguer un chenal le long du fleuve Senegal du Mali jusqu'à St-Louis c'est bien mais une fois à St-Louis on fait quoi ?? qui va payer les infrastructures pour créer un port (dragage du nouveau port , du chenal d'accès , construction des quais , grues , remorqueurs ....)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.